Roch Hachana = se faire juger principalement sur son futur …

+ Roch Hachana = se faire juger principalement sur son futur …

Le Rambam enseigne (lois sur la Téchouva II,2) :
« En quoi consiste la Téchouva?
La personne concernée doit abandonner sa faute, l’écarter de sa pensée et décider intérieurement de ne plus récidiver.  […]
Elle doit bien entendu regretter sa faute.  […]
La sincérité de sa Téchouva doit être telle que D., qui connaît le secret de sa conscience, doit pouvoir témoigner de sa résolution de ne plus jamais récidiver. »

Cet enseignement du Rambam est capital, mais il est souvent mal compris.
En effet, nous aurions tendance à penser que D. va nous juger essentiellement sur ce que nous avons fait l’an passé, mais le jugement de D. n’est pas comparable à celui des hommes, qui ont l’habitude de juger ainsi.

D. ne juge pas en priorité l’année qui est passée, mais essentiellement l’année à venir.
Bien qu’il soit nécessaire d’exprimer le regret sur le passé et la nette volonté de ne pas recommencer, le désir d’un avenir plus « propre » reste l’essentiel.

==> D. juge essentiellement la volonté de l’homme, l’ambition ou l’espoir qu’il caresse à s’écarter des fautes … même si, dans le présent, il est encore loin du compte.

Le Shabbath avant Roch Hachana, on lit presque toujours les 2 parachiot : nitsavim et vayélé’h :

Lorsque l’homme faute, il trébuche et se retrouve à terre  …
… alors « Nitsavim » = être debout   => suite à une faute, le yétser ara cherche à développer en nous un sentiment de culpabilité, de dénigration de nous-même (ex : A quoi ça sert que je fasse de nouveau la volonté de D., je suis plein de fautes, trop nul,…       Que D. nous en protège!).
Il faut sortir de ce piège post avéra, et réaliser le processus de Téchouva, afin de se remettre debout …
… et ensuite « Vayélé’h » = « il alla » => on ne s’attarde plus sur le passé, on va de l’avant plein d’espoir, plein d’ambition, plein de rêves d’agir pour le meilleur … (=ce que D. nous conseille de faire!)

+ Supplément :
Comme on a facilement tendance à le faire, évitons les beaux discours pleins de bonne volonté, qui nous donnent bonne conscience sur le moment, mais qui ne se traduisent pas en actes dans le futur …
b »h, tâchons d’être sincère avec D., et prenons de petites résolutions que nous pouvons tenir fermement sur la durée.

Roch hachana, c’est la tête (roch) du changement (choné <-chana).
Il faut faire de notre Roch Hachana le commencement d’une dynamique positive qui va influencer toute notre année à venir.

Que D. nous aide à nous préparer au mieux pour ce grand jour, qu’est Roch Hachana, et que ce jour puisse être le début d’une année remplie que du meilleur pour tout le klal Israël individuellement et collectivement. Amen!

Source (b »h) : inspiré de dvar Torah du rav Menachem Berros, du Rav Gérard Touaty et Rav Yoel Benharrouche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code