« Un commerçant ambitieux aura beau envoyer une puissante flotte dans tous les ports prospères, il aura beau dépêcher des émissaires chargés d’exploiter les richesses, … il n’a aucune garantie de prospérité car Hachem est LE juge et c’est Lui seul qui décide qui réussira en affaires [commerciales ou autres].« 
[Rachi – Téhilim 75,6-8 ]

-> Que fait votre D. depuis qu’Il a terminé de créer le monde, pendant les 6 jours de la Création?

Rabbi Chimon ben Halafta répond à cette question d’une noble romaine : « Depuis lors, D. prépare des échelles pour faire descendre tel homme et faire monter tel autre.
D. appauvrit celui-ci pour remettre sa fortune à celui-là, qui la mérite davantage. »
[midrach Bamidbar rabba 22,7]

<—>

-> Le Ram’hal (Messilat Yécharim – chap.21) écrit :
« L’homme doit avoir confiance en D. et se décharger sur lui de son fardeau.
Il doit se persuader qu’il est impossible que rien ne manque à la portion que D. lui a réservée, puisque comme l’affirment nos Sages : « Tous les revenus de l’homme sont fixés pour lui à Roch Hachana » (guémara Bétsa 16a).

Ils disent également : « Personne ne peut rien prendre de la portion réservée à un autre, fût-ce l’épaisseur d’un cheveu » (guémara Yoma 38b).

En réalité, l’homme aurait pu rester inactif et jouir de cet état de choses sans effort de sa part n’eût été la sanction imposée à l’humanité : « A la sueur de ton front, tu mangeras ton pain » (Béréchit 3,19)
Cette sanction qui ressemble à une taxe que l’humanité doit payer et à laquelle il est impossible de se soustraire … cela ne signifie pas que l’effort garantit le résultat, mais que le labeur est une contrainte inévitable.
[…]
L’homme ne devrait fournir qu’un minimum de labeur, mettre ensuite toute sa confiance en D. et ne plus se soucier d’aucune préoccupation matérielle. »

<—>

-> « Celui qui s’empresse d’achever son labeur pour se débarrasser de ce fardeau au plus vite, reconnaît que le travail est une malédiction.
Mais celui qui éprouve beaucoup de plaisir à gagner de l’argent, savoure les bonnes affaires qu’il réalise et désire travailler pour gagner davantage, est un homme de peu de foi, qui se dit : « C’est ma propre force et le pouvoir de ma main qui m’ont valu cette richesse » (Ekev 8,17). »
[le Saba de Kelm – Rav Sim’ha Zissel – ‘Hokhma ouMoussar (vol.I p.127)]

À propos kol26
rak kol26. Tous unique, tous unis!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :