« [Moché] demeura là avec D. pendant 40 jours et 40 nuits. Il ne mangea pas de pain ni ne but d’eau.
[Il] écrivit sur les Lou’hot les paroles de l’alliance : les 10 Commandements » (Ki Tissa 34,28)

-> Moché ne mangea pas de pain et ne but pas d’eau. Il n’est pas étonnant qu’il fût capable de rester si longtemps sur la montagne sans se nourrir. Le plaisir qu’éprouva son âme de l’éclat de la Présence Divine le rassasia. [Divré Chlomo – Michpatim]

La Torah emploie donc l’expression : « Il ne mangea pas de pain ni ne but d’eau », et non : « Il ne mangea ni ne but ».
Lorsque la Torah dit : « Il ne mangea pas de pain ni ne but d’eau », cela implique qu’il ne consomma pas de nourriture. Il avait pourtant une autre alimentation : la nourriture spirituelle provenant de l’éclat de la Présence Divine.

C’est cet éclat qui nourrit également les anges appelés : ‘Hayot, qui soutiennent le Trône de Gloire.

Le prophète Eliyahou demeura, lui aussi, 40 jours et 40 nuits.
Cependant, ce miracle était différent. La nourriture qu’Eliyahou avait absorbée ne fut pas rapidement digérée. Ses derniers repas suffirent à le nourrir pendant 40 jours et 40 nuits, comme il est écrit : « Il alla avec la force de cette nourriture pendant 40 jours et 40 nuits » (Méla’him I 19,8).

Cependant, Moché n’avait nulle nourriture dans l’estomac.
« Il ne mangea pas de pain ni ne but d’eau » = il ne se nourrit d’aucune denrée physique. Son alimentation fut exclusivement spirituelle. [le Radak]
[Méam Loez]

<——————>

Moché descendit du mont Sinaï. Lorsqu’il descendit de la montagne, les 2 Tables de témoignage (Lou’hot aédout) étaient dans la main de Moché.
Moché ne savait pas que la peau de son visage était devenue lumineuse lorsque [Hachem] lui avait parlé. (Ki Tissa 34,29)

-> Moché descendit du mont Sinaï le jour de Yom Kippour ave les 2e Tables. [Rachi]
Moché ignorait que son visage était devenu lumineux.

Lorsqu’il se trouvait dans la grotte et que Hachem passa devant lui (v.34,6), sa face se mit à rayonner.

Certains disent que Moché reçut cet éclat lorsqu’il prit les 2e Tables de la main de Hachem.
Les Tables mesuraient 6 palmes sur 6. Hachem tenait 2 palmes dans Sa « main » tandis que Moché en tenait 2 à l’autre extrémité.
La distance entre les « mains » de D. et celles de Moché n’était que de 2 palmes. C’est de cette proximité que Moché reçut la brillance de son visage.

Selon d’autres, Moché reçut cette lumière des étincelles qui émanaient de Hachem lorsqu’Il [lui] enseigna la Torah.

Le visage de Moché produisait une clarté équivalente à celle de nombreuses lampes. Si Moché se trouvait dans une pièce, il illuminait la maison tout entière.

Certains disent que le visage de Moché avait répandu cet éclat depuis sa naissance. Il provenait de la lumière extrêmement puissante que D. créa lors des 6 jours de la création.
Grâce à cette brillance pure et subtile, il était possible de voir d’une extrémité du monde à l’autre.
Cependant, Hachem sut que les hommes allaient se pervertir lors de la génération du Déluge et celle de la Tour de Bavél. Il mit donc cette lumière de côté à l’intention des tsadikim au monde futur.

Hachem révéla cette lumière à Adam, en lui permettant de voir d’une extrémité du monde à l’autre.
Il la révéla également au roi David, qui la décrivit ainsi : « Comme est grand le bien que Tu as caché pour ceux qui Te craignent! » (Téhilim 31,20).
Voyant que cette lumière était 60 075 fois plus brillante que le soleil, le roi David remercia Hachem de la grande récompense mise de côté pour les tsadikim au monde futur.

A sa naissance, Moché possédait cette intense lumière mais il la perdit lors de son séjour chez Pharaon.
Hachem la lui restitua au don de la Torah sur le mont Sinaï lorsqu’il contempla les Lou’hot.
C’est ce qui donnait au visage de Moché cet éclat lumineux qu’aucun être humain ne pouvait contempler. [Yalkout Réouvéni]

Hachem en fit don à Moché pour enseigner qu’Il peut changer la direction du monde et bouleverser les lois de la nature.
Généralement, lorsqu’un homme mange et boit beaucoup, son visage reluit, tandis que lorsqu’il jeûne, sa physionomie devient terne.
Pourtant, le visage de Moché ne s’assombrit pas après son long jeûne.
Bien qu’il jeûnât par 3 fois pendant 40 jours consécutifs, son visage resplendit davantage. Il devint si lumineux que les gens ne purent le regarder et craignirent de s’approcher de lui.

Cela nous apprend aussi la grandeur et la sainteté de Moché.
Il s’était tant approché de Hachem qu’il avait atteint le niveau des anges. Aucun être humain n’est jamais devenu si entièrement spirituel.

Moché était si attaché à Hachem et si imprégné de Torah q’il ne se rendit pas compte de son propre éclat.
[Méam Loez – Ki Tissa 34,29]

<—————–>

« Aharon et tous les juifs virent que la peau du visage de Moché brillait et craignirent de s’approcher de lui » (Ki Tissa 34,30)

=> Pourquoi le visage de Moché ne brilla-t-il que lors du don des 2e Lou’hot, et non dès la remise des 1eres?

Contrairement aux 1eres Lou’hot, les 2e furent remises discrètement, en privé.
Hachem ayant interdit à quiconque de se trouver sur la montagne, les juifs auraient pu prétendre que les 2 Lou’hot n’avaient pas été données par D.
Il marqua donc Moché d’un signe : l’éclat de son visage, pour convaincre le peuple que Moché avait bien reçu ces Lou’hot des mains de D.
Par contre, les 1eres Lou’hot n’avaient pas besoin d’une telle marque puisqu’elles avaient été données publiquement, au milieu du tonnerre et des éclairs.

Moché n’a pas reçu cette luminosité avec les 1eres Lou’hot, car Hachem savait qu’elles seraient brisées.
Il attendit donc le don des deuxièmes.
[…]

A la mer Rouge, les juifs virent la Gloire de la Présence Divine et s’exclamèrent : « Voici mon D. » (Chémot 15,2), sans peur ni tremblement. Cependant, après la faute du veau d’or, ils craignirent de regarder l’éclat du visage de Moché. [Zohar]

Cela est hélas compréhensible! Un homme sortant d’une pièce éclairée n’est pas gêné par la lumière du soleil. Par contre, celui qui se trouve dans le noir sera aveuglé par un brusque passage de l’obscurité à la lumière du soleil. Il sera incapable de voir quoi que ce soit et devra fermer les yeux.

Ainsi en est-il de l’âme humaine. Si un homme ne souille pas son âme, il est capable de percevoir des choses spirituelles. Cependant, s’il faute et dégrade son âme, sa perception spirituelle s’affaiblira.

Lorsque les juifs reçurent la Torah, leur corps et leur âme étaient si purs qu’ils devinrent presque entièrement spirituels. Ils pouvaient donc contempler la Gloire de la Présence Divine.
Après la faute du veau d’or, leurs âmes se ternirent et ils ne purent pas même regarder le visage de Moché. [Réchit ‘Hokhma p.28]

A la vue de son visage, les juifs furent terrifiés. Ils crurent que la Présence Divine y apparaissait ou que des anges l’accompagnaient.
Quand Moché vit leur frayeur, il les appela. [Ramban]
[Méam Loez – Ki Tissa 34,30]

<——->

« Lorsque Moché se présentait devant Hachem pour parler avec Lui, il ôtait le voile jusqu’à sa sortie. Puis il sortait et disait aux Bné Israël ce qui lui avaient été ordonné » (Ki Tissa 34,34)

-> Il n’est pas respectueux de parler au Roi le visage couvert d’un voile. De plus, en ôtant le voile, Moché pouvait recevoir davantage d’éclat de la Présence Divine. (Tsor haMor)

De ce jour, Moché prit l’habitude suivante : lorsqu’il entrait parler à Hachem, il ne portait pas de voile en signe de respect.
Lorsqu’il transmettait aux juifs ce que Hachem leur avait ordonné, il parlait sans le voile afin que les juifs bénéficient de l’avantage spirituel de cette lumière. [Rabbénou Bé’hayé]

Après avoir achevé son enseignement, Moché remettait le voile sur son visage. Il ne voulait pas que les membres du peuple tirent profit de cette lumière sacrée en vaquant à leurs occupations profanes.

<——->

« Les bné Israël voyaient le visage de Moché, et [constataient] que la peau du visage de Moché resplendissait. Moché remettait le voile sur son visage jusqu’à ce qu’il parle [à nouveau] avec Hachem. » (Ki Tissa 34,35)

-> Rabbénou Bé’hayé enseigne que Moché gravit à 3 reprises le mont Sinaï, et à chaque fois, l’éclat de son visage s’intensifiait. C’est pour cette raison que le nom de Moché est mentionné 3 fois dans ce verset …
Moché garda cette lumière sur son visage jusqu’à sa mort, comme il est écrit : « Son éclat n’avait pas faibli et sa vigueur ne l’avait pas quitté » (Dévarim 34,7).
Même à l’approche de la mort, l’éclat que son visage portait de son vivant n’avait pas faibli.

Selon certains, Moché couvrit son visage par humilité, pour ne pas que l’on constate la grandeur qui lui fit mériter cette luminosité.
Certes, lorsqu’il enseignait la Torah au peuple, il ôtait son voile, mais il espérait que l’on attribuerait son éclat à la Torah. Après avoir terminé d’enseigner, il remettait son voile.

La Torah écrit : « Moché ne savait pas que la peau de son visage était lumineuse » (v.34,29) explique pourquoi Moché ne couvrit pas son visage dès sa descente du mont Sinaï.
S’il l’avait su, il l’aurait couvert tout de suite. [Maassé Hachem p.155]

=> Comment était-il possible que Moché ne perçoive pas la lumière intense émanant de son visage, 60 075 fois plus ardente que celle du soleil?

Le verset : « Les 2 Tables du témoignage étaient dans la main de Moché lorsqu’il descendit de la montagne », nous apprend que Moché attribuait cette lumière aux Tables (Lou’hot).
Cependant, lorsqu’il vit que le peuple craignait de s’approcher de lui, il se rendit compte qu’elle provenait de son visage. [Ramban]
[Méam Loez]

À propos kol26
rak kol26. Tous unique, tous unis!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :