Hachem parla à Moché pour qu’il dise : « Parle aux juifs et qu’ils M’apportent une offrande élevée. Vous prendrez Mon offrande de toute personne portée par son cœur à donner. » (Térouma 25,1-2)

-> Le Tabernacle était appelé en hébreu : Michkan, ce mot a la connotation d’une résidence [de la racine « chakhane », signifiant « habiter »], mais également celle d’une garantie ou d’un gage : machkon, en hébreu.

Les actes des juifs sont déterminants :
– S’ils agissent bien, ils méritent que la Présence Divine réside parmi eux, ils sont les enfants qui mangent à la Table de leur père et sont nourris par Sa bonté.
Le Tabernacle est alors « une résidence ».

– Cependant, si les juifs fautent et méritent d’être anéantis, Hachem retire Sa Présence de parmi eux et détruit le Tabernacle.
Dans ce cas, le Michkan est semblable à un « gage » que le prêteur emporte pour s’assurer du remboursement du prêt. Si l’emprunteur ne s’acquitte pas de sa dette, le prêteur lui prend le gage.
[…]

Est-il possible que Hachem fasse résider Sa Présence en un lieu construit par des êtres humains? …

Le verset dit : « L’intérieur est dallé de l’amour des fils de Jérusalem » (Chir haChirim 3,10) = le but essentiel du Michkan est de démontrer l’amour de D. pour Israël.

Comme chaque juif avait offert les matériaux nécessaires à la construction de cet édifice, Hachem fut satisfait et fit résider Sa Présence parmi eux constamment.
Ce n’était pas de cet édifice lui-même que D. était satisfait mais de l’intention que les juifs y avaient investi.
[…]

Lorsque Hachem dit : « Qu’ils apportent pour Moi une offrande élevée », Il employa le mot hébreu « li » (pour Moi – לִי), qui peut signifier également : « pour le youd » (lé youd – לִ י).

Ceci nous enseigne qu’une personne donnant la charité doit penser au Tétragramme (יהוה) :
– L’argent donné représente le youd.
– La main représente le Hé. Elle a 5 doigts [et la valeur numérique de Hé est de : 5].
– Le bras étendu pour donner la charité au pauvre est le : vav.
– La main ouverte du pauvre est le Hé final.

=> Ceci nous enseigne que Hachem est avec les pauvres, et nous montre l’importance de la charité.

Hachem dit donc que les offrandes devaient être données : « pour le youd ».
Une personne qui donne la charité aux pauvres ou au responsable de la caisse de charité dans un but désintéressé complète le Nom Divin (Tétragramme).
[…]

La Torah dit : « Ils prendront Mon offrande de toute personne portée par son cœur à donner ».
Les collecteurs n’étaient pas autorisés à prendre l’offrande à moins qu’elle ne fût donnée de tout cœur …
En effet, une personne pouvait avoir décidé de ne rien donner, mais en voyant les collecteurs approcher, elle contribuait par gêne (ex: le qu’en dira-t-on?). Dans ce cens, elle ne donnait l’offrande que par honte.

Hachem ordonna donc de ne pas aller trouver les gens ou les convoquer pour la collecte des matériaux. Les responsables devaient rester assis passivement, et quiconque voulait donner une offrande venait à eux.
Ainsi, pouvaient-ils être certains que le donateur offrait sa part « pour D. », et non par respect/crainte pour les collecteurs.
[c’était à 100% : « Qu’ils apportent pour Moi (Hachem) », sans aucunement vexer quelqu’un en le forçant, lui rappeler qu’il n’a pas donné!]

[Méam Loez – Térouma 25,1-2]

À propos kol26
rak kol26. Tous unique, tous unis!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :