« Dans Sa droite [de Hachem], une Torah de feu, pour eux [les juifs]«  (Vézot haBéra’ha 33,2)
[en hébreu : מִימִינוֹ אש דת לָמוֹ]

-> Le ‘Hatam Sofer explique que les mots : « dat lamo » (« une Torah … pour eux » – דָּת לָמוֹ) sont formés des mêmes lettres que : « Talmud » (תלמוד), tandis que : « dans Sa droite … de feu » (miméno éch – מִימִינוֹ אֵשׁ), signifie que lorsque le juif étudie la sainte Torah, le Char sacré l’entoure.
En effet, il est écrit dans le Séfer ha’Haïm (du frère du Maharal de Prague) : « Les lettres du terme : guémara (גמרא), renvoient à : Gavriel, Michaël, Raphaël et Ouriel.
Lorsque nous étudions la guémara, ces anges nous entourent et nous observent : Gavriel (גבריאל) à gauche ; Michaël (מיכאל) à droite ; Raphaël (רפאל) à l’arrière ; et Ouriel (אוריאל) devant nous. » [et au-dessus de notre tête la Présence Divine]

Le ‘Hatam Sofer enseigne également que dans la Torah Orale :
– la guémara se termine par la lettre « tav » (hala’hot), et commence par la lettre « tav » (tana) ;
– les michnaïyot se terminent par le mot « Shalom », qui se finit par la lettre « mém », et commencent par la lettre « mém (méémataï).

=> Les lettres : « tav – tav – mém – mém », forment : « תתמם » (tétamém) = rendent intègre, ce qu’on mérite par l’étude de la michna et de la guémara, ainsi qu’il est écrit : « Sois intègre envers Hachem ton D; » (tamim tiyé im Hachem Eloké’ha).

<—>

[l’Admour d’Erloï (descendant du ‘Hatam Sofer) ajoute que le Talmud commence et se termine par la lettre « tav », renvoyant à la « téfila » (prière) et à la « téchouva ».
En effet, pour réussir dans la Torah, il est indispensable de demander sans cesse à Hachem de nous éclairer nos yeux par la Torah, qu’on puisse s’attacher à Lui, L’aimer et Le craindre.]

<————————->

-> La « droite » (yémine) de Hachem symbolise la miséricorde Divine, et le feu (éch) symmbolise l’Attribut de justice Divine rigoureuse.
Le monde fonctionne suivant ces 2 principes qui guident à l’âme sa conduite sur terre.
[Zohar]

<————————->

+ « Dans Sa droite [de Hachem], une Torah de feu, pour eux [les juifs] »

-> Les lettres des mots : דת למו (dat lamo = une religion pour eux) sont les mêmes que celles de : תלמוד (Talmud).

Le Méam Loez commente :
Cela nous enseigne que dans le Talmud, les divergences d’opinion sont sacrées et proviennent d’une intention pure.
Le « feu des divergences d’opinions » est un feu sacré.
[…]
Nos Sages commentent : « La Torah est semblable au feu. Si l’on s’en approche trop, on se brûle et si on s’en éloigne, on se refroidit ».
Il ne faut pas s’écarter de la Torah qui est notre vie, ni trop s’en approcher pour sonder ses secrets.

<—————————————–>

+ Il est enseigné au nom de rabbi Méïr : « Pourquoi est-ce aux Bné Israël que la Torah a été donnée? » C’est parce qu’ils sont impétueux/fougueux (azin).
De même, dans la maison d’étude de rabbi Ichmaël, on explique ainsi le verset : « A sa droite, une Loi de feu pour eux » (Vézot haBéra’ha 33,2) : Hachem dit : « Il convient qu’une Torah de feu soit donnée aux Bné Israël ».
Selon d’autres sages, leur comportement est comparable au feu : si la Torah n’avait pas été donnée à Israël, aucune nation ni aucune créature n’aurait pu leur résister (tant ils sont fougueux).
C’est également l’opinion de Rech Lakich qui dit : 3 être sont particulièrement impétueux (et audacieux) : le peuple d’Israël parmi les nations, le chien parmi les animaux et le coq parmi les oiseaux.
Certains ajoutent la chèvre (qui se dit : éz, dérivant du mot : az) parmi le bétail et d’autre ajoutent le câprier parmi les arbres.
[guémara Beitsa 25b]

-> Un homme fougueux (az) n’est pas prêt dans sa nature à se soumettre à qui que ce soit.
L’étude approfondie de la Torah a le pouvoir d’affaiblir les forces et l’impétuosité des Bné Israël à un tel tempérament, et ainsi de soumettre leur cœur à la pratique des mitsvot.
[Rachi]

-> La guémara (Sanhédrin 26b) dit : « Parce que la Torah affaiblit les forces de l’homme qui se consacre à son étude et à l’acquisition de la Sagesse Divine. »
[de même dès que Rech Lakich a pris sur lui l’engagement de se conformer à la Torah, avant même la mise en pratique de cette décision, il a perdu ses forces prodigieuses, selon le principe que l’étude de la Torah affaiblit.]
Le Toldot explique que les juifs devaient prendre sur eux de force de respecter la Torah, afin de s’affaiblir au niveau de leur impétuosité, et de pouvoir ainsi soumettre leur cœur aux mitsvot.

-> « Sois impétueux (az) comme léopard … afin de faire la volonté de ton Père Céleste » (Pirké Avot 5,20)
Le Pné Yéhochoua enseigne que les autres nations, moins impétueuses (que les juifs), auraient abandonné tôt ou tard devant la difficulté [que demande une étude de la Torah en profondeur => faut une fougue à toute épreuve!] ; et c’est pourquoi Hachem ne les a pas contraintes après leur refus d’accepter la Torah.

<—>

-> Les juifs se distinguent par 3 qualités : ils sont miséricordieux (ra’hamim), bienfaiteurs (gomlé ‘hassadim) et humbles/timides (baïchanim).
[guémara Yébamot 79a]

=> Comment la guémara (Beitsa 25b) peut-elle affirmer que les juifs « sont impétueux/fougueux » (azin)? Cela semble contradictoire?

-> Le Maharal (Nétivot Olam – Haboucha chap.1) enseigne :
Malgré la puissance du feu (éch) qui brûle et se propage, ce feu « se plie » devant l’eau dont il reconnaît la supériorité par son pouvoir de l’affaiblir et de l’éteindre.
De même, Israël, malgré son impétuosité et son surplus d’énergie sur terre, est prompt à reconnaître la supériorité d’Hachem et des grands Sages.
Ainsi, l’impétuosité/fougue des juifs se transforme aussitôt en honte et humilité (baïchanout) devant les Grands.

-> Le Maharcha (guémara Yébamot79a) écrit :
L’impétuosité/fougue est un tempérament naturel des juifs, mais lorsqu’ils approfondissent l’étude de la Torah, leurs forces et leur fougue s’affaiblissent. Ils sont alors prêts à soumettre leur cœur et à développer la modestie (baïchanout) qui est le trait de caractère d’un juif digne de ce nom.
Seule la Torah a le pouvoir d’opérer cette transformation.
[…]
Les juifs sont tellement attachés à Hachem qu’ils n’ont pas peur et ne reculent pas devant ceux, même plus puissants et forts physiquement, qui voudraient les détacher de leur Créateur.
Ils demeurent fermes dans leur conviction ; c’est en cela qu’ils sont impétueux. (azim).

<—>

=> Pourquoi Israël est-il digne de recevoir la Torah (Loi de feu)?

-> Le Ben Ich ‘Haï enseigne :
Il convenait que la Torah soit donnée à ce peuple, issu de Yaakov (יעקב) et de ses 2 épouses : Léa (לאה) et Ra’hél (רחל), désigné Israël (ישראל), dont les lettres : ל ר י sont les initiales de : Yaakov, Ra’hél et Léa.
Il reste alors les 2 autres lettres : ש et א qui forment le mot : אש (feu – éch).
Il y a donc, dans le nom « Israël » de ce peuple, une allusion au fait que ce peuple, issu de cette source de sainteté : Yaakov, Ra’hél et Léa, mérite cette Torah (Loi de feu).

À propos kol26
rak kol26. Tous unique, tous unis!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :