« Elle se hâta, vida sa cruche vers l’abreuvoir, courut encore vers le puit pour puiser. Elle puisa pour tous ses chameaux. »    (‘Hayé Sarah  24,20)

Que signifient cette hâte et cette course pour abreuver les chameaux?
On peut noter que les versets ne contiennent aucune allusion au fait que les animaux aient été au bord de l’épuisement, ni qu’il y ait eu une urgence quelconque.

Le Chla explique que la course de Rivka était en réalité une ruse destinée à la tirer d’un sérieux embarras.

Quand Eliézer a fini de boire, il lui a rendu la cruche avec un peu d’eau à l’intérieur, confrontant ainsi la jeune fille à un dilemme.
Que devait-elle faire?

Fallait-il donner le reste de l’eau à boire aux chameaux?
Sûrement pas! Cela aurait été injurieux envers Eliézer, comme suggérant que ses animaux et lui-même appartenaient à la même catégorie.

Renverser l’eau?
Cela aussi aurait constitué un affront, comme si elle avait voulu montrer que les restes laissés par Eliézer ne valaient pas plus que l’eau croupissante.

=> Que restait-il à faire pour ne pas l’offenser?

Elle décida de courir pour pourvoir aux besoins des chameaux, et, tandis qu’elle courait, elle trébucha volontairement et tomba.
La cruche lui glissa des mains, et son contenu se répandit sur le sol, comme par accident.
Puis elle alla remplir à nouveau le récipient pour les bêtes, évitant ainsi habilement de froisser Eliézer.

 

Source (b »h) : issu du « talélei Oroth » du rav Yssa’har Dov Rubin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code