« Quant à toi, ordonne (tétsavé) aux enfants d’Israël, et ils prendront pour toi de l’huile d’olive pure, pressée (katit) pour l’éclairage, afin d’allumer la lampe perpétuellement » (Tétsavé 27,20)

-> Le 1er Temple a duré 410 ans, et le 2e : 420 ans.
Ainsi, la Ménora a été allumée tous les jours pendant 830 ans.

Il y a une allusion à cela dans le verset.
Le mot : « katit » (pressée – כָּתִית) est composé des lettres kaf et taf (כת = valeur de 420) et des lettres youd et kaf (ית = qui valent 410).
Ainsi, l’huile doit être « katit » (pressée), pendant les 830 ans de l’existence des 2 Temples (420+410).

La suite du verset est : « afin d’allumer la lampe perpétuellement » (léaalot nér tamid) = cela concerne le 3e Temple, où les bougies vont y être allumées pour toujours/perpétuellement.

<———>

=> Quel est le message que Moché veut transmettre aux générations futures via ce verset?

-> « Ils prendront pour toi de l’huile d’olive pure » = l’huile d’olive ne se mélange pas avec d’autres liquides, elle a une tendance naturelle à se séparer et à monter vers le haut.
=> Ceci doit nous rappeler que les juifs sont spécifiques/différents et qu’ils ne doivent pas se mélanger et s’assimiler aux autres.
Ils doivent aspirer à s’élever spirituellement vers D. (vers haut) et non vers la superficialité, la matérialité (vers le bas).

-> « pressée (katit) pour l’éclairage (lamaor) » = le maor représente la lumière de la Torah (comme il est écrit : « car une mitsva est une bougie, et la Torah est la lumière (or) » – Michlé 6,23).
=> Si l’on veut réussir dans l’étude de la Torah, il faut s’écraser (se « presser »), s’y investir au maximum de nos possibilités, comme l’on dit nos Sages (guémara Meguila 6b) : « Si quelque’un dit : « j’ai peiné, et j’ai réussi », crois-le! » (yagati oumatzati ta’amin – יגעתי ומצאתי תאמן).

[Le ‘Hatam Sofer fait un commentaire similaire :
« Si un homme te dit : « j’ai fait des efforts et je n’ai pas obtenu de résultats [dans mon étude] », ne le crois pas. » (guémara Méguila 6b)
= Pour la subsistance matérielle, on ne doit que prier à Hachem, et faire les efforts minimum nécessaires.
Cependant, dans notre lien avec la Torah, on doit « presser l’olive », travailler aussi durement que nous le pouvons, de toutes nos forces pour acquérir la sainte Torah.
(malheureusement on a tendance à faire l’inverse!)]

-> « afin d’allumer la bougie (nér) perpétuellement » = la bougie (nér) représente l’âme du juif (« l’âme de l’homme est une bougie (nér) de D. » – Michlé 20:27)
=> Le but du juif dans ce monde est d’élever sans cesse son âme ( = maintenir « allumer la bougie (nér) [de son âme] perpétuellement », malgré le fait que le yétser ara fait souffler un vent pour l’éteindre …).

[Source : adapté de divré Torah sur ‘Hannoucca du rabbi Moshe Bogomilsky]

<—>

-> « Afin d’allumer la lampe perpétuellement »

Rachi commente : On allumait jusqu’à ce que la flamme monte d’elle-même.

Nos Sages expliquent que cela symbolise l’obligation des parents et des rabbanim dans l’éducation des enfants en terme de Torah.
Leur objectif doit être de suffisamment les inspirer, pour que cela entraîne la flamme dans l’âme de leurs enfants/élèves, de brûler par elle-même.
Il ne suffit pas de chauffer pour se donner bonne conscience, mais il faut plutôt s’adapter à l’unicité de la personne et s’assurer qu’un feu interne éternel y brûle.

[le feu a la particularité d’allumer d’autres feux sans rien perdre de sa superbe, de même lorsque l’on a un feu de Torah en nous, qui nous permet d’en faire de même autour de nous …]

<————————->

+ « Quant à toi, ordonne (tétsavé) aux enfants d’Israël, et ils prendront pour toi de l’huile d’olive pure, pressée pour l’éclairage, afin d’allumer la lampe perpétuellement » (Tétsavé 27,20)

-> Selon le Ohr ha’Haïm haKadoch :
– « l’huile d’olive » (chémen zayit) = symbolise l’étude de la Torah ;
– « pure » (za’h) = cette étude doit être pure, lichma (désintéressée)
– « pressée pour l’éclairage » (katit lamaor) = représente notre empressement à se sacrifier par amour pour l’étude de la Torah (ex: j’ai envie de me laisser aller, mais en l’honneur de la Torah je vais étudier!).

-> Seule l’huile d’allumage devait être pressée plutôt que pilée, car elle devait être parfaitement pure, sans résidus ni sédiments d’olive.
Et même si de telles impuretés auraient pu être filtrées ensuite, le verset indique que cette huile devait être d’emblée parfaitement pure.
On l’obtenait en pressant légèrement chaque olive, juste assez pour en extraire une seule goutte d’huile. On pouvait alors broyer les olives dans la meule et employer le reste de l’huile pour les sacrifices (seule la 1ere goutte pouvant servir comme l’huile pour la Ménora).
[basé sur le Rachi]

-> « Ils prendront pour toi de l’huile d’olive pure, pressée pour l’éclairage »
= Lorsque quelqu’un dit des mots sévères de réprimande, cela doit être dans l’unique objectif d’illuminer et d’élever son prochain juif, et jamais pour lui causer la moindre humiliation ou le casser, que D. préserve. »
[Rabbi Ména’hem Mendel de Vorka]

[cela est en allusion dans le fait que l’huile d’olive devait être pressée que légèrement, uniquement pour en extraire une seule goutte, sans générer de résidus.
De même, notre réprimande doit se concentrer sur un point important (une goutte à la fois!) et être exprimée avec beaucoup de douceur (pressée que légèrement), sans nullement le blesser émotionnellement (pas de résidu).]

<—–>

-> Yirmiyahou (11,16) compare le peuple juif à un olivier : « Hachem t’avait dénommé : « olivier verdoyant, remarquable par la beauté de son fruit » »

Le midrach (rabba 36,1) explique l’image du processus pour extraire l’huile des olives : les juifs doivent être attaqués à de nombreuses reprises par les nations du monde, avant qu’ils en viennent à faire téchouva, et à ce moment Hachem leur répond.

Le Chem miChmouël (sur Tétsavé 27,20) développe cette idée :
Il est vrai que les juifs font téchouva lorsqu’ils sont menacés par les autres nations.
Cependant, l’huile se trouve cachée dans l’olive, et les pierres utilisées pour le broyage ne vont que mettre à jour ce qui a toujours été présent à l’intérieur.

De même, le peuple juif est réellement pur et méritant.
Le fait que les juifs se laissent aller à ressembler aux nations parmi lesquelles ils vivent, va entraîner que leur splendeur va être cacher.
L’oppression des autres nations va mettre à jour la réelle beauté du peuple juif, ce qu’ils ont toujours été [dissimulé au fond d’eux-même].

<—–>

=> Pourquoi est-ce que la Torah nous ordonne d’allumer la Ménorah spécifiquement avec de l’huile d’olive?

La Ménorah est une allusion à la Torah (guémara Ména’hot 89a).
Le Zohar dit que l’olivier est unique parmi les arbres fruitier, dans le fait d’avoir des olives pendant toute l’année.

De même qu’il a des olives durant toutes les saisons de l’année, de même la lumière de la Torah doit être allumée à toute saison (qu’il fasse très chaud ou bien très froid, qu’il y a un vent fort, de la neige, … [qu’on ai envie ou pas, que nous traversons une période difficile ou pas de notre vie, …]).

La guémara dit qu’il n’y a qu’une seul avoda qu’il est permis de faire pendant la nuit dans le Temple, et c’est l’allumage de la Ménorah.
De même, la nuit n’a été créée qu’afin qu’on y étudie la Torah.

=> La Torah se doit d’être d’être étudier de jour comme de nuit, et ce quel que soit le temps.

[Ben Ich ‘Haï – Ben Yéhoyada – guémara Ména’hot 89a]

<—–>

-> Nos Sages (guémara Horayot 13b) nous enseignent que le fait de manger régulièrement des olives entraîne l’oubli de notre étude de la Torah.

Rabbi Yo’hanan y affirme que de même que manger une olive fait oublier notre étude de la Torah, de même consommer de l’huile d’olive restaure notre étude de la Torah.

[c’est pourquoi le rav Yossef ‘Haïm Zonenfeld recommande de manger une olive avec de l’huile d’olive, pour empêcher ses effets négatifs]

– « Quant à toi, ordonne (tétsavé) aux enfants d’Israël » = puisque toi Moché, tu es en train d’enseigner au peuple, ils risquent d’oublier leur Torah ;
– du coup : « et ils prendront pour toi de l’huile d’olive pure » = qu’ils prennent de l’huile d’olive pure afin de combattre l’oubli.
[Yalkout Haourim – ילקוט האורים]

<—–>

-> On peut affirmer de ce verset que l’allumage des bougies de Shabbath vient de la Torah.
En effet, la guématria de : « tétsavé » (תְּצַוֶּה) est la même que : « nachim tsiva » (נשים צוה – les femmes ont été ordonnées).
[Rabbénou Yoël]

À propos kol26
rak kol26. Tous unique, tous unis!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :