« Les voies de D. sont impénétrables, dit-on.
Assurément. 
Je n’aurais jamais accepté, en aucune façon, de servir un D. dont les voies auraient été à la portée de la compréhension de l’homme. »
(Ména’hem Mendel de Kotzk – 1787-1859)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code