« Toute personne qui prie pour un besoin de son prochain, alors qu’elle en a elle-même besoin, se verra exaucée en 1er »

[guémara Baba Kama 92a]

D’où vient la force d’une prière dite pour les autres?

-> Le ‘Hatam Sofer explique que ce qui nous permet de prier les uns pour les autres vient du fait que tous les juifs font partie d’un corps unique et d’une âme unique appelée « le peuple juif ».
C’est pourquoi nous devons ressentir l’affliction d’un autre juif comme notre affliction, et que prier pour lui équivaut à prier pour nous-même.

Lorsqu’une mère prie pour son enfant par exemple, elle prie aussi pour elle-même. Il n’y a pas de différence entre le bonheur des enfants et celui de leurs parents.
Bien que moins évidente, une relation similaire existe entre tous les juifs.

Dans le même sens, le Maharal explique que le peuple juif n’est pas un simple assemblage d’individus disparates, mais au contraire une entité intégrante, très semblable au corps humain, qui bien qu’étant composé d’organes et de membres, les comprend tous et les intègre en un seul être unifié.

La tendance naturelle est de se concentrer sur ses propres problèmes.
=> En faisant sienne la souffrance des autres, nous nous rattachons au corps du peuple juif.
En priant pour le bonheur des autres, en même temps que pour le sien, nous remplissons nos prières de l’amour d’Israël, ce qui donne la puissance et le mérite d’être secouru.

-> Le rav Dessler (Mikhtav méEliyahou vol.1) enseigne à ce sujet :
« Tout individu qui prie pour la communauté entière … ses prières valent sous cette forme 1 000 fois celles de 1 000 individus qui auraient prié pour eux-mêmes uniquement.
Sa prière s’en trouve donc plus pure, car elle est débarrassée d’intérêts personnels, et l’esprit communautaire s’en trouve aussi renforcé »

-> Le Avné Nézer lors des funérailles du Sfat Emet a dit : « Il est clair pour moi pourquoi le Sfat Emet est mort d’une maladie rare, que même les spécialistes n’ont pas su diagnostiquer.
Il priait pour énormément de juifs, qui avaient toutes les maladies possibles.
S’il avait été frappé par une maladie pour laquelle il avait prié pour d’autres personnes, sa prière aurait également été répondue (faisant qu’il en soit sauvé).
C’est pour cela qu’il a été nécessaire au Ciel de créer une maladie juste pour lui. »

-> Le Baal Chem Tov enseigne que lorsque l’on veut juger d’en-Haut la faute d’un homme, on le place dans une situation où il verra son ami faire cette même faute et on observe de quelle façon il jugera celui-ci.
De la même façon qu’il jugera son prochain, on le jugera d’en-Haut sur cette faute : s’il l’a jugé avec rigueur, lui-même sera jugé avec rigueur et s’il l’a jugé favorablement, il sera jugé favorablement.

Il en découle que si une personne reste insensible devant les souffrances de son prochain, du Ciel on va évaluer chez cette personne, s’il n’y a pas des souffrances qu’elle aurait dû avoir et qu’elle n’a pas encore eu, et on pourra alors conclure qu’elle mérite davantage de souffrances.
Mais si une personne va prendre le temps de prier pour autrui, du Ciel on va chercher des moyens de diminuer ses souffrances, ses problèmes.
Cette méthode permet d’obtenir ce dont nous avons prié pour autrui.

-> Tous les matins en se levant, Rabbi Zusia avait coutume de souhaiter une bonne journée à tout le peuple juif, demandant pour tous une journée pleines de bénédictions et de succès.
[Maor vaChémech]

-> D’autres prient pour une réfoua chéléma dès qu’ils voient une ambulance passer, … Toute occasion est bonne pour bénir autrui!
[Imaginons qu’il était prévu sur nous un maladie, mais qu’on a souhaité sincèrement une réfoua chéléma à autrui (même un juif inconnu), cela va peut être nous en dispenser, et ce sans forcément que nous nous en rendions compte!]

<————>

On peut noter que dans la amida, nous utilisons la forme plurielle (nous), signe d’un amour de chaque personne du peuple juif.
D’ailleurs, le ‘Hafets ‘Haïm nous conseille : « celui qui veut garantir que ses prières soient agrées doit prier pour la communauté et s’inclure avec ses membres, car la prière pour la communauté est plus facilement acceptée ».

<————>

-> « Celui qui peut implorer la compassion divine pour son prochain et ne le fait pas est appelé un fauteur »
[guémara Béra’hot 12b]

Ne pas réagir lorsque l’on apprend la souffrance d’une autre personne, se retenir de faire usage d’un outil aussi facilement accessible que la prière trahit un manque flagrant d’amour d’Israël.

-> « Les portes de la prière sont closes depuis la destruction du [2e] emple »
[guémara Béra’hot 32b]

Le Séfer ‘Hassidim explique que la raison pour laquelle nos prières sont rejetées est que nous ne ressentons pas suffisamment la souffrance des autres.
L’amour de son prochain, ce sentiment d’union, est un outil essentiel pour que nos prières soient agréées.

-> « Tout Israël, et ceux qui leur font confiance, sont comme des frères, comme le dit la Torah : ‘Vous êtes les enfants de Hachem, votre D.’ (Dévarim 14,1)
Or si un frère n’a pas de compassion pour son autre frère, qui en aura? »
[Rambam – Hilkhot Matnot Aniim 10,2]

-> « Etant tous des enfants de D., imaginez à quel point, Hachem peut être irrité par un enfant qui va dire du lachon ara sur un de ses frères »
[‘Hafets ‘Haïm – ‘Hovat haChemira]

-> Dès que 2 juifs reconnaissent qu’ils sont les enfants d’un même Père (Hachem), ils peuvent commencer à développer l’affinité naturelle inhérente à leur lien.
[Rav Mattitiahou Salomon]

On est tous complémentaire dans la réalisation d’un but commun : faire que la gloire de Hachem dans ce monde soit le plus fortement proclamée.
Il n’y a pas de concurrence, chacun a son rôle et une contribution unique à jouer.
Par ailleurs, étant tous lié, lorsqu’autrui se porte bien, cela me sera également profitable par ricochet.
[il va bien => la globalité du peuple juif va mieux => étant un membre de ce corps, je vais mieux! ]

<——————————————->

-> « Lorsque des gens prient pour une autre personne, ils deviennent comme ses élèves (talmidim) en ce sens qu’il leur permet d’avoir du mérite »
[rav Eliyahou Lopian]

-> Chaque fois qu’une personne est à l’origine de quelque chose de bien, qu’elle en ait conscience ou non, elle acquiert un mérite pour cela.
Ainsi, lorsque quelqu’un prie pour la guérison d’un malade, et qu’en agissant ainsi, il se rapproche de Hachem, c’est le malade qui est à l’origine de cette transformation et tout le mérite lui revient.
Et plus il y a de personnes qui prient pour lui et qui s’en trouvent élevées, plus grand est le mérite qu’il acquiert.
=> Ainsi, le malade finira par être transformé par tout le mérite qu’il a accumulé, même s’il n’en a pas connaissance et le décret à son encontre pourra éventuellement être annulé.

[de plus, il faut y ajouter toutes les pensées de téchouva, les bonnes résolutions prises. En effet, face à la vision d’un malade, d’un hôpital, on se rend compte du caractère éphémère de la vie, et cela réveille en nous la nécessité d’utiliser notre courte vie au mieux.
(cela conduit également à exprimer notre gratitude : « Grâce à D., je suis vivant et en parfaite sante! De tout cœur, merci Hachem!! »)
=> Tous ces conséquences indirectes viennent également au mérite du malade.

On peut également citer le fait que la maladie aide à nous focaliser sur la personne malade : comme c’est dommage, c’est quelqu’un avec de si belles qualités, qui réalise de magnifiques actes, … (on aura tendance à rapporter des illustrations concrètes à son sujet).
Par cela, le malade devient plus ou moins consciemment un modèle de vie, un rav de moussar vivant, que l’on a envie d’imiter. Et cela lui génère du mérite. ]

À propos kol26
rak kol26. Tous unique, tous unis!

2 Responses to

  1. Ping: Aux délices de la Torah

  2. Ping: Aux délices de la Torah

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :