Yom Kippour : propice à la téchouva et au pardon

+ Yom Kippour : un moment propice à la Téchouva et au pardon

-> L’origine de Yom Kippour :
D. se révéla et donna les 10 Commandements à tout le peuple juif au mont Sinaï : cela se produisit le 6 Sivan (Shavouot).
Immédiatement après cela, Moché gravit le mont Sinaï et y resta 40 jours afin de recevoir la Torah, après quoi il descendit avec la 1ere série de tables. Mais les juifs avaient érigé le Veau d’Or, une idole, car ils pensaient que Moché était mort puisqu’il n’était pas revenu à la date prévue dans le calendrier.
Lorsque Moché revint et vit le Veau d’Or, il brisa les Tables.

Il gravit une nouvelle fois le mont pour 40 jours et pria afin d’obtenir le pardon pour le peuple juif.
Moché fut alors appelé une 3e fois pour recevoir la 2e série de Tables.

Laissons Rachi nous dire la suite (Bamidbar 9,18) :
« [Moché gravit le mont Sinaï une 3e fois à Roch ‘Hodech Elloul] et resta 40 jours supplémentaires qui prirent fin avec son retour à Yom Kippour.

Ce jour-là, D. pardonna au peuple juif et dit à Moché : « j’ai pardonné, selon ta parole. »
Par conséquent, Yom Kippour fut fixé et proclamé jour de pardon et d’absolution. »

-> Le Ram’hal (Dérekh Hachem) nous enseigne :
« La signification de Yom Kippour est que D. a réservé un jour pour le peuple juif où leur repentir est accepté sans effort et leurs fautes peuvent être facilement effacées.
Cela répare tous les dégâts [spirituels] causés [par ces fautes]…et permet à ceux qui se repentent de revenir à leur niveau initial de sainteté et de proximité avec Lui, duquel ils s’étaient éloignés à cause de leurs méfaits. »

-> Le rav ‘Haïm Friedlander (Sifté ‘Haïm) de dire :
« Étant donné que Yom Kippour est un jour de miséricorde divine, il y a une aide spéciale du ciel présente ce jour-là, qui incite l’homme à se repentir.

Cela s’applique à une personne qui ne mérite pas d’aide selon la stricte loi.
Tel est le pouvoir de ce jour extraordinaire : le Ciel aide l’homme à se repentir. »

-> Le Séfer ha’Hinoukh (mitsva n°185) nous enseigne à ce propos :
« La base de cette mitsva est qu’en raison de la gentillesse de D. avec le peuple juif, Il a établi un jour par an où ils peuvent expier leurs fautes par leur Téchouva.

Si leurs fautes s’accumulaient d’année en année, elles atteindraient une limite maximale en quelques années et le monde devrait être détruit.
Par conséquent, afin que le monde continue d’exister, D., dans Son infinie sagesse, a réservé un jour dans l’année pour permettre à ceux qui se repentent d’expier leurs fautes. »

<———————————————>

-> A chaque fête juive, il est important de se rappeler les paroles du rav Dessler (Mikhtav méEliyahou) :

« Nous ne célébrons pas les fêtes de façon symbolique, mais nous remontons à l’origine de chaque fête dans le temps ; cette sainteté dans le temps qui nous influence aujourd’hui est la même que lorsque les fêtes furent célébrées pour la 1ere fois.
Mon maître, Rav Tsvi Hirch Broyde de Kélèm affirmait que le temps ne passe pas sur l’homme, c’est plutôt l’homme qui voyage à travers le temps. »

Une fête juive n’est pas qu’un vaste souvenir d’une célébration passée …
=> Ainsi, notre Kippour de cette année a la même puissance d’expiation/de pardon que le 1er Kippour, survenu au Sinaï avec Moché rabbénou …

A nous de se travailler (b »h) pour saisir l’importance unique de ce jour …

<———————————————>

-> Selon le Zohar (Béréchit 8b), c’est à Yom Kippour que le prophète Nathan vint annoncer au roi David que D. avait pardonné sa faute avec Batchéva.

<—>

-> « Le roi David avait témoigné que … « mon cœur est mort en moi » (Téhilim 109,22) [selon Rachi, cela signifie : mon mauvais penchant ne se trouve plus en moi et n’a plus d’influence en moi].
Dans ce cas, comment a-t-il pu néanmoins commettre cette faute?
C’est afin de donner la possibilité à ceux qui pécheraient après lui, de se sentir encouragés à la téchouva, et se dire : « C’est l’exemple de David que je dois suivre et me repentir [et D. acceptera ma téchouva]. »
[guémara Avoda Zara 4b-5a]

[si même le roi David a pu fauter et être pardonné, alors à plus forte raison pour moi aussi, qui ne suis qu’un simple juif!]

-> Il existe un principe : « Celui qui désire se purifier y est aidé par D. » (guémara Yoma 39a)
Le Maharcha explique que normalement le roi David ayant consacré son existence à devenir meilleur et à faire le bien, il aurait dû bénéficier d’une aide Divine toute particulière pour dominer ses instincts et éviter la faute.
Cependant, Hachem sachant que cette faute ferait de David le pénitent par excellence, et que cela aiderait toute l’humanité à se repentir, il ne l’empêcha pas de trébucher.

-> Le Maharal (Nétivot Olam – Néétiv haTéchouva – chap.4) explique que la téchouva signifie : « retour » = c’est un retour à D., source de toute vie, une renaissance, un nouveau départ.
Adam, le 1er des hommes et celui le plus proche de la source de vie, l’oeuvre des mains de D., avait fait don de 70 années de sa vie à David (cf. midrach Yalkout Chimoni Béréchit).
C’est pourquoi, c’est à David, plus qu’à n’importe qui d’autre, que fut confiée la mission exceptionnelle de ramener l’humanité aux racines de son existence.
Le repentir de David allait renseigner au pécheur qu’il est toujours possible de revenir au niveau spirituel de Adam avant la faute.

[le nom : Adam (אדם) est fait des initiales de : Adam, David et machia’h. En effet, le rêve messianique s’accomplira grâce à la téchouva par laquelle David nous a appris à retrouver la stature d’Adam (terme renvoyant tout spécifiquement aux juifs).
=> A Yom Kippour, jour où Hachem a pardonné au roi David pour sa « faute », nous devons y puiser des forces pour faire une téchouva totale, amenant ainsi la Délivrance personnelle et collective!]

-> Ainsi, il n’est pas étonnant que le thème de la téchouva revienne fréquemment dans les Téhilim qui expriment le désir de David de retrouver les plus hauts niveaux d’amour de D.
Comme l’enseignent nos Sages : « Quiconque veut sincèrement se repentir, doit soigneusement examiner [les paroles et] les actes du roi David » (midrach Cho’her Tov 4,4).

<——>

+ « D. créa l’homme (אָדָם) à son image » (Béréchit 1,27)

-> Le mot Adam (homme) renvoie à :
– א = Adam, le 1er homme ;
– ד = le roi David (דוד) ;
– מ = à Machia’h (משיח)

Le rav Yossef Carol fait remarquer qu’il y a 2 854 années entre Adam et le roi David, et qu’il y a 2854 années entre le roi David et la création de l’état d’Israël (qui représente la lettre « mém » = machi’ah).

À propos kol26
rak kol26. Tous unique, tous unis!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :