« Le bâton d’Aharon engloutit leurs bâtons » (Vaéra 7,12)

-> « Normalement, lorsque quelqu’un vainc une autre personne, la « dévorant », il est habituel que le vainqueur se remplisse d’orgueil, de fierté du fait de sa victoire (je suis le meilleur!).
Cependant, lorsque le bâton de Aharon a avalé ceux des magiciens de Pharaon, son bâton n’est pas devenu plus gros, ni n’a montré aucun changement de sa taille. Il est resté « humble ».

Cela est un rappel au fait que de même que son bâton n’a pas grossi, de même Aharon ne s’est à aucun moment rempli de fierté, ni n’a changé sa nature humble, alors qu’il avait lui-même réalisé cet énorme miracle. »

[le Maguid de Jérusalem – Rabbi Shalom Mordé’haï haCohen Schwadron]

<———————————->

+ Pourquoi les bâtons se sont-ils changés particulièrement en serpents?

Le rav Shimshon Pinkous donne la réponse suivante.

-> « Hachem dit au serpent : Parce que tu as fait cela, tu es maudit entre tous les animaux et entre toutes les créatures terrestres : tu te traîneras sur le ventre, et tu te nourriras de poussière tous les jours de ta vie. » (Béréchit 3,14)

Rabbi Mendel de Kotzk enseigne que le serpent se déplace horizontalement en regardant toujours vers le bas (la terre, la matérialité), et il ne lui manque jamais de nourriture (il y a plein plein de poussière!).
A l’inverse, les autres animaux sont dépendants de l’aide de Hachem pour trouver leur nourriture, ce qui leur permet de développer une relation spéciale avec D.

=> Ainsi, les serpents ont la pire des malédictions : ne pas pouvoir se tourner, se lier toujours davantage avec Hachem.
[à l’image d’un père disant à un enfant : « Tiens 10 millions d’euros, mais que je ne te revois plus jamais! »]

-> Rachi explique que la 1ere plaie (le sang) était dirigée spécifiquement contre le Nil, qui était une divinité chez les égyptiens, en raison du fait qu’il ne pleuvait jamais en Egypte, et le Nil était ainsi leur unique source d’eau!

Rav Chimchon Pinkous explique que symboliquement cela ressemble au serpent. Puisqu’il ne pleuvait jamais dans ce pays, les égyptiens ne devaient jamais lever les yeux vers le Ciel (la spiritualité) pour espérer de la pluie, vitale à l’agriculture.
En résultat de cela, ils n’avaient aucune dépendance avec Hachem, puisque tout ce qui se passait dans leur vie pouvait s’expliquer scientifiquement, et apparaître à leurs yeux comme totalement naturel.
[comme le serpent, ils étaient tournés vers la terre (matérialité), et ils ne manquaient pas d’eau (abondance du Nil) les empêchant d’entretenir une relation personnelle avec Hachem]

=> La sortie d’Egypte n’était pas qu’une libération physique d’un esclavage atroce, mais cela représentait également un départ philosophique plus profond.
C’était quitter un monde vide de spiritualité, dans lequel tout est compris et expliqué selon la science et la nature, pour une nouvelle réalité dans laquelle nous déclarons avec confiance que Hachem dirige chaque aspect de l’univers (petit ou grand) et de notre vie quotidienne.
Que nous sommes fiers d’être Son peuple élu.

[le serpent représente également tout]

<——>

“Prends ton bâton, lance-le devant Pharaon et il deviendra un serpent » (Chémot 7, 9)

Rabbi Méïr Shapira de Lublin y voyait une allusion au fait que l’entourage a beaucoup d’influence sur l’homme, pour le meilleur et pour le pire.

Ainsi, même le bâton de D. sur lequel le Tétragramme était gravé, si on le lance devant Pharaon, dans un environnement criminel et dépravé, deviendra un serpent, une bête féroce.
Cependant, ce serpent venimeux se transformera de nouveau en bâton de D. si ce sont les mains de Moshé qui le tiennent.

De même, Moshé fait comprendre à Pharaon que le peuple juif, lorsqu’il sera coupé de l’influence néfaste de l’Egypte (représentée par le serpent : le yétser ara, l’immoralité, …), pourra s’élever à des sommets de spiritualité.

<—————–>

-> b’h, divré Torah également sur ce sujet :
https://todahm.com/2015/02/16/2725
https://todahm.com/2018/03/04/6277

-> « 10 objets furent crées la veille du Shabbath [de la Création] au crépuscule. Ce sont : la manne, le bâton [de Moché], … » (Pirké Avot 5,6)]

<—————–>

« Ils jetèrent chacun son bâton et ils se transformèrent en serpents et le bâton d’Aharon engloutit leurs bâtons » (v.7,12)

-> Rachi : Redevenu bâton, il a avalé tous les autres.
[le midrach précise que le bâton d’Aharon qui avait repris sa forme de bâton, a avalé les autres bâtons qui avaient encore l’apparence de serpents. L’exploit est qu’un bâton inerte avalait des créatures vivantes!
Le 2e miracle est que le bâton d’Aharon a avalé de nombreux serpents sans changer d’aspect.]

-> Le midrach rapporte :
« Un grand miracle se déroula avec le bâton : bien qu’il ait englouti tous les autres bâtons jetés à terre, qui étaient nombreux au point de pouvoir former 10 bottes, il ne s’épaissit pas pour autant.
Et tous ceux qui le voyaient pouvaient sans hésitation affirmer : « Celui-ci est le bâton d’Aharon ». »

=> Le Béer Yossef dit que le message est le suivant : les égyptiens au lieu d’avoir été un bâton docile, il se sont transformés en bourreaux impitoyables qui frappent sans motif, à l’image du serpent.
Le bâton d’Aharon symbolise les tourments (les 10 plaies), qui vont être si terribles, que les souffrances qui ont pu être imposées aux juifs (les coups de « bâtons » des égyptiens), vont être « avalées » par ce bâton, puisque comme oubliées en comparaison de la grandeur et de l’intensité des plaies.

<—————————>

-> Le midrach (Chémot rabba 9,6) rapporte que lorsque le bâton d’Aharon se transforma en serpent :
« A cet instant, Pharaon commença à les tourner en dérision, et à glousser comme une poule.
Il leur dit : « En général, on amène de la marchandise là où elle fait défaut. Ne savez-vous pas que j’ai la connaissance de toutes les sorcelleries? »
Sur le champ, il fit appeler des écoliers qui firent de même.
Bien plus : il fit appeler sa femme et elle aussi réalisa ce même prodige, tout comme des enfants de 4 et 5 ans. »

Le rav Yé’hezkel Levinstein dit qu’e l’on peut apprendre 2 leçons sur la nature humaine, applicables chez chacun d’entre nous :
1°/ D. met un homme à l’épreuve, et Il lui laisse la possibilité de se tromper.
En effet, l’épreuve a pour objectif de déterminer si l’homme optera pour les fausses apparences ou bien s’il consentira à voir la main de D. (la Vérité ou l’illusion).

Ici, la seule présence miraculeuse de Moché et Aharon dans la salle du Trône du palais (sans avoir reçu aucune invitation!) aurait dû suffire à le convaincre.
(la prédiction des magiciens sur la venue du sauveteur juif est clairement en train de se réaliser, cf. les nombreux miracles pour entrer et parvenir jusqu’à Pharaon, l’apparence d’anges Divins de Moché et Aharon, …).
=> La malveillance de son cœur l’a aveuglé, l’empêchant de voir l’évidente réalité, préférant se réfugier dans ses illusions!

2°/ Lorsqu’un homme s’engage dans une voie erronée, il lui est quasiment impossible de rebrousser chemin et de reconnaître qu’il a tort.
A l’image d’un joueur au casino qui sans cesse se persuade de : « je vais me refaire » causant une augmentation de ses pertes ; un homme dans le faux se persuade d’être sur le bon chemin, en utilisant tout argument venant défendre sa cause.

Ce principe est clairement illustré par Pharaon, où chaque plaie ne suffit pas à lui faire reconnaître qu’il s’est trompé, lui faisant payer ainsi un prix très cher.

<—>

-> Lorsque Aharon jettera son bâton devant Pharaon, celui-ci deviendra un serpent.
Ceci symbolise Pharaon : un serpent peut perdre sa peau mais il reste le même serpent. Pharaon semble changer d’attitude et mais il reste toujours le même.

De plus, lorsque Aharon attrapera le serpent, il se transformera à nouveau en un bâton de bois.
Bien que Pharaon semble à présent aussi meurtrier qu’une vipère, lorsque vous l’attraperez, il ne sera pas plus dangereux qu’une baguette de bois.

Le 1er signe sera le bâton pour montrer à Pharaon que Hachem le frappera comme un chien.
Mais puisqu’il est roi, il n’est pas convenable de le lui dire ouvertement.
Le bâton est un signe pour lui faire comprendre cela [indirectement].
[…]

Hachem avait une importante raison d’employer le symbolisme d’un bâton se transformant en serpent.
Lorsqu’une personne se prosterne devant D., elle doit complètement se pencher en avant de sorte que toutes ses vertèbres se courbent.
Lorsqu’ensuite elle s’incline, elle doit être droite, le dos raide comme un bâton, mais lorsqu’elle se relève, elle doit le faire petit à petit, comme un serpent se redresse.
Telle est la façon dont on doit se pencher pendant la amida (guémara Béra’hot 12b ; Ora’h ‘Haïm 113,6).

Pharaon avait nié l’existence de Hachem et dit : « Qui est D. que Je doive écouter Sa voix? » (Chémot 5,2).
On lui montra donc le signe d’un bâton transformé en serpent, comme pour dire : « C’est ainsi que tu te prosterneras devant Hachem. Tu te courberas comme un bâton et tu te redresseras comme un serpent. Ce sera un signe que tu te seras totalement soumis D. »
[Méam Loez – Vaéra 7,8-10]

<—————————>

« Le bâton d’Aharon engloutit leurs bâtons » (Vaéra 7,12)

=> Pourquoi Hachem a-t-il demandé à Aharon de faire ce miracle, et non pas à Moché?

Le Maharil explique qu’une personne ne peut pas réaliser un miracle plus d’une seule fois.
Or, Moché avait déjà fait ce même miracle au buisson ardent : « il le jeta à terre et il devint un serpent » (Chémot 4,3), et ainsi il ne pouvait plus le refaire.

Pour prouver cela, le Maharil rapporte l’épisode d’Elicha avec le fils de la Choulamite qui était mort (Méla’him II 4,20-37).
Lorsque Elicha a entendu ce qui s’était passé, il a donné son bâton à son serviteur Gué’hazi, et lui a demandé de le placer face au visage du garçon, ce qui le ramènera à la vie.
Cependant, lorsque Gué’hazi a fait cela, rien ne se passa, jusqu’à ce que Elicha lui-même intervienne et ressuscite l’enfant.
Pourquoi le plan initial n’a-t-il pas fonctionné?

Le Panéa’h Raza explique que Gué’hazi était sceptique sur la capacité du bâton d’Elicha à faire revivre les morts, à tel point que Gué’hazi l’avait déjà utilisé en le plaçant sur un chien mort, qui est effectivement revenu à la vie.
Cependant, puisqu’il avait déjà réalisé ce miracle une fois, il ne pouvait plus le refaire une 2e fois sur le fils décédé de la Choulamite.

Le Panéa’h Raza ajoute que cela explique également pourquoi Bil’am n’a pas utilisé son pouvoir de malédiction son âne lors de son obstination à ne pas poursuivre son chemin.En effet, s’il l’utilisait une fois à ce moment, il ne pourrait plus le faire ultérieurement en maudissant le peuple juif.

<———————————->

+ Pourquoi Hachem fit-Il une telle chose : que le bâton d’Aharon n’a pas grossi, même après avoir avalé de nombreux autres bâtons des sorciers égyptiens?

-> Le Imré Chefer dit que le bâton d’Aharon était destiné à réaliser de grands et nombreux miracles.
Si ce bâton avait grossi après avoir avalé les bâtons des égyptiens, certains auraient pu croire que c’est la présence des bâtons égyptiens dans le bâton d’Aharon, qui a permis de réaliser ensuite toutes ces merveilles.
Dès lors, le dégât aurait été important, car, au lieu de reconnaître la Main d’Hachem et Sa Toute-Puissance, Qui réalise les miracles qu’Il souhaite, certains auraient pu penser que c’est la force de la sorcellerie d’Egypte,
incarnée par ces bâtons, qui a contribué à tout cela.
=> C’est pourquoi, Hachem fit disparaître toute trace des bâtons des égyptiens dans le bâton d’Aharon, pour qu’on sache bien que la sorcellerie égyptienne n’a aucune présence dans ce bâton, et tous les miracles qui seront accomplis par son intermédiaire, ne viennent que d’Hachem, et aucunement de par la force d’une quelconque sorcellerie.

<—>

-> Le Ktav Sofer explique que le bâton d’Aharon symbolise le Pouvoir Divin, alors que les bâtons des égyptiens symbolisent le pouvoir de Pharaon. Le fait que le bâton d’Aharon avale ceux des égyptiens fait allusion au fait que le Pouvoir Divin va dominer l’Egypte.
Mais quand un roi domine un autre roi, cela peut se faire de 2 façons : soit le 1er roi domine et soumet le second, qui continue à exister mais se plie au 1er roi. Mais, il est aussi possible que le roi dominant fasse totalement disparaître l’existence du second royaume.
Ainsi, si le bâton d’Aharon avait grossi, cela aurait signifié que le Pouvoir Divin dominera celui de Pharaon tout en maintenant son existence. Mais, Hachem avait prévu que suite aux 10 plaies, Il allait complètement anéantir le
royaume d’Egypte, qui allait cesser d’exister (dans l’Histoire, l’Egypte dont on parlera après est un peuple tout à fait différent).
=> C’est pourquoi, le bâton d’Aharon n’a pas grossi, pour signifier que le pouvoir de l’Egypte n’aurait plus aucune existence et serait anéanti. On ne pouvait même plus distinguer leur présence dans celui d’Aharon.

<—>

-> Le Béer Yossef compare ce passage au rêve de Pharaon dans la paracha de Mikets, quand les vaches maigres dévorèrent les vaches grasses, et qu’elles ne grossirent pas. Cela signifiait que les années de famine allait être tellement dures qu’elles allaient faire oublier les années d’abondance.
Il en est de même concernant les bâtons. Le bâton d’Aharon c’est le bâton qui frappera l’Egypte, alors que les bâtons des égyptiens symbolisent les coups et les souffrances que les égyptiens imposèrent au peuple juif.
Le bâton d’Aharon avala ceux des égyptiens sans grossir = cela fait allusion au fait qu’Hachem se prépare à frapper l’Egypte de coups et de plaies tellement durs et tellement redoutables, que ces coups feront même oublier les souffrances que les égyptiens imposèrent aux juifs pendant cet esclavage.
Les souffrances qu’Hachem enverra à l’Egypte seront bien plus terribles que celles que l’Egypte fit endurer aux juifs au point que ces dernières seront même insignifiantes comparées à celles qu’Hachem leur imposera.

<—>

-> Le Imré Emet explique qu’à travers l’esclavage et les souffrances en Egypte, il s’avéra que le peuple juif se sépara intrinsèquement de l’Egypte et des autres peuples, au point qu’ils ne puissent plus se mélanger et s’assimiler dans aucun autre peuple.
En effet, plus les juifs tentèrent de se fondre à l’Egypte, et plus on les fit souffrir, leur faisant ainsi comprendre qu’ils ne peuvent pas se mélanger.
A la fin de l’exil d’Egypte, Israël fut constitué en tant que peuple ne pouvant définitivement plus jamais recevoir une influence étrangère. Dès lors, quand les juifs essaieront de s’assimiler et de suivre les influences extérieures, on leur rappellera toujours leurs particularités.
Le peuple Juif ne peut plus s’imprégner réellement des influences étrangères des nations du monde.

=> Le bâton d’Aharon symbolise le peuple juif et les bâtons des égyptiens représentent les influences des nations étrangères, en l’occurrence de l’Egypte.
Le bâton d’Aharon avale les bâtons des égyptiens sans grossir, car les influences et les traces étrangères ne peuvent pas s’imprégner ni s’installer au sein du peuple juif.
Après la sortie d’Egypte, le peuple juif est devenu un peuple à part, séparé de tous les autres, et ne pouvant plus être influencé par aucun « bâton » étranger.

À propos kol26
rak kol26. Tous unique, tous unis!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :