« Toute la subsistance d’un homme pour l’année à venir est décidée entre Roch Hachana et Yom Kippour »

[guémara Bétsa 16a]

Un homme se plaignit à Rabbi Méïr de Prémichlan qu’un concurrent s’était installé près de sa boutique et que son chiffre d’affaires risquait d’en souffrir.
Rabbi Méïr lui raconta que lorsqu’un cheval boit de l’eau dans une rivière, il frappe le sol de ses sabots.

Rabbi Méïr lui demanda : « Savez-vous pourquoi il fait cela? »
Et de répondre : « Parce qu’il aperçoit son reflet dans l’eau, il pense qu’il s’agit d’un autre cheval et il tente de l’effrayer pour le faire fuir de peur que l’autre cheval ne boive toute l’eau et qu’il n’en reste pas suffisamment pour lui-même.

Le cheval n’est pas assez intelligent pour comprendre que la rivière contient de l’eau en abondance, mais vous, en tant qu’être humain, vous devriez comprendre que la compétition ne réduira pas vos revenus.

Vous gagnerez ce qui vous est destiné. »

<———————–>

-> Le rav Avraham Feuer explique que durant l’année, les actes d’une personne sont constamment réexaminés et de nouvelles décisions peuvent être prises à son sujet.
Ce qui nous a été accordé au début de l’année peut être retenu à causes de nos fautes.
[à l’image d’une arborescence, nos choix d’être fidèle ou non à la Volonté de D., nos prières, notre téchouva, …, vont constamment impacter notre subsistance à la hausse ou la baisse (ex: est-ce que notre travail sera plus ou moins pénible? est-ce qu’on aura plus ou moins de dépenses « imprévues »? …). Tout est déterminé par Hachem, dans les moindres détails, et une mise à jour constante est réalisée en fonction de notre attitude dans la vie.]

-> Le Baal Chem Tov explique que D. décide chaque jour de l’intensité du plaisir et de la satisfaction que chacun retirera de ses possessions.

<—————–>

-> Hachem nous donne de nombreuses occasions de modifier positivement ce décret : https://todahm.com/2017/09/27/la-periode-de-tichri-a-hanoucca

<—>

-> « Pendant la fête de Shavouot, nous sommes jugés sur les fruits de l’arbre » [guémara Roch Hachana 16a]

Le Chlah haKadoch de commenter :
« Le jugement auquel D. procède lors de la fête de Shavouot ne concerne pas seulement la Torah elle-même, c’est-à-dire de décider quelle perception de la Torah aura chacun de nous, mais aussi quels seront les moyens qui nous permettrons de l’étudier.
[…]
Même si à Roch Hachana, on n’aura pas mérité un jugement particulièrement favorable, mais comme moyen pour étudier la Torah, on pourra alors bénéficier de la vie et de toutes bonnes choses. »

<—>

-> D’une manière générale, selon nos Sages nos prières pour de la spiritualité ont une force toute particulière pour être entendues.
Ainsi, il faut désirer de la subsistance dans une finalité de pouvoir davantage évoluer spirituellement parlant, en accomplissant la volonté de D., et non dans un but d’assouvir nos désirs égoïstes.

-> « C’est testé et prouvé, qu’une prière pour la spiritualité est toujours accomplie »
[rav Yisraël Salanter – citée par le rav Eliyahou Dessler]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code