« Accoutume ta langue à dire : Je ne sais pas. »
[guémara Béra’hot 4a]

Si quelqu’un « sait tout » déjà, il n’a aucune chance d’apprendre, si nous « savons tout » nous n’avons pas besoin de changer.

C’est une bonne chose chaque soir de réfléchir sur la journée qui vient de s’écouler.
« Ai-je appris quelque chose de nouveau aujourd’hui? »
Si la réponse à cette question est négative, nous devons admettre que nous avons laissé passer une opportunité

Prendre conscience de tout ce que nous ne savons pas constitue la voie royale qui mène à la connaissance et à la sagesse.

 

Source (b »h) : issu d’un dvar torah du rav Avraham Twerski

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code