« Quand on coupe une branche d’un arbre, une voix va d’un bout du monde à l’autre, mais elle ne s’entend pas. »

[Pirké déRabbi Eliézer – chap.34]

=> Tou biChvat (le nouvel an des arbres) constitue pour un juif l’occasion de porter un regard sur le monde végétal, qui nous paraît à nous être « inerte », alors que nos Sages nous révèlent qu’il a des sentiments et même parfois exprime de la douleur.

Nous devons en tirer une grande humilité : ce que nous percevons du monde, ce qui s’y déroule réellement nous dépasse totalement : tout est entièrement dans les mains de papa Hachem.
A partir de ce constat, comment ne pas suivre avec joie la volonté de D., comme unique GPS nous permettant d’avancer sur le bon chemin de notre vie.

-> Dans le midrach (rabba Bamidbar 3), il est rapporté :
« Il y avait un palmier qui était à ‘Hamatan, et qui ne donnait pas de fruits. On l’a greffé, et il ne donnait toujours pas de fruits.
Rabbi Tan’houma a dit : « Il voit un palmier dattier de Jéricho et le désire en son cœur ».
On en a amené, on l’a greffé avec, et immédiatement il a donné des fruits. »

[Plus on a conscience de notre petitesse, plus on permet à Hachem d’avoir une grande place dans notre cœur, plus on lui permet d’être grand à nos yeux!

Par ailleurs, on a tendance à se moquer, à parler d’autrui en se persuadant que cela n’est rien! (à l’image d’un arbre qui reçoit des rafales de vent, mais qui reste stoïque!)
Mais si nous prenons conscience que même l’inerte a des sentiments, alors à combien plus forte raison devons-nous faire attention à l’extrême à l’honneur et à la susceptibilité de notre prochain!]

<——->

-> Que peut-on apprendre de l’arbre?

1°/ L’arbre n’est vivant que lorsqu’il est relié à ses racines. Quand il est détaché, il se flétrit.
De même l’homme, qui est comparé à un arbre, ne tire sa vie (une vie riche de sens) que lorsqu’il est relié par ses actes à son Créateur.

2°/ Sans eau, l’arbre se flétrit et ne peut pas vivre.
C’est une allusion à l’homme, qui sans eau se flétrit et ne peut pas vivre.
[ « L’eau ne fait référence qu’à la Torah » – guémara Avoda Zara 5b – én mayim ella Torah]

3°/ Si l’arbre a de nombreuses racines, le vent ne peut pas le déraciner. Mais s’il a peu de racines, le vent le déracine.
De même, l’homme quand il est fortement enraciné dans sa foi, rien ne peut le détourner de servir Hachem. Mais si les racines de sa foi sont faibles, n’importe quoi le dérange dans son service de Hachem. [Yaavets – Pirké Avot 3,7]

4°/ L’écorce des fruits de l’arbre se forme avant le fruit.
De même, le mauvais penchant vient en l’homme avant le bon penchant. Malgré tout, il faut jeter l’écorce et ne manger que le fruit.

5°/ S’il y a une égratignure sur le noyau, cela va ensuite devenir un défaut voyant de l’arbre qui aura poussé à partir de ce noyau.
De même dans l’éducation des enfants, une petite déviation dans la petite enfance se transformera en un grand défaut à l’âge adulte.

6°/ Le tronc de l’arbre ne se renouvelle pas tous les ans, mais reste fixe ; les fruits, eux se renouvellent tous les ans.
C’est une allusion à la Torah qui est éternelle et existe perpétuellement, mais en qui on découvre tous les ans de nouveaux trésors de douceur et de charme.

[issu du Séfer Ziv haMinhaguim ]

À propos kol26
rak kol26. Tous unique, tous unis!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :