La vérité & le mensonge

« Vous (atèm) êtes appelés : Adam »
[atèm kérouyin adam – אתם קרויין אדם – guémara Yébamot 61a]

Le mot : « vous » (atèm – אתם), contient les mêmes lettres que : émet (vérité – אמת). En effet, seul celui qui adopte la vérité est digne d’être appelé : Adam (un homme).

[Shomer Emounim 1,55]

<——————–>

-> Rien n’est plus grand que la vérité et la joie.
Rien n’est pire que le mensonge et la tristesse.
[Rabbi Yéhouda Horowitz]

-> Un mensonge est la chose la plus détestable au monde.
[Rabbi Aharon de Karlin]

-> Une personne qui dit uniquement des paroles de vérité aura ses jours allongés et ne mourra pas avant son heure.
[Rav ‘Haïm Vital – Chaaré Kédoucha]

-> Tout celui qui prend garde à dire la vérité, non seulement il sauve sa propre âme, mais également celles de ses enfants.
[‘Hafets ‘Haïm – Sefas Tamim]

-> Le dévouement d’une personne pour la vérité va créer un ange qui la guidera dans le chemin des tsadikim.
Mais si une personne est menteuse, l’ange créé va la conduire dans le chemin des réchaïm.
[Tana déBé Eliyahou Zouta – chap.3]

-> La vérité rapproche la guéoula.
[Rabbi Na’hman de Breslev – Séfer haMidot]

Le Gaon de Vilna enseigne que la guéoula ne peut commencer sans des personnes de Vérité.

<—————->

-> De nombreux soucis arrivant sur une personne sont dus au fait qu’elle est ancrée dans le mensonge et qu’elle ne s’attache pas à la vérité. En effet, les mots de sa bouche et de son cœur ne sont pas en accord.

Par contre, la personne dont la bouche et le cœur sont en cohérence, aura la capacité d’annuler tous les jugements difficiles qui sont sur elle.
=> Ainsi, lorsque l’on parle des paroles de vérité et de sincérité, cela entraîne la disparition de nos soucis.

[Déguel Ma’hané Ephraïn – rabbi Moché ‘Haïm Ephraïm de Sedlikov]

<————>

-> Le yétser ara (le mauvais penchant) ne travaille que sur une seule chose : t’enlever le point de émet (la vérité) qui est en toi.
Quand il y arrivera, il te laissera prier et étudier comme tu le souhaite, car du moment qu’il t’a enlevé la vérité qui est en toi, peu lui importe ce que tu feras ensuite.
[Rabbi Ména’hem Mendel de Kotzk]

-> Je sais comment amener tous les fauteurs à faire téchouva, à l’exception des menteurs.
[Rabbi Bounim de Peshischa]

-> Je préfère le racha qui sait qu’il est racha, que le tsadik qui sait qu’il est tsadik.
Le premier est honnête, et Hachem aime la vérité.
Le second est malhonnête, car personne n’est exempt de fautes, et Hachem déteste le mensonge.
[le ‘Hozé de Lublin]

<————>

+ « La vérité poussera de la terre » (Téhilim 85,12)

-> Le ‘Hidouché haRim dit : lorsque l’on enterre profondément dans le sol le mensonge jusqu’à ce qu’il se décompose, alors la vérité va pousser.

-> Le rabbi de Slonim (Ohr Yécharim) commente ce Téhilim :
« Oui, la vérité est proche de vous sur le sol, mais vous ne voulez pas vous penchez et l’atteindre. »

[Pour acquérir la vérité, il est nécessaire tout d’abord d’avoir de l’humilité. En effet, c’est lorsque l’on se fait petit, plus bas que terre, que la vérité peut alors se développer.
Il faut rechercher LA vérité, en étant prêt à descendre notre orgueil (moi JE sais, moi Je décide, …) pour l’atteindre, plutôt que de rechercher notre Vérité, en restant à la même hauteur, en n’étant pas prêt à sacrifier de notre égo, préférant ne voir que ce qui va dans notre sens.]

<————>

+ « Le sceau de Hachem est : la Vérité (émét) »
[guémara Yoma 69b ; Shabbath 55a]

-> Rabbénou Yona de commenter : Puisque le sceau de D. est la Vérité, alors notre âme est façonnée de Vérité.

[Lorsque nous disons des mensonges, nous diminuons notre néchama (âme), à l’image de verser de l’eau dans un feu]

-> Le rabbi de Kotzk fait remarquer qu’un sceau Royal est un objet unique, de même à partir du moment où la Vérité devient multiple, qu’elle est copiée, alors ce n’est plus la Vérité.

-> Le ‘Hafets ‘Haïm dit que l’image sur un sceau est renversée par rapport à qu’il va produire sur un papier.

Ceci explique pourquoi au cours de notre vie nous pouvons avoir beaucoup d’interrogations en observant la Vérité de Hachem dans ce monde.
Cependant, dans le monde à venir, l’impression du sceau Divin sur du « papier » sera claire à nos yeux, nous permettant d’avoir un vision correcte de la réalité.

<—>

+ « Fuis la parole de mensonge » (Michpatim 23,7)

-> Le terme : « tir’hak » (fuis – תִּרְחָק) peut également signifier : « Tiens-toi à distance ».
L’explication est : dès que vous prononcez un mensonge, vous vous éloignez de D.
[Rabbi Zouché d’Hanipol – le plus jeune frère du Noam Elimélé’h – Ménorat Zahav – paracha Béhar]

[c’est soit du fuis un mensonge et Hachem reste avec toi, soit tu restes dans ta tendance naturelle de dire un mensonge et c’est alors Hachem qui te fuit!]

-> Le rabbi Aharon de Karlin (Beth Aharon) commente ce verset :
Un mensonge est la chose la plus méprisable au monde. Je doute que même le repentir puisse expier une mensonge. Car la repentance (téchouva) pour un menteur est en elle-même un mensonge.

<————>

-> b’h, divré Torah sur la vérité : https://todahm.com/2015/12/27/la-verite

<————>

+ Qu’est-ce que la vérité et qu’est-ce que le mensonge?

-> « Nous avons été éduqués selon le principe que la vérité consiste à raconter des faits tels qu’ils sont produits et le mensonge à les déformer.
Ce principe se vérifie dans certains cas, mais souvent il n’est pas en vigueur.
En effet, parfois il est interdit de rapporter des faits tels qu’ils sont, par exemple, d’émettre des propos blessants alors qu’il n’y en a ni l’utilité ni l’obligation. Il faut justement déformer si l’on peut dire la vérité quand elle risque plus de nuire que d’aider.
Ainsi, la vérité revient parfois à du mensonge puisqu’elle engendre le mal et le mensonge à de la vérité, puisqu’il apporte le bien. »
[rabbi Dessler – Mikhtav méEliyahou]

<——–>

-> « Le monde se maintient grâce à 3 choses : la loi, la vérité et la paix » (Pirké Avot 1,18).

La vérité est l’un des 3 piliers sur lesquels repose le monde.
Lorsque les gens disent la vérité, la bénédiction descend du ciel, comme il est écrit : « La vérité poussera de la terre et la charité regarde du ciel. Hachem accordera aussi le bien et notre terre produira sa récolte » (Téhilim 85,12-13) = lorsque les gens disent la vérité, le ciel est charitable envers nous et la terre produit une récolte abondance.
[…]

Le maintien de la paix constitue le seul cas où il est permis de mentir (darké chalom), là le motif n’est pas de tromper mais uniquement d’éviter les querelles.
Cependant, même cela n’est permis que dans certaines circonstances, dans de rares occasions (déré’h mikré) et non en tant que pratique courante.
Si l’on s’habitue à mentir dans les cas permis, le yétser ara nous en fera trouver continuellement.

La guémara (Yébamot 63) raconte que la femme de Rav avait pour habitude de le contrarier. S’il demandait un certain aliment, elle en préparait un autre. Elle ne respectait jamais sa volonté.
Pour les Sages de la guémara, les choses matérielles n’avaient pas d’importance.
Rav ne prêtait pas garde à ces contrariétés futiles et s’en riait comme si elles ne l’affectaient pas. Il agit ainsi longtemps afin d’éviter les querelles chez lui.
Lorsque son fils rabbi ‘Hiya grandit, il remarqua que sa mère faisait exactement le contraire de ce que son père désirait. Il eut donc recours à un subterfuge pour faire respecter la volonté de son père.
Chaque fois que Rav demandait quelque chose, il transmettait le message inverse à sa mère, ainsi son père obtint enfin ce qu’il désirait.
Un jour, Rav dit à son fils : « Il semble que ta mère ait changé ses habitudes! »
Rav ‘Hiya confia à son père la ruse à laquelle il recourait pour y parvenir.
Rav lui répondit : « Tes intentions sont louables mais ce que tu fais est interdit. Tu risques de t’habituer à mentir alors que la Torah dit : ‘Éloigne-toi du mensonge’. »

La guémara (Sanhédrin 97a) raconte qu’il y avait une fois une ville appelée Kouchta. Ce nom, qui signifie « vérité » [en araméen], lui fut donné parce que les habitants de cette ville ne disaient jamais de mensonge.
Et personne n’y mourait prématurément.

Un homme vint un jour habiter dans cette ville, se maria et eut 2 fils.
Un matin, une voisine vint rendre visite à sa femme. Cette dernière se lavait les cheveux à ce moment-là et l’homme dit à la voisine qu’elle était absente. Au même moment, un accident se produisit et ses 2 fils moururent.

Les citoyens vinrent enquêter sur la cause de ce drame.
Lorsqu’ils apprirent ce qu’il s’était passé, ils demandèrent à cet homme de quitter la ville et lui dirent : « Nous ne voulons pas que tu vives parmi nous car tu as amené la mort dans notre ville. Jusqu’à présent, un tel malheur ne s’était jamais produit car nous veillons très scrupuleusement à ne pas dire de mensonges. Ne reste plus parmi nous. »
[Méam Loez – Michpatim 23,7]

À propos kol26
rak kol26. Tous unique, tous unis!

One Response to La vérité & le mensonge

  1. Ping: Aux délices de la Torah

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :