« Its’hak parla à Avraham son père, il lui dit : « Mon père ». Il (Avraham) dit : « Me voici mon fils » … » (Vayéra 22,7)

On peut expliquer cet échange de la façon suivante.
Avraham représente la bonté et Its’hak la rigueur.
Ainsi, Its’hak demande à Avraham : « Mon père » = toi qui représentes la bonté, comment t’apprêtes-tu donc à réaliser un acte d’une si grande dureté que de me sacrifier?
Alors, Avraham lui répondit : « Me voici mon fils  » = à présent, me voici (que je suis) mon fils. J’ai saisi ton attribut, mon fils, qui est la rigueur, et c’est avec ton caractère de rigueur que je m’apprête à réaliser cet acte de dureté que de te sacrifier.

=> Lorsque cela est nécessaire pour réaliser le service de Hachem, un tsadik doit être prêt à agir d’une façon contraire à la noble qualité qui le caractérise (à l’image de Avraham qui a été prêt à faire un acte contredisant en apparence toute son essence et ses enseignements, qui n’étaient que bonté).

[le Beit Yits’hak]

-> « Avraham était un » (Yé’hezkiel 33,24 – é’had aya Avraham)
Avraham avait tellement soumis sa volonté à celle de Hachem, qu’il faisait « un » avec Hachem.
Une seule volonté était présente en lui : celle de D.
[le ‘Hen Tov]

-> « Si Hachem avait demandé à Avraham de se creuser les yeux, il l’aurait fait.
Non seulement, il aurait donné ses yeux, mais il aurait renoncé à son bien le plus précieux : son âme. »
[Yalkout Chimoni Dévarim 943]

-> Les 10 épreuves d’Avraham n’avaient pas pour but de déterminer si oui ou non il obéirait au commandement de D., puisqu’il est clair qu’Avraham n’a jamais désobéi à Hachem. Il n’y a rien d’extraordinaire à ce qu’il accomplisse son devoir.
Mais ce qu’il faut souligner, c’était la joie avec laquelle Avraham réalisait ces choses, même extrêmement difficiles.
Quant il partit sacrifier son fils aimé, il le fit avec autant de joie que s’il le menait sous le dais nuptial.
Il n’y a pas de plus grande joie que d’obéir aux commandements Divins.
[Méam Loez – Béréchit 2,7]

-> Selon nos Sages, Avraham et Its’hak avaient chacun autant de joie et d’enthousiasme d’aller accomplir un commandement de D.
Ils formaient ensemble « un » avec la volonté de Hachem : un devant tuer son fils, et l’autre devant se laisser égorger par son père.
[cf. Rachi sur la double apparition du mot : ya’hdav, avant la Akéda]
Après la Akéda, Avraham n’a eu aucun sentiment d’orgueil pour avoir surmonté une épreuve aussi difficile.
[le ‘Hen Tov – 3e apparition de ya’hdav juste après la Akéda- v.22,19).

=> Ils ont réussi le test d’avant la Akéda, et celui d’après.

À propos kol26
rak kol26. Tous unique, tous unis!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :