Il est un fait établi que dans ce monde, c’est uniquement grâce à la prière qu’une personne peut recevoir des bénédictions [Divines].
Il n’y a pas d’autres moyens : certes la Torah et les bonnes actions amènent des mérites énormes, mais cependant elles ne servent qu’à améliorer l’efficacité des prières, qui sont nécessaires pour obtenir ce qu’une personne désire.
Sans prière, rien ne peut être obtenu.
[…]
Si quelqu’un ne prie pas, [et qu’il a malgré tout beaucoup de bénédictions], c’est que quelqu’un d’autre a prié pour lui.
Cela peut être sa mère, sa grand-mère, ses amis, …

Il s’avère toujours que : la prière est l’unique moyen permettant d’obtenir les bénédictions de Hachem.

[d’après le rav Yé’hezkel Levenstein – cité dans le Séfer Chaaré Ahron p.150]

-> « Quelqu’un aura beau être doté d’une solide émouna et d’un grand bita’hon, s’il ne prie pas, [Hachem] ne lui accordera pas [ce qu’il désire]. »
[rav Eliyahou Lopian – Lev Eliyahou (vol.3 – Vaét’hanan)]

<——->

-> Par exemple, la guémara (Nidda 70b) demande ce qu’un homme doit faire pour réussir dans son travail.
Elle répond qu’il faut faire Hichtadlout (travailler afin d’avoir la parnassa nécessaire) et prier [pour la réussite] à Hachem, l’Unique qui possède toutes les richesses (yévakéch mimi chéaochér chélo).

-> On peut également citer l’attitude du ‘Hazon Ich, géant en Torah, qui chaque fois qu’il rencontrait une difficulté dans son étude, il fermait ses livres et se tournait vers Hachem pour prier afin qu’Il lui accorde la compréhension.

Le ‘Hazon Ich qui était reconnu pour son étude très intensive de la Torah, a dit une fois qu’il a mis davantage d’efforts dans ses prières que dans son étude de la Torah.
Il a également affirmé qu’il a gagné davantage de compréhension de la Torah par le biais de sa prière, que par le biais de son étude de la Torah intense et constante.

-> « Se plonger dans l’étude [de la Torah] … sans la prière n’est pas suffisant. Plus on utilise cette ségoula qu’est la prière, plus on a de chances de réussir. »
[rav ‘Haïm Kanievsky – Dérékh Si’ha p.486]

<———–>

-> Le rabbi Lévi Its’hak de Berditchev avait tellement conscience de ce caractère vital, que lorsqu’on le critiqua pour s’être balancé avec enthousiasme durant la prière, il demanda :
« Si vous apercevez une personne qui se noie et qui s’agite dans tous les sens dans l’espoir de se maintenir au-dessus de l’eau ou d’appeler à l’aide, allez-vous critiquer sa conduite?
Lorsque j’essaie de me concentrer sur la prière, mois aussi, je lutte de toutes mes forces pour retenir ma concentration (kavana). »

[plus nous y mettons de cœur/kavana, plus notre prière a de la force pour nous sauver la vie en déversant sur nous davantage de sublimes bénédictions.
La prière est un moment grave (le futur de ma vie en dépend!), c’est véritablement une question de vie ou de mort, et je dois donc m’y investir à fond!]

<——->

-> On peut s’interroger : quelle est la différence entre obtenir une chose sans prier, et l’obtenir avec prière? En effet, le résultat final semble le même!

1°/ Selon le rav Smadja, la règle est que nous avons tous besoin de prier pour obtenir quelque chose. Sinon, ce qu’on a l’est grâce aux prières des autres.
[à défaut d’en acquérir le mérite par nous-même, nous nous sommes servis du compte commun à tous les juifs (et ce peut être au détriment de quelqu’un d’autre qui en avait davantage besoin que nous!).]

2°/ Le Ben Ich ‘Haï (Od Yossef ‘Haï – Toldot) enseigne que pour chaque flux de bénédiction qui descend, il faut un tuyau qui est le réceptacle pour pouvoir recevoir cette bénédiction, et ce tuyau correspond à la prière.
Quelqu’un qui ne prie pas peut avoir la chose voulue, mais cela ne durera pas forcément.
En effet, c’est uniquement le fait de dire un prière à Hachem qui permet que la demande soit acceptée et qu’elle perdure (elle ne lui sera pas retirée!).

<———–>

-> « Si l’homme désire être capable de subvenir à ses besoins, il doit se lever et prier, et réaliser en son âme que sans la téfila, il ne pourra assurer sa subsistance.
Il mettra donc toute sa confiance en Hachem … [et] pour cette raison, [Hachem] lui viendra en aide.
 »
[Rabbénou Yona – Chaaré Téchouva – Chaar 1, 15]

<———–>

-> « Le mazal n’exerce pas de contrôle sur Israël »(én mazal léIsraël – guémara Shabbath 156a)

-> « La raison pour laquelle nos Sages mentionnent que les enfants, la vie et les moyens de subsistance sont affectés par le mazal, afin que nous réalisions à quel point la prière est nécessaire pour obtenir ces bénédictions … avec la prière, le mazal peut être retourné et dépassé. »
[Rabbénou Bé’hayé – Dévarim 31,14]

De même, Rabbénou Bé’yahé (Dévarim 11,13) écrit que la prière peut modifier la nature et annuler les mauvais décrets.

À propos kol26
rak kol26. Tous unique, tous unis!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :