« Il reprit ses étapes … » (Lé’h Lé’ha 13;3)

Rachi commente : En remontant d’Egypte vers Canaan, Avraham s’arrêta dans les auberges où il avait séjourné à l’aller, et s’acquitta ainsi de ses dettes.

Il est difficile d’imaginer qu’Avraham ait pu voyager sans argent ni provision, au point de devoir emprunter pour survivre?
De plus, comment croire que des étrangers aient pu prêter de l’argent à une personne qui leur était inconnue?

Le ‘Hida explique qu’Avraham est parti avec une somme d’argent limitée, et à chaque endroit où il s’arrêtait, le propriétaire le considérait et le facturait au prix d’un pauvre. Mais une fois, qu’Avraham s’est enrichi (Béréchit 13,2), il s’est senti obligé d’y retourner afin de payer le prix fort (la différence étant à ses yeux comme un prêt-relais, temporaire).

Le rav de Kozmir et le ‘Hatam Sofer en tirent l’enseignement suivant.

Au cours de ses pérégrinations et rencontres, Avraham avait l’habitude de clamer l’existence et l’unicité du D. Créateur, ainsi que l’obligation de Le servir.
Ce faisant, il gagna de nombreux adeptes.

Certaines personnes restaient malgré tout sceptiques et se demandaient : « Si cet homme dit vrai, pourquoi son D. le laisse-t-il errer, le privant ainsi d’une tranquillité bien méritée? »
Avraham n’avait aucune réponse à fournir à ces questions …

En vérité, les dettes qu’Avraham avait contractées, et qu’il devait rembourser, sont précisément ces questions laissées sans réponse.

Ce n’est qu’à son retour d’Egypte, quand les miracles dont il avait bénéficié (les Egyptiens frappés de plaies, les nombreux cadeaux qu’Avraham et Sarah reçurent, …) furent connus de tous, que l’on peut dire que les « dettes » qu’Avraham avaient « contractées » furent remboursées = il avait désormais les réponses à toutes les questions posées précédemment …

Source (b »h) : sur une base d’un dvar Torah du « séoudat mélé’h » du rav Moshé Pell

<————————————————->

+ Lorsque Avraham descendit en Egypte avec Sarah, il se fit passer pour son frère. Suite à cela, Pharaon prit Sarah et accorda de nombreux cadeaux à Avraham, qui les accepta. [cf. v.13,2 où à as sortie d’Egypte : « Avram était puissamment riche en bétail, en argent et en or »]
En revanche, quand plus tard Avraham gagna la guerre au profit de Sedom, dans le but de libérer Lot, le roi de Sedom voulut lui donner ses richesses, mais là, Avraham refusa.
[cf. v.14,23 : « je jure que fût-ce un fil, fût-ce la courroie d’une sandale, je ne prendrai rien de ce qui est à toi »]
=> Pourquoi cette différence ?

-> Le Pardes Yossef propose une raison halakhique.
Il explique que la richesse de Sedom fut sauvée du fait d’un miracle.
En effet, nos Sages disent que Avraham ne partit en guerre qu’avec Eliezer. Et à eux seuls, ils gagnèrent la guerre contre 4 grands rois extrêmement puissants. Cette victoire n’a été obtenue que par l’effet d’un miracle.
Or, nos Sages enseignent qu’il est interdit de profiter d’un gain obtenu par miracle.
=> Avraham ne pouvait donc pas accepter l’argent du roi de Sedom qui a été sauvé par miracle.

<—>

-> Le Rav Moché Feinstein explique que lorsque Hachem se révéla à Avraham pour lui enjoindre de quitter son pays, Il lui promit de l’enrichir. Avraham ne savait pas exactement comment cette richesse allait lui arriver.
Cependant, il savait que pour que ce soit une bénédiction Divine, il fallait qu’on ait conscience qu’elle vienne d’Hachem.
Or, quand Pharaon donna les cadeaux à Avraham, ce don là n’était pas méritée par Avraham et n’était donc pas prévue. De la sorte, on pouvait bien savoir qu’il s’agit-là d’une bonté Divine, puisque la bénédiction d’Hachem était en train de se réaliser par l’intermédiaire de Pharaon.
Mais, quand le roi de Sedom proposa son argent à Avraham, l’origine Divine de ce cadeau n’était alors pas reconnaissable. Tout d’abord, Avraham savait que ce roi allait dire : « C’est moi qui ai enrichi Avraham », et il n’allait pas penser qu’il n’est que le canal d’Hachem pour enrichir Avraham, comme ce fut pour Pharaon.

Mais en plus de cela, le Yad Moché ajoute que comme cette richesse lui revenait pour avoir emporté la victoire dans cette guerre, Avraham craignait de penser, même inconsciemment, que cet argent lui provient de par son mérite, par “la force de sa main”.
=> Il redoutait d’oublier, même très légèrement, que cette bénédiction lui vient exclusivement d’Hachem. Il ne voulait donc pas prendre de l’argent qui comportait le risque de ne pas être attribué clairement à Hachem et Sa Bénédiction.

<—>

-> Le Béer Moché explique qu’Avraham est décrit par nos Sages comme l’homme de la bonté (ich ha’hessed). Il ne cessait de donner et de prodiguer au monde des bienfaits. Il recevait sans cesse des invités et leur enseignait la foi en Hachem.
Or, l’argent que le roi de Sedom lui proposait, allait lui être offert suite à sa victoire dans la guerre. Pour cela, il a dû combattre, tuer de très nombreuses personnes et provoquer d’innombrables dégâts.
Même si Avraham savait qu’il devait faire cette guerre, malgré tout, elle ne correspondait pas à ses opinions et à sa manière de servir Hachem.

=> C’est pourquoi, il ne voulait pas profiter d’une richesse qui lui serait obtenue par la rigueur et une certaine forme de cruauté, ce qui s’opposait à toute sa vision des choses.
Alors qu’en Egypte, même si suite à la prise de Sarah, Pharaon fut atteint de lèpre, mais finalement, quand il la rendit à Avraham, il guérit, et rien de fâcheux n’arriva suite à cela. Avraham pouvait donc accepter son cadeau, qui lui venait en conformité avec son chemin dans la vie.

<—>

-> Le Rav Zilberstein rapporte l’enseignement de la guémara (Baba métsia 59a) qui dit que la bénédiction d’un homme lui vient essentiellement grâce à sa femme. D’ailleurs, la guémara note qu’on l’apprend justement du verset qui dit que Pharaon a enrichi Avraham “grâce à elle”, c’est-à-dire grâce à Sarah (« et on combla Avraham de biens grâce à elle »).

=> Ainsi, Avraham voulait que le monde apprenne cette grande leçon que la richesse d’un homme lui vient grâce à sa femme.
De la sorte, les hommes honoreront encore davantage leurs épouses, conscients qu’elles sont la base de leur réussite.
Cela sanctifiera encore plus le Nom d’Hachem, par la prise de conscience de cette leçon de Torah. C’est pourquoi, Avraham, qui cherchait dans tous ses actes à enseigner la Sagesse Divine, devait accepter cet argent qui lui provenait grâce à sa femme.
En revanche, si Avraham avait accepté les richesses du roi de Sedom, aucune leçon de Torah n’allait être dévoilée. Au contraire, cela donnerait l’occasion au roi de Sedom de dire que c’est lui qui a enrichi Avraham, chose qui n’allait pas dans le sens de sanctifier le Nom Divin. Il refusa donc sa proposition.

<—>

-> Certains commentateurs rattachent la descente en Egypte de Avraham, à celle de ses descendants, bien plus tard, qui allaient être asservis à ce royaume.
Avraham savait, par inspiration Divine, qu’il devait dès à présent préparer cette épreuve future.

Comme Hachem le lui annoncera plus tard, ses descendants devaient être libérés d’Egypte en emportant de grandes richesses.
=> Avraham voulait ainsi préparer cela. Pour ce faire, il accepta les richesses de Pharaon, pour préparer le “terrain” à ses descendants, pour qu’ils puissent eux-aussi sortir d’Egypte avec de grandes richesses.

<—>

-> « Je lève la main vers Hachem … que tu ne dises pas c’est moi qui aie enrichi Avraham » (Lé’h Lé’ha 14,22-23)

=> Pourquoi Avraham a-t-il refusé les cadeaux du roi de Sedom alors qu’il a accepté ceux de Pharaon, en Egypte?

En réalité, en Egypte, il reçut des cadeaux sans avoir fait quelque chose de particulier pour les mériter. C’est Pharaon qui les lui donna de lui-même. Ainsi, il ne ressentirait pas d’orgueil de ces cadeaux, se disant : « C’est par ma force que je les ai reçu ».
En revanche, Avraham mena une guerre pour libérer Lot et sauver Sedom. De ce fait, il serait complètement justifié qu’il reçoive une récompense. Mais alors, Avraham risquerait alors d’avoir l’once d’une pensée d’orgueil, s’attribuant le mérite de ces biens. Car c’est bien lui qui a sauvé Sedom.

Ceci est en allusion dans le verset. Avraham dit : « Je lève ma main vers Hachem ». Et, parlant à sa
main, il lui dit : « Que tu ne dises pas : c’est moi (la main) qui a enrichi Avraham ».
C’est ce que Avraham redoutait le plus. A savoir, que « sa main » ressente un peu d’autosuffisance en faisant croire que c’est sa force qui lui a fait mériter cette richesse.
Pour éviter cela, Avraham renonça fermement aux cadeaux du roi de Sedom.
[Yad haMélé’h]

<————————————————->

-> « N’aie pas peur Avraham … ta récompense est très grande » (Lé’h Lé’ha 15,1)

Si Hachem trouva bon de le rassurer, c’est qu’Avraham craignait de ne pas bénéficier des récompenses Divines pour ses mérites.
Mais on peut s’étonner : Avraham servait Hachem par amour, et non pas par intérêt. Pourquoi cherchait-il donc tant les récompenses?

En réalité, Avraham ne recherchait dans toutes ses actions que de grandir l’Honneur d’Hachem.
Ainsi, si Avraham voulait qu’Hachem lui accorde des récompenses pour ses actions, c’était aussi dans cet esprit. Car ainsi, les gens verraient que ceux qui suivent le droit chemin et s’adonnent au service Divin, en perçoivent de grandes récompenses.
Le fait que le monde voit que servir Hachem apporte richesse et prestige, cela prouvera à tous combien il est bénéfique de faire le bien. Et c’est cela que cherchait Avraham à travers les récompenses.
Cela aussi contribuerait grandement à augmenter l’Honneur d’Hachem dans le monde.
[rabbi de Loubavitch – Likouté Si’hot]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code