« Aharon éleva ses mains vers le peuple et les bénit » (Chémini 9,22)

-> Bien qu’il soit écrit dans la Torah : « yadav » (ses mains – יָדָו), on doit le lire : « yado » (sa main).
Pourquoi cela?

C’est peut être l’origine de l’habitude des Cohanim de joindre leurs mains en une seule au moment de bénir.
[Tossafot Bra’ha]

-> Cela nous enseigne que la bénédiction ne vient sur les juifs que lorsqu’il y a de l’unité parmi eux.
[Rabbi Yonathan Eibshutz – Néfech Yonathan]

<—>

-> Après avoir achevé son premier service sacrificiel, Aharon a béni le peuple dans la joie et récité pour la 1ere fois la bénédiction des Cohanim (birkat Cohanim).

Aharon, dont la nature ainsi que celle de ses descendants, se caractérise par une profonde générosité et un grand amour du prochain, éprouvait un désir ardent de bénir le peuple.
Pour le récompenser, D. a accordé aux Cohanim la mitsva et le privilège de transmettre au peuple la birkat Cohanim.
[Sfat Emet]

<—>

-> Le Zohar (Nasso 147b) enseigne qu’au moment où les Cohanim lèvent les mains pour bénir le peuple juif, la Présence Divine repose sur leurs doigts et Hachem accorde leurs bénédictions.
[d’ailleurs le livre Chéélot ouTéchouvot du Ritbaz, rapporte que les Cohanim se couvrent leurs mains lorsqu’ils bénissent pour éviter au peuple de voir leurs mains, car il est interdit de les regarder puisque la Présence Divine réside à ce moment-là sur leurs mains et leurs visages.]

Le Zohar dit que cela génère un moment de compassion Divine pendant lequel : « on peut prier pour que nos problèmes soient soulagés, et la sévérité du jugement changée en clémence. »

Le Zohar (‘Hadach III p.147) écrit que lors de la bénédiction des Cohanim, c’est un moment favorable où sont bénis les anges et les habitants de la terre.

-> « [La birkat Cohanim] est le plus grand moment de « ét ratson » (moment très propice pour que nos prières soient agrées) que nous possédions en ce monde. C’est le moment où les portes du Ciel sont ouvertes que demander de plus? »
[rav Pinkous – Néfech Chimchon sur Téhilim (p.135)]

<——–>

+ Pourquoi les Cohanim bénissent-ils avec leurs mains (birkat Cohanim)?

-> « Et maintenant, il pourrait étendre sa main et cueillir aussi du fruit de l’arbre de vie » (Béréchit 3,22)

Le Rama de Pano commente :
« Lorsque Adam mangea du fruit de l’arbre de la Connaissance du bien et du mal, ses bras ne le suivirent pas, ils refusèrent de s’étendre, ses mains ne s’ouvrirent pas et ses doigts ne voulurent toucher le fruit ».

=> Il fut contraint de saisir le fruit directement avec sa bouche.
Les Cohanim bénissent leurs frères juifs avec leurs mains, car puisque celles de Adam (englobant toutes les âmes à venir) n’ont pas fauté, elles revêtent ainsi une force particulière et sont le vecteur de la bénédiction.
[Adéret Eliyahou]

[de la même façon qu’elles ne se sont pas étendues pour fauter, de la même façon elles peuvent s’étendre pour déverser sans déperdition les bontés provenant de D., en passant par les Cohanim.]

<—————>

b’h, voir également :
https://todahm.com/2015/06/23/3387

À propos kol26
rak kol26. Tous unique, tous unis!

One Response to

  1. Ping: Aux délices de la Torah

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :