» Quand l’Homme vient au monde, ses mains sont fermées, comme pour dire : le monde entier est à moi, je veux l’avoir en ma possession.
Quand il quitte le monde, ses mains sont tendues, comme pour dire : je n’ai rien eu en ma possession de ce qui est au monde présent. »
(Midrach Rabba sur Kohélet).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code