« Hachem était avec Yossef, et il devint un homme qui réussissait » (Vayéchev 39,2)

La guématria du nom Yaakov (יעקב) est de 182, et correspond à 7 fois le nom Divin (7*26).
Cela fait allusion aux 7 Séfirot, les aspects de la conduite divine (‘Hessed, Guévoura, Tiféret, Nétsa’h, Od, Yessod et la Mal’hout), qui correspondent à leur tour aux 7 jours de la semaine.

Lorsque Hachem dit à Yaakov : « Et voici, Je suis avec toi ; Je te garderai partout où tu iras » (Vayétsé 28,15), Il lui révèle le message suivant : « Puisque 7 de Mes Noms sont contenus dans ton nom, je vais te garder et Je serais « avec toi » pendant les 7 jours de la semaine ».

En revanche, la guématria de Yossef (יוסף) est de 156, ce qui est équivalent à 6 fois le Nom de Hachem (6*26).
Cela correspond aux 6 jours de la semaine, Yossef n’ayant pas le Nom Divin pour le Shabbath.

Afin de lui fournir une protection contre la faute pendant le Shabbath, Hachem a ajouté une fois supplémentaire, Son Nom à celui de Yossef, comme le dit le verset : « Hachem était avec Yossef ».

=> Une fois que cela a eu lieu : « il devint un homme » (vayéhi ich – וַיְהִי אִישׁ), et le mot ich (homme – אִישׁ) est l’acronyme de : ét yom Shabbath (le jour du Shabbath), et c’est alors : « qu’il réussissait (dans toute la semaine – matslia’h) ».

[le Ben Ich ‘Haï]

<————————————->

-> Rabbi Yossi dit : la Présence Divine suit et n’abandonne pas les tsadikim où qu’ils aillent.
Yossef a été conduit en Egypte, la vallée des ténèbres, mais la Présence Divine l’accompagnait.

C’est ce que dit le verset : « D. fut avec Yossef » = puisque la Présence Divine était avec lui, tout ce qu’il entreprenait réussissait.
Par exemple, s’il tenait déjà quelque chose dans sa main et que son maître le lui demandait sous une autre forme, alors l’objet se transformait afin de convenir à ce dernier.
Il est écrit : « Son maître a vu que D. était avec lui et qu’Il lui envoyait la réussite dans tout ce qu’il entreprenait (matslia’h béyado) = ce qu’il avait effectivement dans la main (yad).
De plus, il est écrit : « son maître a vu » et non « son maître a su » = il voyait de ses propres yeux les miracles qui se produisaient dans toute action et que D. accomplissait en faveur de Yossef.
[d’après le Zohar]

À propos kol26
rak kol26. Tous unique, tous unis!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :