« Sois entier (tamim) avec Hachem ton D. » (Choftim 18,13)

-> Selon Rachi : « Suis-Le avec intégrité en Lui faisant confiance, et ne cherche pas à connaître l’avenir. Au contraire, tout ce qui t’arrivera, accepte-le avec simplicité.
Tu seras alors avec Lui, considéré comme Sa part. »

-> Selon le Ohr ha’Haïm : Si ta foi en D. est totale, toutes les prédictions des devins et des prophètes te sembleront insignifiantes, car D. annulera tous les mauvais présages qui te menacent, comme il l’a fait pour Avraham et Sarah : la nature les avait condamnés à ne jamais avoir d’enfants, mais D. a renversé le message des étoiles (cf.Lé’h Lé’ha 15,5).
Israël n’a donc besoin d’aucune divination, il doit seulement s’en remettre entièrement à D.

<—>

-> La Torah emploie le mot « tamim » (fidèle, intègre), comme dans la paracha Noa’h (6,9) : « Noa’h était un homme juste et intègre dans sa génération ».
En effet, contrairement à ses contemporains, Noa’h refusait de consulter les astrologues et il se fiait uniquement à D.
Ses contemporains faisaient si confiance à l’astrologie qu’ils n’ont pas écouté les avertissements de Noa’h annonçant la destruction prochaine du monde s’ils ne se repentaient pas.
Comme les astrologues [de son époque] garantissaient à qui voulait les entendre qu’aucune catastrophe imminente n’allait se produire, Noa’h était raillé par tous.

L’expression : « reste fidèle à Hachem, ton D. » = signifie également que seuls les individus qui ne consultent pas les astrologues et les devins feront partie des élus de D.
« Noa’h marchait avec D. » (Noa’h 6,9) : comme il évitait les astrologues, on considère qu’il marchait avec Hachem.
[…]
Le midrach rapporte que Avraham a pris peur lorsque D. lui dit : « marche avec Moi et sois fidèle (tamim) » (Lé’h Lé’ha 17,1).
Avraham a pensé que D. lui reprochait d’avoir consulté des astrologues pour savoir pourquoi lui et Sarah ne pouvaient pas avoir d’enfant.
En réalité, D. voulait faire savoir à Avraham la chose suivante : bien que les astrologues [de son époque] aient vu juste et que [naturellement] Avraham n’aurait pas de fils de son épouse Sarah, Avraham et Sarah allaient néanmoins donner naissance à une nation entière.
[…]
La Torah explique aux juifs pourquoi ils ne doivent pas écouter les paroles des devins et des augures.
Ces derniers (les autres nations) sont gouvernés par les anges et les constellations et ne peuvent invoquer qu’eux.
Par contre, la nation juive est directement (sans intermédiaire) le peuple de Hachem : son sort dépend de Lui seul …
Nous n’avons pas à craindre les prédictions de ces devins car le peuple élu n’est [absolument] pas gouverné par les constellations. [én mazal léIsraël]
[le Méam Loez]

<—————->

-> Le rav Aharon Kotler (Michnat Rabbi Aharon) dit que la mitsva d’être « entier avec Hachem » consiste à éviter toutes formes de contradiction internes.
Il nous incombe d’être entiers avec nous-mêmes, selon notre véritable niveau, et ne pas laisser les contradictions nous envahir.

[ex: Je devrais faire/arrêter de … mais dans la pratique cela n’est pas le cas => contradiction entre la pensée et l’action]

-> Les Tossefot (‘Houlin 121b) affirment que la plus pénible question que l’on trouve dans la guémara est celle qui consiste à opposer l’avis d’un Sage à ce qu’il soutient lui-même par ailleurs.

=> A plus forte raison, ceci est également vrai pour chacun de nous, dans notre quotidien.

<—————————>

-> Ce verset vient faire allusion au fait que même quand tu es seul et que personne n’est avec toi si ce n’est : Hachem ton D. », même alors, « sois entier/intègre ».
Il ne faut pas être pieux que devant les hommes et se laisser tomber dans la faute quand on est seul. Car même si personne ne te voit, Hachem scrute les actions de chaque personne et voit toutes tes actions (et tes pensées).

Cela est en allusion dans le verset : « Sois entier » même quand tu ne te retrouves que « avec Hachem ton D. », et en présence de personne d’autre.

[le Alchikh Hakadoch]

[d’une certaine façon ce comportement est pire, car on témoigne ainsi que l’on craint le regard des hommes, mais pas celui de Hachem … ]

<—————————>

+ « Sois entier avec Hachem ton D. » (Choftim 18,13)

-> Que vient nous apprendre l’ajout de « ton D. » (c’est déjà sous-entendu dans la mention de : Hachem)?

Cela vient ajouter que : si tu es entier avec Hachem, alors en conséquence tu seras avec Hachem « ton D. ».
[le Gour Aryé]

Le Aavat David (אהבת דוד) enseigne que si l’on est entier dans notre démarche de faire au mieux la volonté de Hachem, alors le « ton D. » vient s’ajouter, dans le sens où D. vient nous aider à réaliser Ses mitsvot.

<—————————>

-> La guématria de : תָּמִים תִּהְיֶה (tamim tiyé – Sois entier) est la même que : תשרי (Tichri).

Nous devons être certain que lorsqu’arrive le mois de Tichri (mois de la téchouva avant Roch Hachana), nous corrigeons nos mauvaises actions afin de devenir « tamim » (entier) avec Hachem (sans faute faisant écran entre nous).
[Rabbénou Efraïm]

-> « Sois entier » : cela signifie que nous ne devons jamais remettre en question, même dans notre cœur, les commandements de Hachem.
Nous devons suivre la volonté de D. même si nous n’y comprenons pas la raison.
[le Na’hal Kédoumim]

-> Nous ne devons pas dire que Avraham, Its’hak et Yaakov étaient « tamin », et que nous pouvons alors nous reposer sur leurs mérites.
Mais plutôt, chaque juif doit faire tout son possible pour être au niveau de : « Sois entier avec Hachem ton D. »
[Midrach haGadol]

<—————————>

+ « Sois entier (tamim) avec Hachem ton D. » (Choftim 18,13)

+ Le roi David a écrit : « La doctrine de Hachem est parfaite (témima) : elle réconforte l’âme » (Téhilim 19,8)

Le rav Its’hak El’hanan Spektor dit :
« Le lien entre ces 2 versets, nous enseigne que le peuple juif et la Torah ne sont qu’un.
De même qu’un Séfer Torah n’est plus valable si une seule lettre est manquante, de même le peuple juif est incomplet lorsqu’un seul juif est loin de la Torah. »

<—————————>

-> On a pu voir Rachi sur ce verset disant : « Suis-Le avec intégrité en Lui faisant confiance, et ne cherche pas à connaître l’avenir. »

Comment savons-nous que nous ne devons pas interroger des astrologues concernant le futur?
Cela vient du verset : « tamim tiyé » (« Sois entier [avec Hachem ton D.] » – Choftim 18,13).

Selon la guémara (Pessa’him 113b), le peuple juif ne dépend pas des mazalot (signes astrologiques), puisqu’ils ont une brit mila.

Hachem a demandé à Avraham « marche devant Moi et sois intègre (tamim) » (Lé’h Lé’ha 17,1).
La guémara (Nédarim 32) enseigne que Avraham n’a été appelé « tamim » qu’après avoir fait sa circoncision.

Cependant, il est écrit : « Noa’h était un homme juste, intègre (tamim) » (Noa’h 6,9).
Comment a-t-il pu être appelé ainsi, sachant que la brit mila a commencé avec Avraham?

Rachi (guémara Avoda Zara 6a) explique que c’est parce que Noa’h était humble, qu’il a également été qualifié de : « tamim ».

Hachem dit : « Moi et lui [celui qui est arrogant] ne peuvent pas résider dans le même monde » [guémara Sotah 5a]

=> Ainsi, si une personne est humble, alors elle mérite de toujours évoluer avec Hachem à ses côtés.
[le תוספות אמרות טהורות]

[D’une façon passive, notre brit mila permet d’être « tamim » avec Hachem.
Nous pouvons également l’être d’une manière active, en étant humble. ]

[sois entier = tout juif a une âme, une partie Divine en lui. Ainsi, nous ne pourrons jamais être entièrement mauvais. En nous demandant d’être entier, la Torah nous signifie de laisser humblement entièrement la place à Hachem et non à notre égo!]

<—————->

Il vaut mieux être simple (tamim) que sage, mais combien de sagesse il faut à un juif pour arriver au niveau d’être simple avec Hachem.
[rabbi Naftali de Ropschitz]

<—>

-> Sois simple/entier (tamim tiyé) = la simplicité c’est d’être entier.
Celui qui est simple et entier ne « suppose » rien, c’est pourquoi il n’a pas à chercher ce qui se passera dans l’avenir, car il ne se « mêle » pas de la façon qu’a Hachem de le conduire, il est rempli d’espérance, de confiance dans le Maître du monde.
[pour être entier, chacun doit être à sa place : Hachem est l’Infini, l’Eternel et plein de Miséricorde avec tout ce que cela implique, et je suis Sa Création, avec toute la dépendance et la limitation que cela implique.
Je n’ai donc pas à me tracasser dans ce qui n’est pas entre mes mains, car sinon je diminue la puissance, la grandeur de D. à mes yeux!
Je ne suis alors pas entier avec Hachem, car mon égo (moi JE pense, moi JE veux, …) prend beaucoup trop de place!]

C’est pourquoi il est nécessaire d’avoir beaucoup de sagesse, pour comprendre que tout n’est pas sous ma domination, malgré tous les efforts, le temps, … que nous pouvons y investir.
[par exemple, plus nous étudions la Torah, plus nous prenons conscience de l’étendu de notre ignorance, de la grandeur de D., et donc de notre petitesse!]

=> C’est cela la mitsva de : « sois simple avec Hachem ton D. » = faire ce qui est en notre pouvoir, mais tout en sachant que tout vient de Lui et que nous n’avons pas trop à nous mêler de la conduite du monde.

À propos kol26
rak kol26. Tous unique, tous unis!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :