« Les juifs n’ont quitté l’Egypte qu’en raison de leurs prières »

[midrach Chémot rabba 38]

<——–>

+ Personne n’a trop peu de valeur pour que sa prière soit écoutée :

-> « S’il existait une personne qui ne mériterait pas que Hachem accepte ses prières, néanmoins par le biais de la force de ses supplications et des larmes de ses yeux, du fait qu’elle pleure et implore constamment, alors bien qu’elle ne possède pas de mérites et de bonnes actions, Hachem va accepter sa prière et accomplir son désir. »
[Séfer ‘Hassidim – 130]

-> Hachem dit à Moché : « Lorsque Je vois des gens, même s’ils n’ont aucune Torah et bonnes actions, ni eux, ni leurs ancêtres, alors uniquement parce qu’ils se lèvent, me remercient, me bénissent, me louent, et élèvent leurs supplications devant Moi, alors Je suis contraint [d’accomplir leurs demandes]. »
[Tana déBé Eliyahou Zouta – 86]

<—>

-> L’homme le plus saint : le Cohen Gadol, le jour le plus saint : Yom Kippour, dans le lieu le plus saint : le saint des saints, devait prier pour que Hachem n’accepte pas la prière des voyageurs demandant un arrêt de la pluie.
En effet, ils n’en veulent pas, car cela ralentit et peut entraîner un fort retard de leur déplacement.

Or, une prière venant des profondeurs du cœur, même d’une personne simple, a un impact phénoménale, au point qu’il est nécessaire d’avoir le Cohen Gadol, le jour de Kippour, dans le saint des Saints, qui intervienne pour ne pas que la collectivité d’Israël ne manque d’eau.

<——–>

-> Le rav Michel Twerski dit qu’au moment de commencer notre Amida, on doit s’imaginer un énorme stade rempli d’anges dans les tribunes qui louent Hachem, et nous au centre du terrain.
Tout à coup, Hachem ordonne à cette multitude d’anges de se taire, expliquant que Son enfant veut Lui parler.
Hachem et tous les anges focalisent alors leur attention sur lui, et Hachem dit : « [Mon enfant] Je suis tout à toi. Qu’as-tu à me dire? »

C’est l’intention du verset que l’on dit en ouverture : « Hachem, chéfataï tifta’h (Hachem, s’il Te plait ouvre mes lèvres) » = nous sommes tellement tremblant devant la grandeur de cette occasion de parler à papa Hachem, l’infiniment énorme, que nous Lui demandons de l’aide pour que les mots puissent sortir de notre bouche.

<—>

-> Lorsqu’une personne pense aux mots [de prière] qu’elle prononce, et au fait qu’elle a le privilège de se tenir devant Hachem, lui demandant pour ses besoins, et qu’elle prend conscience de tout ce que Hachem fait pour elle, alors c’est impossible de ne pas être heureux.
[Pélé Yoets – Yalzou ‘Hassidim – Chorech haTéfila 18]

À propos kol26
rak kol26. Tous unique, tous unis!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :