« Tu ne détruiras pas ses arbres en abattant sur eux une hache, car c’est d’eux que tu mangeras et tu ne l’abattras pas » (Choftim 20,19)

Bien que ce verset traite d’une situation de guerre, nos Sages l’interprètent comme relatif à l’interdiction générale du « baal tachrit » : l’interdit de gaspiller un bien quelque soit la valeur de la chose, le lieu et le moment.

Le Séfer ha’Hinou’h (mitsva 520) nous enseigne à ce sujet :

« Telle est la voie des personnes justes de valeur : ils aiment la paix, ils se réjouissent du bien qui est [en chaque] personne, et les amènent plus proche de la Torah.

Dans le monde, ils ne détruisent pas même un grain de moutarde, et ils sont attristés par toute perte ou destruction qu’ils voient.
S’ils peuvent sauver quelque chose d’une destruction, ils vont, de toutes leurs forces, tout faire pour l’en empêcher.

Il n’en est pas ainsi du mauvais/méchant, qui sont les « pères » des esprits destructeurs [que D. a placé dans ce monde].
Ils se réjouissent sur la destruction du monde, et ils se détruisent eux-mêmes. »

Notre verset renvoie à la notion de Baal Tachrit (le gaspillage) qui concerne tout objet quelque soit sa valeur.

Nos Sages disent que si une personne cherche à éviter la perte d’un petit objet qui est sans vie (ex : un grain de moutarde), elle va sûrement tout faire pour sauver une âme juive « perdue » dans ce monde, en cherchant à la rapprocher de la Torah (lui évitant ainsi de gaspiller sa vie).

 

Source (b »h) : traduction personnelle issue d’un dvar Torah du rav Shimon Finkelman

<——————–>

+ « Tu ne détruiras pas son arbre, car de lui tu mangeras » (20,19)

-> Le Sforno enseigne :
En général, quand un peuple qui est en guerre contre un autre sent qu’il a des chances de perdre, il se met à détruire ses possessions pour ne pas que l’ennemi, qui se saisira de sa terre, puisse en bénéficier. En revanche, s’il est convaincu de remporter la victoire, alors il veillera à protéger ses possessions, car il sait qu’après la guerre qu’il emportera, il les réutilisera.
Ainsi, la Torah interdit au peuple juif d’abattre les arbres fruitiers au cours d’une guerre. En effet, la Torah demande aux soldats juifs d’avoir une confiance en Hachem telle, qu’ils soient absolument convaincus qu’Hachem, Qui combat à leur côté, leur accordera la victoire de façon sûre. De sorte qu’ils ne puissent pas détruire des arbres fruitiers, forts de leur confiance et de leur assurance que juste après la guerre, ils réutiliseront ces arbres pour manger de leurs fruits.
Car abattre les arbres dénote, d’une certaine manière, que l’on envisage ne plus avoir besoin de ceux-ci. Or, une telle pensée est un manque de confiance en Hachem et cela est donc interdit.
Nous devons au contraire avoir entière confiance en Hachem Qui nous accordera la victoire et nous permettra à nouveau de pouvoir consommer les fruits.

À propos kol26
rak kol26. Tous unique, tous unis!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :