« Essav, entendant les paroles de son père, poussa des cris bruyants et douloureux et il dit à son père : ‘Moi aussi bénis-moi mon père!’ «  (Toldot 27,34)

-> Le midrach sur ce verset, déclare que le machia’h viendra uniquement lorsque les larmes d’Essav cesseront de couler.

Le rabbi Shmelke de Nikolsbourg (Imré Chmouël) s’interroge : « Mais qu’en est-il des larmes que les juifs versent jour et nuit dans leurs prières et leurs suppliques vers D.?
Pourquoi Hachem n’y fait pas attention? Pourquoi les larmes des juifs ne peuvent-elles pas neutraliser celles des enfants d’Essav?
Après tout, la Halakha a établi la règle qu’une substance est neutralisée si elle est mélangée avec une autre substance dans une proportion d’un soixantième.
Or, le volume des larmes des juifs est supérieur à 60 fois celui des larmes d’Essav. »

Le Imré Chmouël répond :
Les substances qui sont différentes sont annulées dans une proportion d’un soixantième, les substances de même espèce ne sont pas annulées même dans une proportion d’un millième.

Essav a versé ses larmes en implorant pour des biens matériels.
Malheureusement, les juifs ont aussi pleuré pour des bien matériels et des possessions terrestres.
La raison pour laquelle les larmes des juifs ne peuvent pas neutraliser celles d’Essav est que les 2 types de larmes sont de même nature, et les substances de même nature ne peuvent pas s’annuler mutuellement.

=> Le message sous-tendu par le midrach est que les juifs doivent cesser de verser les « larmes d’Essav », des larmes qui sont versées pour des biens matériels.
Au lieu de cela, un juif doit déplorer l’exil de la Présence Divine et ses propres erreurs dans le domaine spirituel. Ce n’est qu’à cette condition que le machia’h viendra.

<——————————>

+++ Bénédictions d’Its’hak à ses enfants -> Quelques points de récit du côté d’Essav :

+ « Maintenant, prends tes armes, ton carquois et ton arc, va aux champs, et prends du gibier pour moi. Fais-m’en un ragoût comme je l’aime, sers-le moi et que j’en mange, afin que mon cœur te bénisse avant ma mort » (Toldot 27,3-4)

-> A l’époque de la guémara (‘Houlin 30b), les hommes savaient abattre rituellement un animal en tirant une flèche pour lui trancher la gorge. Cette flèche avait une longue lame, comme celle d’un couteau d’abattage.
Cette lame devait être aiguisée de façon à ne présenter ni ébréchure ni le moindre défaut.
On pointait alors avec une précision la flèche en direction de l’animal de sorte que sa lame lui tranchait la gorge aussi bien qu’un abatteur rituel. On tuait les oiseaux de la même manière.

Cela nécessitait une adresse extraordinaire. Si l’on bandait son arc trop fort ou pas assez, ou encore si on tirait sa flèche sous un mauvais angle, on risquait de rendre impur l’animal.
=> C’est pourquoi Its’hak avertit Essav de chasser avec précaution afin qu’il lui amène un animal pur (cashère).
[Méam Loez – Toldot 27,3-4]

<————>

+ « Comme Its’hak avait achevé de bénir Yaakov, il arriva que Yaakov était sorti précisément de devant Its’hak son père, lorsque son frère Essav revint de la chasse » (Toldot 27,30)

-> La tente d’Its’hak comportait 2 entrées, c’est pourquoi Essav ne vit pas Yaakov sortir …

Lorsqu’on pénètre dans une maison en venant de l’extérieur, on ne voit pas suffisamment. Essav n’aperçut pas Yaakov, mais ce dernier vit son frère, car quiconque se tient dans l’ombre peut voir quelqu’un se trouvant dans la lumière.
[…]

Le retour d’Essav prit plus de temps que prévu, car sa chasse fut sabotée.
A chaque fois qu’il piégeait un oiseau ou un petit animal, un ange venait derrière et le relâchait. Ceci pour permettre à Yaakov de recevoir les bénédictions.

Essav, voyant qu’il ne pouvait attraper d’animaux cashers, prit un de ses chiens de chasse et l’égorgea. Tel fut la viande qu’il servit à son père.  (cf. Targoum Yonathan 27,5)
Cependant, Its’hak était suffisamment perspicace pour se méfier d’une semblable ruse.
[Méam Loez – Toldot 27,30]

<————>

+ « Essav dit à son père : « Ne possèdes-tu qu’une seule bénédiction mon père? Mon père, bénis-moi aussi! »
Et Essav éclata en pleurs. » (Toldot 27,38)

-> Trois larmes jaillirent des yeux d’Essav. Une coula sur sa joue droite, l’autre sur la joue gauche et la 3e resta entre ses yeux.
Si la 3e larme était tombée, les juifs n’auraient jamais échappé à l’esclavage d’Essav.

Israël ne sera pas libre tant que les larmes d’Essav n’auront pas séché …
Ces larmes versées par Essav nous ont fait subir de nombreux malheurs.
[Selon le Zohar,] elles prouvaient combien il désirait cette bénédiction, et il en résulta l’asservissement d’Israël. Etat dans lequel nous resterons jusqu’à notre repentir complet quand nos larmes compenseront les siennes.
[Méam Loez – Toldot 27,38]

[cela met également en avant le fait que même si nous avons les meilleures justifications au monde, le fait de faire honte à son prochain (même s’il est racha comme Essav), aura des répercutions néfastes sur nous.
Combien devons-nous éviter à tout prix de causer le moindre sentiment de honte à notre prochain!]

<————>

+ « Pour réponse, Its’hak son père lui dit : « Une grasse contrée sera ton domaine et les cieux t’enverront leur rosée. Mais tu ne vivras qu’à la pointe de ton glaive et tu seras tributaire de ton frère. Pourtant, après avoir plié sous le joug, ton cou s’en affranchira ». »(Toldot 27,39-40)

-> Rachi commente :
– Une grasse contrée = Ce sont les provinces grecques de l’Italie.
– Lorsque tu auras plié (tarid) = c’est une expression de douleur … c’est-à-dire que lorsqu’Israël transgressera la Torah et que tu auras des raisons de te plaindre des bénédictions qu’il a reçues, [alors] « tu briseras son joug de dessus ton cou » [tu leur causeras de la douleur].

[ => Si nous respectons les mitsvot alors « Tu (Essav) serviras ton frère (Yaakov = les juifs) », mais sinon Essav a alors la capacité de nous persécuter. C’est ainsi que tout ne dépend que de nous, de notre comportement!]

-> Its’hak bénit Essav : « Tu vivras à la pointe de ton glaive » = Yaakov détenait une épée qui avait appartenu à Adam.
Parmi les choses que Yaakov donna à Essav en échange de son droit d’aînesse, figurait cette épée. C’est pourquoi Its’hak lui annonça qu’il ne pourrait vivre que grâce à cette épée, puisqu’il avait tout perdu à cause d’elle.
[Méam Loez – Toldot 27,39-40]

<————>

+ « Essav prit Yaakov en haine à cause de la bénédiction que son père lui avait accordée. » (Toldot 27,41)

-> Essav n’honora son père que jusqu’au moment de la bénédiction de Yaakov. Après cet événement, il devint totalement irrespectueux envers Its’hak.
[Yéfé Torah – rapporté dans le Méam Loez – Toldot 27,41]

À propos kol26
rak kol26. Tous unique, tous unis!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :