« Ce fut quand Its’hak était âgé, ses yeux s’affaiblirent » (Toldot 27,1) :

Selon Rachi, l’affaiblissement de la vue de Its’hak (alors âgé de 123 ans), avait 3 raisons :
-> suite aux fumées [des encens] que les femmes de Essav offraient aux idoles.
-> lorsqu’il a été ligoté sur l’autel de la Akéda, les anges au-dessus de lui, ont pleuré, et leurs larmes ont coulé dans ses yeux et les ont obscurcis.
-> Hachem a provoqué sa cécité pour que Yaakov puisse recevoir les bénédictions [sans que Its’hak ne s’en aperçoive].

D’après la raison selon laquelle ce fut les larmes des anges qui affaiblirent sa vue, pourquoi les yeux d’Its’hak ne s’altérèrent que dans sa vieillesse, et pas juste après la ligature ?

En fait, les larmes des anges purifièrent et sanctifièrent tellement les yeux d’Its’hak, qu’ils ne purent plus supporter l’impureté de la fumée des offrandes des femmes de Essav à leurs idoles. Et c’est cette fumée qui affaiblit les yeux d’Yits’hak quand il était âgé.

=> Ainsi, en réalité toutes les raisons sont liées.

[le Zéved Tov]

<———————–>

Le Méam Loez (Toldot 27,1) rapporte également les autres raisons suivantes :
-> Its’hak avait souvent observé le visage d’Essav. Or, c’est un grave péché de regarder fixement la face d’un racha. Quiconque le fait devient aveugle.

-> Its’hak aimait Essav plus que Yaakov, car Essav lui apportait des mets raffinés. Pour cela, il considérait Essav comme plus vertueux que Yaakov.
Or, la Torah dit : « la corruption aveugle les yeux des sages ». C’est pourquoi Its’hak fut frappé par ce châtiment, puisqu’il se laissait corrompre par les repas que lui apportait Essav. Il ne discernait plus la véritable nature d’Essav qui « jouait » le fils dévoué et pieu.

-> Dans la paracha ‘Hayé Sarah, nous voyons que Its’hak pria Hachem pour que les hommes souffrent et fassent ainsi leur repentir afin de mériter le monde à venir. Il endura donc la perte de la vue.
[b’h, cf : https://todahm.com/2018/12/09/7694 ]

-> Hachem provoqua la cécité d’Its’hak pour que celui-ci ne voit pas la méchanceté d’Essav.
En effet, à l’âge adulte, les méfaits de ce dernier devinrent si insupportables que personne ne pouvait vivre à ses côtés. Il eut été d’un déshonneur extrême pour Its’hak de devoir subir les affronts de ses contemporains le pointant du doigt et disant : « Voici le père d’Essav le racha ».
D. le rendit donc aveugle afin qu’il soit incapable de sortir de sa demeure.

-> Sur l’autel, au moment de la ligature, Its’hak avait fixé du regard la présence Divine. C’était en réalité un grave péché, car bien qu’il était étendu face au ciel, il aurait dû fermer les yeux.
Pour avoir regardé la présence Divine, il aurait dû mourir, comme il est écrit : « Nul homme ne peut me voir et vivre » (Chémot 33,20).
Afin de ne pas affliger Avraham, Its’hak eut la vie sauve. Cependant, D. le punit par la cécité, une perte de la vue, qui équivaut à la mort.

-> Lorsque Avraham se trouvait dans le pays de Philistins, Avimélé’h enleva Sarah et fut puni sévèrement (paracha Vayéra).
Il endura ainsi une maladie si terrible, qu’il en vint à maudire Avraham en lui disant que son fils deviendrait aveugle. Cette malédiction s’est accomplie.
Ceci nous enseigne combien nous devons nous prémunir des malédictions, même prononcées par le simple des mortels.

À propos kol26
rak kol26. Tous unique, tous unis!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :