« Elle se dépouillera de son vêtement de captive, elle demeurera dans ta maison, et pleurera son père et sa mère un mois entier » (Ki Tétsé 21,13)

-> « Un mois entier : c’est le mois d’Elloul »
[Zohar ‘Hadach]

-> Le Ohr ha’Haïm explique que durant un mois, nous devons faire téchouva jusqu’à pleurer nos fautes envers notre père : il s’agit de Hachem (ben adam lamakom) ; et envers notre mère : il s’agit de tout autre juif (ben adam la’havéro).

[Pendant toute l’année, nous sommes sommes captifs par les problèmes de ce monde ; et pendant un mois, nous devons nous en défaire, pour pouvoir faire un bilan, prendre du recul, ouvrir notre cœur à Hachem, …]

<——>

-> Le Séfer Likoutim du Arizal ajoute que durant ce temps (v.21,12)
– la femme captive doit « raser sa tête » = se débarrasser de ses pensées négatives ;
– « se laissera pousser les ongles » = se débarrasser de tout objet volé ;
– « se dépouillera de son vêtement » = enlever le vêtement que ses fautes ont fabriqué.

[nous devons en faire de même : nous débarrasser de tout mauvais état d’esprit (manque de joie par exemple), de tout vol (par exemple : nous nous approprions des honneurs, notre richesse, notre sagesse, … alors que cela appartient à D.), et plus globalement chaque faute va créer une séparation plus épaisse entre nous et Hachem, dont il faut se débarrasser par notre téchouva.]

<—>

– « Quand tu sortiras en guerre contre tes ennemis » (v.10) = à cette période de l’année, pendant le mois d’Elloul, nous commençons à mener la guerre ultime contre notre yétser ara afin de nous assurer une bonne année.
– « tu verras parmi les captifs, une femme belle d’aspect » (v.11) = chaque âme juive conserve une beauté qui illumine ses alentours pendant qu’elle est en captivité d’un long exil.
– tu la désireras » (v.10) = son désir intérieur de se repentir et de restaurer l’éclat sublime de son âme.

=> Que devons-nous faire?
– « elle se rasera la tête et se laissera pousser les ongles » (v.12) = on doit retirer les ornements extérieurs de la faute (qui nous apparaît sur le moment sublime/attrayante) et se distancier de tout plaisir matériel (non nécessaire).
– « elle demeurera dans ta maison et pleurera son père et sa mère un mois complet » (v.13) = les 30 jours du mois d’Elloul doivent être utilisés pour pleurer des larmes de téchouva pour avoir outrager notre relation avec papa Hachem, et avec notre mère la communauté d’Israël.

Mais si cela ne marche pas, alors : « s’il se trouve que tu ne la désire pas, tu la renverras mais tu ne la vendras pas pour de l’argent » (v.14) = si on ne se repent pas et que l’on reste dans la faute, alors il faut penser à notre mort où notre belle âme nous quittera pour rien (sans que nous ayons aucun bien pour notre vie éternelle).
[le Avodat Israël – rav Israël Hopstein]

<———————>

« Elle pleurera son père et sa mère » (Ki Tétsé 21,13)

Le Sifri rapporte 2 avis à ce sujet :
– Selon Rabbi Eliézer : son père et sa mère véritables ;
– Selon Rabbi Akiva : il s’agit du culte idolâtre.

Pourquoi est-il nécessaire d’offrir à cette femme un mois pour pleurer ses croyances idolâtres?

Le rav Mordé’haï Miller (Chiour léYom haShabbath) enseigne :
Le jugement humain est extrêmement influençable, chacun étant prisonnier de postulats personnels.

Du fait de cette réalité, la Torah exige que la prisonnière consacre un mois entier de sa vie à faire le deuil de ses anciennes croyances, car il est particulièrement difficile de retirer nos habitudes et affirmations (dogmes) inculqués depuis notre plus tendre enfance
=> Cette jeune femme disposait ainsi d’un mois pour procéder à un examen de conscience et à une révision de toute ses convictions initiales.

C’est la raison pour laquelle nos Sages mettent en relation ce mois de méditation avec celui d’Elloul, période consacrée à l’introspection.
A la fin de chaque année, D. nous offre ainsi la possibilité de réaliser une autocritique profonde, au cours de laquelle nous devons passer en revue l’ensemble de nos actes et toute notre conduite, afin de déraciner les mauvaises convictions profondément installées dans notre esprit.

=> A l’image de la captive qui pleure sa vie passée qu’elle abandonne à jamais pour se préparer à devenir juive, nous devons en faire de même en faisant téchouva sur le passé et en devenant alors un juif parfait.

À propos kol26
rak kol26. Tous unique, tous unis!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :