Lorsqu’un malade est en danger, c’est une mitsva que de transgresser le Shabbath pour le sauver.
Plus on déploie d’efforts pour enfreindre le Shabbath et sauver la vie du malade, plus on mérite de louanges.

Aller demander à un Rav si un acte est permis sera considéré, dans ce cas, comme une faute. Cela revient à commettre un crime, car le temps qu’on aille poser la question, le malade risque de mourir ou son état d’empirer.
La Torah dit que les mitsvot ont été données pour « vivre par eux » (Vayikra 18,5) = Hachem nous les a donnés en tant que source de vie, et non de mort.
[…]

Si le malade refuse de prendre un remède le Shabbath, il est considéré comme un « pieux imbécile » (‘hassid choté).
S’il pense être récompensé dans le monde futur pour n’avoir pas transgressé le Shabbath, il se trompe lourdement. On considère qu’il se suicide, ce qui est une faute très grave pour laquelle il sera puni.
[Méam Loez – Vayakél 35,3]

À propos kol26
rak kol26. Tous unique, tous unis!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :