« Parle aux enfants d’Israël et dis-leur : si un homme formule un vœu portant sur la valeur estimative d’une personne à Hachem » (Bé’houkotaï 27,2)

-> La paracha Bé’houkotaï débute par une liste de bénédictions (v.26,3-13), puis elle continue par une liste encore plus longue de malédictions (v.26,14-43) dans le cas où l’on ne respecterait pas la Torah.

Ensuite la paracha se poursuit avec les contributions bénévoles destinées au Temple.
Dans ce contexte (27,1-8), il est abordé la notion de : « érékh » (pluriel: arakhin), traduit dans le verset par : « valeur estimative ».
De même que l’on peut s’engager à donner une somme d’argent définie au Sanctuaire, on peut aussi s’engager à donner sa propre « valeur » ou celle d’une autre personne sans préciser de somme.

Il y a 2 façons de faire un tel don :
– soit s’engager à donner la valeur de la personne en tant que bien commercial, c’est-à-dire son prix sur le marché aux esclaves.

– ce chapitre de la paracha traite d’une forme de vœu spécifique appelée : « érékh » = qui se fonde sur la sainteté intrinsèque de chaque juif.
Puisqu’il n’existe pas de « marché » estimant la valeur de l’âme (entité spirituelle, seul D. pouvant le faire), la Torah a elle-même fixé le montant du paiement sans tenir compte de l’état de santé, de la force, du potentiel de travail ou de la valeur marchande de la personne, mais en se fondant uniquement sur des critères d’âge et de genre.

La somme qui est payée au trésor du Temple sera utilisée pour l’entretien et les autres dépenses du Temple.

<———–>

-> Pourquoi est-ce que le passage traitant des « arakhin » suit directement celui des réprimandes (malédictions)?

1°/ Un homme qui entendrait toutes les malédictions risquerait de désespérer et de faiblir moralement, ressentant une profonde insignifiance et perte de toute valeur personnelle.
C’est pourquoi, la Torah enchaîne avec le thème de l’évaluation des personnes, comme pour dire que malgré toutes ces réprimandes, tu continues toujours à avoir de la valeur. Cela est donc une invitation à ne pas désespérer et se décourager, car malgré tout, sa valeur reste très importante.
[Rabbi Chnéour Zalman de Liadi]

<—–>

2°/ Dans cette paracha Bé’houkotaï, il y a 45 malédictions de réprimande si l’on ne suit pas la Torah, et dans la paracha Ki Tavo, il y en a 98 autres, ce qui fait un total de 143.

Le nombre de total des estimations données dans le cadre des « arakhin » est de : 143 (cf.ci-dessous le détail).

=> Cela nous enseigne que les « arakin » (dans le cadre de dons volontaires au Temple) permettent d’obtenir une expiation pour toutes les potentielles malédictions.

[Rabbi El’azar de Worms]

<—>

Dans le cadre de ces estimations, la Torah distingue :
– de 1 mois à 5 ans : Hommes = 5 Shekels sacrés ; Femmes = 3 ;
– de 5 ans à 20 ans : Hommes = 20 ; Femmes = 10 ;
– de 20 à 60 ans : Hommes = 50 ; Femmes = 30 ;
– au-delà de 60 ans : Hommes = 15 ; Femmes = 10.

=> Au total =5+3+20+10+50+30+15+10= 143.

<—>

-> La Torah liste 4 groupes de « arakhin », mais cependant seulement 3 de ces groupes peuvent encore se transformer en un autre groupe.
En effet, les 3 plus jeunes peuvent devenir un groupe plus âgé, et uniquement celui des plus de 60 ans n’a pas de groupe au-delà.

Ces 3 groupes représentent la capacité d’évolution dans ce monde.

Pour les hommes, les valeurs sont : 5+20+50 = 75, qui et la guématria de : akhèn (préparer – הכן).
=> Nous devons toujours avoir à l’esprit que ce monde doit nous permettre de se préparer au monde à venir.

C’et également la même guématria que le mot : nika (diminuer – נִכָּה).
=> La manière d’atteindre le monde à venir est de diminuer nos besoins en matérialité dans ce monde.

[Adéret Eliyahou]

<—>

-> Nos Patriarches sont : Avraham (אברהם), Yit’hak (יצחק) et Yaakov (יעקב).

La dernière lettre de chacun de ces noms : מ-ק-ב a une guématria de : 143 (avec le kollel).
Cela est une allusion au fait que le mérite de nos Patriarches peut sauver le peuple juif des 143 malédictions.

De plus, la somme des lettres est de : 142, auxquelles on ajoute le : 1 = l’Unique, Hachem.
Ainsi c’est par le mérite de nos Patriarches, et grâce à la grande bonté de Hachem, que nous serons sauvés de ces malédictions.

[Na’hal Kédomim]

<—>

-> Hachem dit : « Par le mérite des « arakhin (litt. estimation/comptes), Je vous sauverai des comptes du Guéhinam ».
[le תנומא ישן]

À propos kol26
rak kol26. Tous unique, tous unis!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :