Agir selon l’ordre des priorités (b »h)

+ « Avraham entra en hâte dans sa tente, vers Sarah et dit : Vite! Prend 3 mesures de farine, de pur froment, pétris-la et fais-en des galettes. » (Vayéra 18;6)

Guémara Baba Métsia 86b :
== « Rav Yéhouda a dit : Rav a dit : « tout ce que Avraham a servi lui-même aux 3 anges, D. l’a servi Lui-même à ses descendants, et tout ce que D. a fait servir par un intermédiaire, D. l’a octroyé par un intermédiaire à ses descendants.
Avraham a dit : « Je prendrai du pain … », D. a envoyé la manne du ciel directement.
Avraham a dit : « que l’on prenne un peu d’eau », D. s’est servi d’un messager pour faire jaillir de l’eau (ainsi qu’il est écrit) : »tu frapperas le rocher » « .

En réfléchissant à ce passage de la guémara, nous constatons que tout ce que Avraham a servi lui-même, il l’a donné d’une main large et généreuse, en quantité considérable ; un veau pour chacun, …
Et pour l’eau qui est la moins coûteuse, Avraham a dit : « que l’on prenne, de grâce, un peu d’eau » = il la donne avec parcimonie!
Comment comprendre cette guémara?

Rav Chakh répondait à cette question en racontant une anecdote.
Un jour, Rabbi Israël Salanter fut invité chez l’un de ses élèves.
Lorsqu’il se lava les mains avant le repas, il utilisa juste la quantité d’eau nécessaire.
Étonnés, ses disciples lui demandèrent : « Que notre maître nous enseigne! N’est-ce pas une ségoula pour devenir riche que de verser abondamment de l’eau pour l’ablution des mains?
– C’est exact, leur a-t-il répondu, mais cela ne doit pas se faire sur le compte de la servante chargée de rapporter l’eau du puit! »

Ainsi, disait le Rav Chakh, puisque les moindres détails des actes de nos patriarches préparent la conduite des générations à venir (‘maassé avot simane lebanim’) et que l’eau a été donné par un intermédiaire, ainsi Avraham savait que l’eau serait fournie aux enfants d’Israël par un intermédiaire : Moshé Rabbénou (et non directement par D. comme la manne).
Avraham s’est donc soucié que cela ne lui coûte pas trop d’efforts car il ne voulait pas faire un embellissement de la mitsva de recevoir des invités, sur le compte de l’émissaire.

De même, Avraham a demandé à Sarah : « … pétris et fais des galettes ».
Avraham a voulu que, dans l’avenir, les femmes prennent aussi part à la mitsva de recevoir des invités.
Cependant, Sarah s’est souciée, comme plus tard Rav Salanter pour la servante, que les forces des futures maîtresses de maison soient ménagées.
C’est pourquoi, elle a rectifié en disant quéma’h (de la simple farine) au lieu de soléth (farine de froment = plus fine que la simple farine).

En effet, dit le Talmud, le tamisage de la farine pour obtenir une mesure de fine fleur de farine (soléth) est équivalent à celui nécessaire pour préparer 3 mesures de quéma’h.
En d’autre terme,le soléth prend 3 fois plus de temps de préparation que le quéma’h.

De nos jours, sur qui retombe la peine et le travail de recevoir des invités (la cuisine, le nettoyage, la préparation, …)???
Certes, le chef de famille supporte généralement la part des dépenses mais lorsqu’il amène des invités chez lui, il doit tenir compte de la maîtresse de maison.

L’hospitalité doit être consentie de plein cœur et le mari ne doit pas forcer son épouse à dépasser les limites de ses possibilités.

Le mari doit faire attention à prendre la peine de sa femme en considération, chose infiniment plus importante que d’embellir la mitsva de recevoir les invités.
Ne laissons pas le yetser ara nous brouiller la vraie hiérarchie des valeurs (une chose accessoire/secondaire ne doit pas se faire au détriment d’une chose principale!!).

 

Source : issu du livre « Binéoth Déché » du Rav David Chaoul Greenfeld

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code