Rabbi Méir Baal haNess

+ Grande est la part de Rabbi Méïr Baal haNess dans la rédaction de la Michna.
En effet, « toute michna anonyme est un enseignement formulé par Rabbi Méïr, suivant l’opinion de [son maître] Rabbi Akiva. »

Rabbi Méïr Baal haNess se distingue par son esprit aiguisé.
Les Sages déclarent : « Dans la maison d’étude, Rabbi Méïr donne l’impression de déraciner des montagnes, et de les broyer l’une contre l’autre. »
[Guémara Sanhédrin 24a]

Rabbi Yéhouda haNassi affirme que le simple fait d’avoir vu Rabbi Méïr Baal haNess de dos a aiguisé son esprit ; le voir de face l’aurait rendu encore plus vif!
[Guémara Erouvin 13b]

En dépit de sa grandeur, ses avis n’ont pas été retenus par la hala’ha, parce que son esprit était trop profond, comme l’explique Rabbi A’ha bar ‘Hanania :
« Celui qui a créé le monde par Sa parole sait pertinemment que Rabbi Méïr n’a pas son pareil dans sa génération.
Pourquoi les Sages n’ont-ils pas fixé la hala’ha comme lui?
Parce que ses collégues ne pouvaient pas comprendre le fond de sa pensée.
En effet, il était capable de prouver que ce qui apparaissait impur était pur, et vice-versa. » (et ils ne savaient pas comment se fonder sur ses propos).

Selon une béraïta, son vrai nom, n’était pas Méir, mais Néhouraï ; il a été surnommé Méir, parce qu’il éclairait (méir) les yeux des Sages dans la hala’ha.
[Guémara Erouvin 13a]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code