« Tu les écriras sur les montants de ta maison et sur tes portes » (Vaét’hanan 6,9)

-> « Vous toucherez le linteau et les 2 montants (mézouzot – מְּזוּזֹת) avec le sang » (Bo 12,22)

Le Tikouné Zohar (10,25a) fait remarquer que les lettres du mot : mézouzot (les montants d’une porte – מזוזות), permettent de former : « la mort est enlevée » (zaz mavét – זז מות).
En effet, de même que le sang sur les montants (mézouzot) a permis de protéger les juifs de la plaie des premiers-nés, de même, de nos jours, chaque mézouza protège la maison.

-> Nos Sages (Shabbath 32a), affirment que par la faute de la négligence de la mézouza, les enfants peuvent mourir, mais celui qui fait attention à la mézouza, la mort s’en va de chez lui.
[mézouza -> zaz mavét!]

Le Chaar bat Rabim enseigne que c’est pourquoi on écrit à l’extérieur de la mézouza le Nom Cha-daï (שדי), qui est formé des initiales de : « Chomer dirat Israël ».
En effet, quand les forces impures voient ce Nom écrit à l’extérieur de la mézouza, elles s’inclinent et s’enfuient de cette maison.

<—>

-> La guémara (Béra’hot 47b) pose la question : Comment définir un ignorant (am aarets)?
Parmi les 6 avis qui y sont rapportés, il y a celui de Rabbi Nathan, qui est : « Celui qui ne place pas de mézouza à ses portes » (selon Rabbi Nathan).

-> Dans la guémara (Avoda Zara 11), Onkelos répondit à Titus : « En général, le roi se trouve à l’intérieur et ses soldats demeurent à l’extérieur pour le protéger. Par contre, D. agit à l’opposé : les serviteurs sont à l’intérieur et Il les protège de l’extérieur (la mézouza se trouvant en dehors). »

<—>

+ Lorsque nous rentrons dans une pièce, la mézouza nous invite à nous arrêter et à réfléchir au but de notre vie.
En effet :

-> Le Maharal (Tiféret Israël – 22) nous dit que la mézouza a pour objectif de fixer en nous la Torah d’Hachem.

-> Le Rambam (Hilkhot Mézouza 6,13) enseigne que le but de la mézouza est d’amener chaque personne à sortir de son sommeil (spirituel) et de ses erreurs, qui proviennent du fait que l’on se préoccupe de choses vaines.
D’ailleurs, cela est très similaire aux paroles du Rambam sur l’objectif du Shofar (Hilkhot Téchouva 3,4), qui est de : « Réveillez-vous, Réveillez-vous, dormeurs, de votre sommeil ».

=> Ainsi, le passage à proximité d’une mézouza est un moment nous obligeant à sortir de notre routine, à nous arrêter et à réfléchir : Où en suis-je dans ma vie?
En toute honnêteté, quelle est la direction que je souhaite lui donner?

[Il est inscrit sur les mézouzot le Nom Divin : « Sha-daï », qui est l’abréviation de : « Sha-daï Mélé’h Olam » (au Roi majestueux du monde – שדי מלך עולם)
Une mézouza doit nous rappeler cette réalité, à quel point nous sommes dépendants de Lui, à quel point nous avons intérêt à suivre Sa Volonté, …]

<—>

-> Le Rambam (Hilkhot Mézouza – chap.10,13) enseigne :
« Chacun devra respecter scrupuleusement la mitsva de la mézouza, car elle s’adresse à tous et à tout moment. Chaque fois que l’on entrera et sortira de chez soi, on aura devant les yeux l’Unicité du Nom de Hachem.
On se souviendra ainsi de l’amour [qui Lui est dû], on sortira de sa torpeur et on prendra conscience de ses errements vers les futilités de l’existence.
De la sort, on aura à l’esprit que seule la connaissance du Maître du monde subsiste éternellement. Aussitôt, la conscience s’éveillera et on suivra la voie de la droiture. »

-> Le rav Yé’hezkel Avramski commente : « Entendez-vous? Chaque fois que l’on franchit le seuil de la porte, il nous incombe de nous remémorer que seule la connaissance du Maître du monde perdure.
Lorsque nous passons devant la mézouza, celle-ci nous interpelle encore et encore : « Sache que seule la connaissance du Maître du monde subsiste éternellement! » »

<—>

-> Le mot : מזוזות (mézouzot) commence avec un mém (מ) et se termine par un tav (ת).
Ces 2 lettres combinées forment le mot : « mét » (מת), qui signifie : mort.
Les lettres restantes : זוזו ont une guématria totale de : 7+6+7+6 = 26, qui est la valeur du Tétragramme (יהוה).
=> Ainsi, le Nom Divin sépare le mém et le tav = il coupe et détruit la mort (מת).

Il en découle que le mot : « mézouza » nous dit : « Que le visage du roi s’éclaire, c’est un gage de vie » (Michlé 16,15). En étant conscient de la présence de D. à travers la mézouza sur nos portes, nous protégerons nos maisons de la mort et du malheur.
[rabbi Naftali Tsvi Horowitz de Ropshitz – Zéra Kodech]

<—>

-> Le Nom Divin : Sha-daï, qui est inscrit sur la mézouza, est l’acronyme de : « Shomer Daltot Israël » (« Gardien des portes d’Israël »).
La mézouza est fixée sur le linteau de la porte pour indiquer, que quelle que soit la façon dont vous servez D., vous devez sentir que vous êtes seulement à l’entrée, au début.
Votre service de Hachem et votre étude de la Torah doivent toujours être une expérience nouvelle et fraîche, jamais une routine banale.
[rabbi Israël Taub de Modzhitz – dans son Divré Israël (paracha Michpatim)]

<—>

-> Le Méam Loez (Ekev 11,20) cite que la guémara Yérouchalmi qui rapporte l’incident suivant :
Un prince juif a envoyé une pierre précieuse à Rav. En retour, Rav lui a fait parvenir un mézouza.
Le prince fut déçu par ce présent apparemment sans valeur, mais Rav lui répondit : « Vous m’avez envoyé un objet de grande valeur, mais je vous ai envoyé un objet sans prix! Votre présent me contraint à le garder constamment contre les voleurs, tandis que le mien vous protégera éternellement. »
[Sha-daï (Hachem) = « Gardien des portes d’Israël »]

<—>

-> La mézouza placée auprès de la porte offre une protection de jour comme de nuit.
Une bonne mézouza … possède une sainteté intrinsèque puisque le Nom Divin y est inscrit 10 fois : 5 fois dans le 1er paragraphe de la mézouza (Dévarim 6,4-9) et 5 fois dans le second (Dévarim 11,13-21).

Il est évident que quiconque ayant une mézouza cachère à sa porte ne connaîtra pas de malheur.
Toutefois, même si une personne veille à observer ce commandement, ses péchés peuvent lui causer du tort, comme il est écrit : « Vos fautes vous séparent de votre D. » (Yéchayahou 59,2).
Bien que les Noms de D. inscrits sur la mézouza assurent une protection, les fautes de l’individu l’en séparent.
[Mékhilta – rapporté dans le Méam Loez (Bo – 12,23)]

<—>

-> Mézouza & shalom bayit : https://todahm.com/2014/12/21/la-mezouza-le-shalom-bayit

À propos kol26
rak kol26. Tous unique, tous unis!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :