+ « Les pécheurs cesseront enfin d’être de la terre et les hors-la-loi ne seront plus. » (Téhilim 104;35)

La guémara (Béra’hot 10a) interprète ce verset :
« Ce sont les péchés et le non-respect des lois qui seront éradiqués et pas les personnes qui les commettent. »

Cette interprétation vient de Brouria, la femme de Rabbi Méïr, qui désapprouvait le fait que son mari priait pour que les méchants périssent.

Elle lui disait  :
« Ne prie pas pour leur mort, prie plutôt pour qu’ils modifient leur comportement.
Ce sont les péchés qui doivent être éradiqués et non les pécheurs. »

Si l’on prie pour que les gens cessent de faire le mal, on en viendra à leur enseigner les conduites adéquates et à les aider à les appliquer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code