« Voici comment vous devez le manger : votre ceinture à la taille, les chaussures aux pieds et le bâton à la main. Mangez-le à la hâte ; c’est le sacrifice de Pessa’h pour Hachem » (Bo 12,11)

-> Les juifs devaient garder « les chaussures aux pieds » pour se rappeler la faute de la vente de Yaakov lorsque ses frères utilisèrent l’argent de la vente pou s’acheter des chaussures.
A cause de cela, les juifs avaient dû pétrir de l’argile de leurs pieds nus [en tant qu’esclaves].
Pour montrer que ce péché était à présent expié, Hachem instruisit les juifs de garder leurs chaussures aux pieds pour consommer le sacrifice.

Ils devaient garder leur bâton à la main pour symboliser leur indépendance.
Jusqu’à présent, les bâtons se trouvaient dans les mains des égyptiens pour les battre chaque fois qu’il manquait une seule brique à leur quota.
A présent, ils pouvaient avoir leur bâton en main, pour montrer qu’ils étaient leurs propres maîtres.

Le sacrifice devait être consommé rapidement afin que les juifs ne jouissent pas de son goût.
S’ils avaient pu le manger lentement, ils en auraient savouré la viande et auraient davantage pensé à leur satisfaction qu’au commandement Divin. La mitsva aurait été alors imparfaite.
Hachem dit donc : « Mangez-le à la hâte ; c’est un sacrifice Pessa’h pour Hachem » = en le mangeant à la hâte, ils ne dériveraient pas de plaisir physique de la viande et n’auraient pour objectif que l’offrande à Hachem.
[…]

« Mangez-le à la hâte » = il y avait un raison mystique à leur empressement. Les juifs avaient déjà franchi 49 des 50 portes d’impureté. S’ils avaient passé la 50e, ils n’auraient jamais pu quitter l’Egypte.

La sortie d’Egypte se produisit par l’intermédiaire de Moché qui ne pouvait lutter contre les Forces du mal existant au-delà de la 50e porte.
Moché lui-même avait pu franchir 49 portes de sainteté. Chaque porte qu’il avait passée lui avait donné le pouvoir de dominer les Forces de la porte d’impureté correspondante.
Or, puisqu’il n’avait eu accès qu’à 49 portes, il ne pouvait faire sortir son peuple que par la 49e porte d’impureté.
Si les juifs avaient traversé la 50e porte, aucun être humain n’aurait pu les en faire revenir.
Hachem avait donné à Avraham le choix que ses descendants connaissent l’exil ou le Guéhinam (purgatoire).
Avraham choisit l’exil afin que s’ils fautaient, ils ne soient pas éternellement condamnés au Guéhinam.

C’est pour cette raison que les juifs devaient être libérés par Moché, et non par D. Lui-même.
Si Hachem en personne avait libéré les juifs aucune nation n’aurait jamais plus été capable de les asservir.
Le choix que fit Avraham, l’exil plutôt que le Guéhinam, n’aurait donc pas pu prendre effet.

Par contre, la rédemption finale se produira par l’intermédiaire de Hachem seul.
A ce sujet, le prophète prédit : « Vous ne partirez pas à la hâte (‘hipazon) ; vous ne vous enfuirez pas, car Hachem ira devant vous » (Yéchayahou 52,12).
La rédemption finale aura lieu par Hachem seul et non par un mortel.
Lorsque les juifs quittèrent l’Egypte, ils durent le faire rapidement parce que s’ils avaient franchi la 50e porte d’impureté, Moché n’aurait pas pu les en faire revenir.
Par contre, la rédemption finale sera accomplie par Hachem Lui-même ; de la 50e porte d’impureté, D. pourra les racheter.
Il n’y aurait plus d’exil par la suite puisque personne n’oserait plus jamais asservir les juifs.

[Méam Loez – Bo 12,11]

<———————->

+ « Les chaussures aux pieds et le bâton à la main »

-> Selon certains, les Nuées de Gloire conduisirent les juifs au mont Moriah à Jérusalem afin qu’ils puissent offrir le sacrifice de Pessa’h à l’endroit où serait, plus tard, construit le Temple.
Ensuite, les Nuées les ramenèrent à Ramsès d’où ils commencèrent leur périple dans le désert.

C’est en allusion à ce phénomène que Hachem dit, plus tard, aux juifs : « Vous avez vu ce que J’ai fait aux égyptiens, que Je vous ai portés sur des ailes d’aigle et vous ai amenés à Moi » (Chémot 19,4).
Hachem a précisé aux juifs qu’ils pourraient consommer le sacrifice Pessa’h « les chaussures aux pieds et le bâton à la main ».
En effet, puisqu’il est interdit de marcher sur le Mont du Temple chaussé ou muni d’un bâton, les juifs avaient besoin d’une dispense particulière de D.
[Méam Loez – Bo 12,37]

À propos kol26
rak kol26. Tous unique, tous unis!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :