Concernant la date exacte de la fin des temps …

+ Concernant la date exacte de la fin des temps …

Selon le Rambam (1) :
-> « En ce qui concerne les sujets de l’arrivée du Machia’h, et ce qui en ressort, personne ne peut savoir comment ils se présenteront jusqu’au moment où ils se produiront, car ils n’ont pas été dévoilés aux Prophètes ; les Sages n’ont pas non plus reçu de tradition s’y afférant.
On ne peut se référer qu’aux implications de certains versets. »

-> le Rambam conclut sur ce sujet en disant : « On ne se consacrera donc pas aux écrits allégoriques et on n’interrogera pas longuement les midrachim sur ces sujets.
Il ne convient pas de leur accorder une très grande importance car ils ne conduisent ni à la crainte, ni à l’amour de D. »

L’idée du Rambam est vraiment très très importante …

D’ailleurs, le rav Eliezer Ména’hem Chakh a écrit (2) :
« Le seul signe [relatif à la délivrance] mentionné par le Rambam, c’est la Téchouva.
Or, au lieu de s’investir dans la Téchouva … on se tourne vers les signes.
On cherche simplement à alléger son fardeau, mais ce n’est pas ce que D. attend de nous …  »

==> D. veut que nous nous investissions uniquement dans ce qui peut renforcer notre crainte et notre amour pour Son service.

En spéculant continuellement sur la « fin des temps » et sur les signes manifestes de l’arrivée du machia’h, on passe à côté de ce que D. attend de nous en cette période précédant l’arrivée du machia’h.

Notre seule préoccupation doit être de nous préparer aux temps messianiques, car une fois qu’ils seront là, on ne pourra plus changer ce qu’on a négligé de corriger jusque-là (cf.Ramban sur Dévarim 30,6).

Dans un monde d’action, croire dans le macchia’h, c’est des actes, une attitude, et non pas une spéculation ou des pensées stériles

==> l’idée de sa venue doit être pour nous, comme si chaque instant, chaque acte pouvait potentiellement être le dernier.
Il faut donc faire Téchouva, vivre pleinement selon la Torah, et éviter de remettre à plus tard (car si on croit en sa venue imminente, il n’y a potentiellement pas de plus tard pour s’améliorer, mériter de bien agir …).

Sources :
(1) : Yad ‘Hazaka, Hilkhot Méla’him – chapitre 12
(2) : Mikhtavim VéMaamarim – page 39)

Source (b »h) : adaptation & compilation personnelle issue du livre « Matsmia’h Yéchoua » du Rav Alexander Aryéh Mandelbaum

2 Comments

  1. Pingback: Calculer la date de la venue du Machia’h? | Aux délices de la Torah

  2. Pingback: Calculer la date de la venue du Machia’h? | Aux délices de la Torah

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code