+ « Et si ton frère devient pauvre auprès de toi » (Béhar 25;39)

Ci-dessous un commentaire du ‘Hafets ‘Haïm, qui comme à chaque fois, nous éblouit par ses paroles …
b »h, que ses mérites nous protègent …

-> Le ‘Hafets ‘Haïm a dit :
« Les gens en viennent facilement à critiquer les riches qui renâclent à pratiquer la bienfaisance, tout en affirmant que s’ils étaient à leur place, et étaient aussi nantis qu’eux, ils ne resteraient pas insensibles à la misère humaine, et donneraient généreusement aux oeuvres charitables.

Ce que ces personnes ignorent, c’est que si elles devenaient elles-mêmes riches, leurs coeurs s’endurciraient aussi, et deviendraient des « coeurs de riches ».

A quoi cela ressemble-t-il?
A un ivrogne, qui se vautre sur la chaussée, et se salit de la tête aux pieds.
Vient à passer un passant qui, pointant un doigt accusateur vers l’alcoolique, lui dit : « Je suis étonné qu’un homme, comme vous ne sache pas les dégâts, que peut produire la boisson. Si je devais un jour m’enivrer, j’essaierais au moins de ne pas me donner en spectacle! »
Il en va ainsi de la richesse, qui a, elle aussi, des effets grisants!! »

-> A ce sujet, le ‘Hafets ‘Haïm a aussi dit :
« L’homme court après l’argent ; il est constamment en quête de richesse et de bien-être.
Malheureusement, il ne sait pas que plus il en acquiert d’un côté, plus se renforcent, de l’autre, les ressources du yétser ara à son encontre.

Un individu pauvre s’imagine que s’il avait de l’argent, il en serait le maître.
Or, dans la réalité, une fois qu’il en possède, c’est l’argent qui le domine! »

 

Source (b »h) : le « talelé Oroth » du rav Yissa’har Dov Rubin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code