+ “Vous n’ajouterez pas à la parole que je vous ordonne et vous n’en retirerez rien …” (Vaet’hanan ch.4 ; v.2)

L’interdiction d’ajouter une mitsva supplémentaire est sous-entendue dans le nombre des commandements de la Torah :
– ils sont au nombre de 613 = taryag ( תריג)
– si on en rajoute un, on obtient 614 = torid (תוריד) = tu feras descendre ;
Ainsi, on n’améliore pas la Torah en y ajoutant de nouvelles injonctions, mais on la déprécie au contraire en la rabaissant (torid) au rang d’une loi sortie de l’imagination d’un être humain.
– si on enlèves une unité, on obtient 612 = tariv (תר’ב) = tu te querelleras ;
En effet, chacun voulant retrancher de la Torah ce que bon lui semble, on en viendra à des disputes incessantes.

[le Ben Ich ‘Haï]

<—————————>

-> Rabbi Yonathan Eibeshutz dit :
« La Torah est décrite comme un « sam ha’haïm » (un élixir de vie), un médicament capable de purifier ceux qui le prennent.
Nous sommes avertis de ne pas ajouter ni retirer des mots de la Torah.

Un médicament est un mélange de différentes substances, et en changer les proportions est toxique.
De même, les commandements de la Torah sont donnés en proportion exacte et parfaite, et modifier même un seul mot peut avoir un effet terrible et nuisible. »

<—————————>

-> Le Rabbi de Loubavitch enseigne :
« Si à la fois un ami et un ennemi te donnent un conseil, tu peux être sûr que ton ennemi souhaite que tu t’égares.
Lorsqu’une idée vient dans notre esprit, nous devons nous interroger : « Quelle est l’origine de cette idée : est-ce le yétser atov ou bien le yétser ara? »

=> Hachem nous a donné un package parfait de mitsvot, et tout désire d’en ajouter ou bien d’en retirer fait forcément partie des plans du yétser ara.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code