Quelle valeur donnons-nous à la Torah par nos actes?

+ « Car il a méprisé la parole de D. » (Chéla’h Lé’ha 15;31)
Il est écrit dans la guémara Sanhédrin (99a) : « Rabbi Nehoraï a enseigné :
les mots : « car il a méprisé la parole de la Torah » s’appliquent à quiconque pourrait étudier la Torah et ne le fait pas. »

==> Le Gaon de Vilna explique :
« Combien est méprisable le fait de s’abstenir d’étudier la Torah. »

Comme l’affirment nos Sages (avot 6,2) : « Chaque jour, une voix céleste se fait entendre depuis le mont ‘Horev, et proclame : « Malheur aux hommes pour la honte causée à la Torah » [par le fait qu’ils ne l’ont pas étudiée!]

Quelle est-elle, cette « honte » que les hommes lui infligent?

== Bien qu’elle leur assure une immense récompense, ils ont l’impertinence de la laisser dans un coin, et de ne pas s’y intéresser.

C’est bien le signe qu’elle est méprisable à leurs yeux, raison pour laquelle il est écrit : « car il a méprisé la parole de D. »

Source (b »h) : issu du livre « talelei Oroth » du Rav Yissa’har Dov Rubin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code