« Le 7e jour, le chef des enfants d’Efraïm, Elichama fils d’Amihoud » (Nasso 7,48)

=> Pourquoi le chef de la tribu d’Efraïm a apporté son offrande le 7e jour (soit le Shabbath)?

Lorsque Yossef est venu en Egypte, il y a été vendu comme esclave à la maison de Potifar.

La Torah nous relate qu’un jour il est venu à la maison afin de faire son travail, et que la femme de Potifar l’a pressé de commettre une faute.
Yossef en est devenu très effrayé, et il s’est enfui.

Selon le midrach (Yalkout Shimoni 146), c’était le jour du Shabbath, et il venait à la maison faire « son travail », qui était d’étudier et de revoir la Torah que son père lui avait enseigné.

Selon la guémara (Sanhédrin 43b), lorsqu’une personne résiste et domine le mal, c’est équivalent au fait d’offrir un sacrifice.

=> Ainsi, puisque Yossef a « offert » un sacrifice à Shabbath, Hachem l’a récompensé en faisant que son descendant (le chef de la tribu de son fils) pouvait apporter un sacrifice pour l’inauguration de l’Autel, à Shabbath.

Par ailleurs, selon le midrach rabba (14,2), Yossef a observé le Shabbath en Egypte avant qu’il ne soit donné.
On l’apprend du verset : « … (ha’hèn – הָכֵן) … » (Béréchit 43,16)
Le mot ha’hèn est essentiellement utilisé afin d’exprimer une préparation pour Shabbath, comme on peut le déduire du verset : « le 6e jour ils préparent (hé’hinou – הֵכִינוּ) ce qu’ils auront apporté » (Chémot 16,5).

Ainsi, Hachem lui a dit : « Yossef, tu as observé Shabbath avant que la Torah ne soit donné, Je te promets que Je vais te rembourser en permettant à ton petit-fils de présenter son offrande le jour de Shabbath.
Et ce, malgré le fait qu’il soit normalement interdit à une personne individuelle d’agir ainsi, je vais accepter favorablement son offrande. »

=> Mais, n’est-il pas curieux que la récompense de l’observance du Shabbath par Yossef, est une profanation (permise) par son petit fils?

D. a donné le Shabbath et nous a ordonné de le sanctifier.
Ceci s’accomplit en se retenant de tous les travaux interdits, comme le fait d’y apporter un sacrifice individuel.
Il existe cependant des sacrifices [collectifs] que nous devons offrir durant Shabbath.
Ainsi, d’une manière évidente, une offrande demandée par Hachem n’est pas une profanation du Shabbath, mais c’est un moyen de développer la sainteté du Shabbath.

C’est pourquoi la récompense de Yossef, a été, malgré le fait que normalement l’offrande individuelle soit interdite Shabbath, Hachem a donné l’autorisation à son petit-fils d’en offrir en ce jour, qui va alors permettre d’accroître et d’élever la sainteté du Shabbath.

Source (b’h) : traduction personnelle d’un dvar Torah du rabbi Moché Bogolmisky (dans son Védibarta Bam)

À propos kol26
rak kol26. Tous unique, tous unis!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :