Pâtisserie spirituelle depuis 5771 - b'h
 

L’orgueil – Quelques citations de nos Sages

+ L'orgueil - Quelques citations de nos Sages :

-> "L’arrogance est le pire des traits de caractère."
[guémara Sotah 5a]

-> "L’orgueil : racine de tout mal."
[le Abir Yaakov – Guinzé haMélé’h – Tikoun haTéchouva ]

-> "Même si l’orgueil n’est pas visible aux yeux des autres et qu’il reste confiné dans ton cœur, seul avec toi-même, il reste une abomination pour D.
Car, il se trouve à la racine du mauvais penchant et de tous les mauvais traits de caractère."
[rav 'Haïm de Volozhin - Néfech ha’Haïm]

-> Il est écrit dans le Talmud : Pour construire un édifice, on doit d'abord casser le sol.
De la même façon, pour édifier de bons traits de caractères, on doit, au préalable, briser son égo. C'est comme cela, que D. accordera à l'homme, la force de se construire.
[Rabbi Rachab - le 5e Rabbi de Loubavitch]

<————–>

+ L’orgueil & notre relation avec Hachem :

-> "Tout cœur hautain est en horreur à Hachem" (Michlé 16,5)

-> "L’orgueilleux repousse les pieds de la présence divine.
D. dit à son sujet : Moi et lui, nous ne pouvons demeurer ensemble!"
[guémara Sotah 4b]

En effet, Hachem dit : "Des yeux hautains et un cœur enflé d’orgueil, Je ne puis les supporter" (Téhilim 101,5).
Le Rambam (Hilkhot Déot 2,3) enseigne que l'orgueilleux refuse d'admettre l'existence de Hachem.

-> "Quiconque s'enorgueillit ressemble à une personne qui introduirait une idole dans le Saint des saints"
[guémara Shabbath 105b]

-> "Quiconque s'enorgueillit, c'est comme s'il était idolâtre"
[Pessikta Zoutreta Béaaloté'ha 12,2]

-> "L’homme orgueilleux est livré à son cœur, car du fait que Hachem le tient en horreur, il ne bénéficie d’aucune aide divine."
[Rabbénou Yona - michlé 16,5]

-> Si une personne considère son : "Je suis" (Ano'hi) comme une entité autonome, distincte, elle créée une séparation entre elle et Hachem.
[Maor vaChémech - Vaét'hanan]

-> En prenant conscience de la manière somptueuse avec laquelle Hachem gère le monde, on doit avoir un sentiment d'effacement, qui va permettre à Hachem d'avoir un point d'attache en nous.
Cependant, si nous nous regardons comme quelqu'un d'important, nous ne laissons aucun espace pour que D. puisse demeurer en nous.
[Rabbi Aharon de Karlin - Beit Aharon]

-> Un orgueilleux est tellement rempli de lui-même, qu'il ne reste plus de place pour Hachem.
De façon certaine sa foi va grandement en être affaiblie.
[Rav 'Haïm Kanievsky - Or'hot Yochèr]

b'h, voir également : http://todahm.com/2020/12/27/emouna-humilite

-> Il est écrit : "Que ton cœur s’enorgueillisse et que tu oublies Hachem ton D." (Ekev 8,14)
Selon la guémara (Sotah 5a), ce verset nous alerte d'être vigilant afin d’éviter l’orgueil.
Le Béér Moché commente : "Le yétser ara essaye de nous faire devenir orgueilleux, afin que nous en venions à oublier Hachem, ce qui est son objectif ultime."

-> "Je crains que, lorsque j’arriverai au monde de la Vérité, il se révélera à moi que D. est plus grand que ce à quoi je m’attendais, et que je serai plus petit que ce à quoi je m’apprécie.
Il s'avérera que je n’étais qu’un pauvre orgueilleux."
[Rabbi Ouri de Strelisk]

-> Qui fait partie des disciples de Avraham? ... ceux qui ont un œil désintéressé, un esprit humble et une âme modeste.
Qui fait partie des disciples de Bil'am le racha? ... ceux qui ont un œil envieux, un esprit hautain et une âme avide.
[Pirké Avot 5,19]

-> "Le descendant de David (machia'h) n'arrivera que lorsque les orgueilleux n'existeront plus"
[guémara Sanhédrin 98b]
[ainsi, par ce défaut, nous retardons la Délivrance de tout notre peuple!]

-> Le machia'h ne viendra pas tant que toute l'arrogance n'aura pas été supprimée.
[rabbi Na'hman de Breslev]

-> Seule la disparition de l'orgueil autorisera la reconstruction du Temple.
[rabbi Na'hman de Breslev - Séfer haMidot - Emouna]

<--->

-> "Il est notre D. et nous sommes Son peuple, le petit bétail qu'il fait paître" (Téhilim 100,3)

Le midrach (Yalkout Chimoni 247) commente :
"Quand est-ce que nous sommes Son peuple?
Quand nous nous sentons comme des agneaux dépendants de leur berger.
Si au contraire nous nous sentons forts comme des lions et que nous nous vantons, alors Hachem dit à notre sujet : "J'avais mon héritage, comme un lion dans la forêt ... c'est pour cela que Je l'ai détesté".

<—————————–>

+ L’orgueil : c’est vouloir le pire pour sa vie!

-> "La racine de la dépression/tristesse est l'orgueil.
Une personne arrogante pense que le monde lui doit honneur et respect. Elle se sent toujours offensée, croyant que les gens la dédaignent et la snobent.
[c'est pas comme JE veux! ; c'est pas assez bien pour MOI ; ...]
Il en résulte qu'elle est toujours d'humeur sombre.
A l'inverse, une personne [véritablement] humble accepte avec joie tout ce qui lui arrive."
[rabbi Pin'has Shapiro de Korets - Imré Pin'has]

-> La source de toute tristesse est l'orgueil.
La personne orgueilleuse pense qu'elle a le droit à tout [que tout lui est dû].
[Baal Chem Tov]

<—>

-> "Tu ne trouveras pas de Torah chez les orgueilleux"
[guémara Erouvin 55a]

-> "Elle (la Torah) n’est pas dans le Ciel ... elle n'est pas non plus de l'autre côté de la mer " (Nitsavim 30,12-13)

Le Méam Loez rapporte les paroles de nos Sages :
- "elle n'est pas dans le Ciel" = tu ne trouveras pas la Torah chez celui dont l'esprit s'enorgueillit jusqu'au cieux ;
- "elle n'est pas au-delà de la mer" = ni chez celui qui considère ses connaissances aussi vastes que la mer.

<—>

-> L'esprit modeste est une condition nécessaire dans l'étude de la Torah et son maintien.
Il est impossible (ou difficile) pour un homme beau d'être humble, et c'est pour cette raison qu'il en arrivera à oublier tout ou partie de son étude de Torah, par manque d'humilité.
[Rachi - guémara Taanit 7b]

En ce sens également, rabbi Yéhochoua ben 'Hanina répondit à la fille de l'empereur romain : "[certes il existe des gens qui sont beaux et savants en Torah mais] s'ils étaient laids, ils auraient été encore plus sages!". [guémara Nédarim 50b]

<—>

-> La sagesse et la prophétie quittent une personne lorsqu'elle devient orgueilleuse.
[guémara Pesa'him 66b]

-> "Quiconque se qualifie de talmid 'hakham alors qu'il ne l'est pas ne résidera pas auprès de D."
[guémara Baba Batra 98a]

-> Une personne orgueilleuse descendra en l'enfer (guéhinam).
[guémara Avoda Zara 18a]

-> Hachem a créé le gan Eden et il en a interdit l'entrée aux hommes orgueilleux.
[Ibn Ezra]

-> Une personne orgueilleuse ne se lèvera pas de sa tombe au moment de la résurrection des morts.
[guémara Sota 5a - selon rav 'Hisda]

-> Hachem remet ceux qui sont remplis d'orgueil dans les mains du yétser ara, et Il les abandonne sans miséricorde.
[Chaaré Téchouva - Chaar 1]

-> "La jalousie, les désirs matériels et la recherche des honneurs excluent l'homme du monde" (Pirké Avot 4,21)

-> "Dire qu'en l'espace d'un bref instant de martyre, l'homme peut acquérir une portion entière dans le monde à venir (guémara Avoda Zara 18a).
Ce qui est terrifiant, c'est de se dire que dans ce même laps de temps, il peut la perdre toute entière, s'il laisse son cœur s'enorgueillir de ce sublime sacrifice!"
['Hidouché haRim]

<--->

-> "L'orgueil précède la ruine et l'arrogance précède la chute" (Michlé 16,18)

Le Gaon de Vilna (guémara Baba Batra 73a) commente :
Le pouvoir du yétser ara (Satan), dépend de l'intensité de l'orgueil et plus généralement de la gravité des fautes de l'homme.

[le Gaon de Vilna donne l'exemple d'un homme qui commence à s'élever sur le plan spirituel, son cœur "gonfle" et un sentiment d'orgueil, suscité par le yétser ara, se développe, et il lui semble qu'il est déjà un véritable tsadik, ce qui peut provoquer sa chute spirituelle.
(en effet, plus nous avons de l'orgueil, plus nous donnons de la force à notre yétser ara!)]

<—>

-> L'arrogance mène à la pauvreté.
[...]
Lorsqu'une personne est orgueilleuse, c'est un signe qu'elle aura des problèmes.
[...]
Si les choses ne vont pas bien pour toi, tu dois réaliser que c'est en raison de ton orgueil.
Tu dois faire téchouva et te rabaisser, jusqu'à arriver au niveau de : "ma" (quoi?).
Alors les choses iront de nouveau bien pour toi.
[rabbi Na'hman de Breslev - Likouté Etsot - Gaava véAnava]

<—–>

-> Celui qui apprécie être honoré aura ce plaisir déduit de sa récompense du monde à venir.
Cela s'applique à une personne qui mérite cet hommage.
Par contre, s'il n'est pas digne de cet honneur, il peut perdre toute sa part dans le monde à venir.
[Séfer 'Hassidim 84]

-> "Hachem a mis de côté l'honneur pour servir de récompense dans le monde à venir, comme dit le verset : "L'honneur (kavod) sera le lot des sages" (Michlé 3,35).
C'est ainsi que celui qui mange dans ce monde de ce qui a été préparé pour lui, prend un "morceau" de la part qu'il est supposé recevoir dans le monde à venir"
['Hafets 'Haïm]

-> Une personne qui rend public avec orgueil une mitsva qu'elle a pu faire, peut perdre sa récompense.
[Rav 'Haïm Vital ; ainsi que le Rama]

-> La colère est une forme d'orgueil, car l'être véritablement humble ne s'emporte jamais.
[Gaon de Vilna]

-> L'homme se met en colère sous l'effet de l'orgueil, lorsque sa volonté n'est pas accomplie.
S'il était véritablement modeste et conscient de ses failles, il ne s'irriterait jamais.
[Rabbi 'Haïm Vittal - Chaaré Kédoucha]

-> L'humilité est vue comme étant l'opposé de la colère.
D'ailleurs, le test pour savoir si une personne est humble réside dans sa façon de réagir lorsqu'elle sera mise en colère.
[Séfer ha'Hassidim - 184]

<—–>

-> "L’orgueilleux n’est pas un pécheur, mais un insensé, car un homme n’a vraiment aucune raison de s’enorgueillir."
[le ‘Hafets ‘Haïm]

-> "L’orgueil de l’homme amène son abaissement, la modestie est une source d’honneur" (Michlé 29,23)

-> "Lorsqu'un homme fait preuve d’orgueil, même sa propre femme ne le respecte pas."
[guémara Baba Batra 98a]

-> Rabbénou Tam (Séfer haYachar) recommande à une personne de visiter les cimetières, et des malades proches de la mort, afin de rendre humble son cœur, et de reconnaître que tout n'est que vanité dans ce monde.
[le Zohar enseigne que toute personne pense intérieurement faire partie d'un groupe restreint de gens qui sont immortels.
Or, l'orgueil et la colère reposent sur ce sentiment que nous allons vivre pour l'éternité, car sinon pourquoi se prendre la tête, se prendre au sérieux, alors que nous sommes que de court passage sur la scène de ce monde! ]

<—–>

-> Pour illustrer à quel point l'orgueil peut nous aveugler, nous faire prendre les pires décisions, il est intéressant de voir la guémara (Sanhédrin 102a) qui rapporte le récit édifiant de Yérovam ben Névat, [roi] qui a fauté et qui a entraîné la collectivité à la faute.
La guémara relate que Hachem a saisi Yerovam ben Nevat par son vêtement et lui a dit : "Repens-toi, et Moi, toi, et le fils de Yichaï (le roi David) nous promènerons au Gan Eden."
Alors Yerovam a demandé : "Qui marchera en tête?" ; et D. a répondu : "Le fils d’Ychaï."
Yérovam a dit : "S’il en est ainsi, je ne veux pas me repentir."

=> C’est très difficile à comprendre : Yerovam ben Névat était un pécheur et il faisait fauter la collectivité. Il n’avait donc aucune chance de se repentir, ni que sa téchouva soit acceptée. Et malgré tout, Hachem Se tourne vers lui et lui demande de s’éloigner de ses mauvais chemins en lui promettant de Se promener avec lui au Gan Eden. Qu’aurait-il pu espérer de plus important et de plus grandiose ?

Mais en dépit de tout cela, il refuse, car le fils de Yichaï serait en première position. Pourtant, qu'est-ce que cela lui importe? L’essentiel est qu’il puisse se promener avec Hachem au Gan Eden et que son repentir soit accepté.
Mais en réalité, Yerovam était incapable de s’annuler devant D., et d’annuler sa royauté face à David.
=> C’est pourquoi il n’a ni pu, ni voulu renoncer à son orgueil et à son honneur personnel.

-> Le Méam Loez (Ekev 8,18) rapporte comment son orgueil débordant le conduisit à instituer l'idolâtrie dans le royaume d'Israël.
Après s'être séparé du royaume de Yéhouda, Yérovam a continué à se rendre à Jérusalem pour les 3 fêtes de pèlerinage, mais dans le Temple, seuls les rois de la dynastie de David étaient autorisés à s'asseoir. Tous les autres hommes, y compris les prêtes, devaient rester debout.
Yérovam pensait que cette loi portait atteinte à son honneur vis-à-vis de son rival, le roi de Yéhouda.
Il a donc décidé de construire 2 temples idolâtres dans son royaume et d'interdire à ses sujets de se rendre à Jérusalem sous peine de mort.

<--->

-> Yérovam ben Névat était au départ un grand Tsadik et un Talmid ’Hakham (Méla'him I - chap.11).
Hachem décida de séparer le peuple juif en 2 royaumes, pour punir la Malkhout Beth David (royaume de David). Yérovam fut alors nommé dirigeant du royaume du nord, occupé par la majeure partie du peuple juif. Il reçut la promesse du prophète A’hiya que s’il suivait les voies de la Torah, il connaîtrait un grand succès. La nomination de Yérovam n’était que le résultat des fautes de Malkhout Beth David, elle était temporaire et la royauté allait finalement revenir aux descendants du roi David.

Mais Yérovam ne se montra pas prêt à accepter une position subalterne. Il craignait que lors de la mitsva de Hakel (rassemblement de tout le peuple juif au Temple pour écouter le roi lire le Livre de Dévarim), seul le roi de Yéhouda ait le droit de s’assoir et qu’il dût alors rester debout. [le Temple étant sur le territoire de Yéhouda]
Le peuple allait peut-être se rebeller et rejoindre le royaume de Yéhouda (Méla'him I 12,27-28 ; Sanhédrin, 101b).
Pour éviter ce risque, il fit fabriquer 2 veaux en or dans le royaume du nord et il interdit aux juifs de se rendre au Temple. Il commit la grave faute de Avoda Zara et sert d’exemple quand on parle de Ma’hti ét Harabim (celui qui entraîne les autres à fauter). (Pirké Avot 5,22)

Hachem lui donna une chance de faire téchouva. Il lui dit : "Repens-toi et nous nous promènerons ensemble au Gan Éden, toi, le fils d’Ichaï [David] et Moi."
Devant cette opportunité en or, Yérovam demanda : "Qui sera en tête?"
Hachem lui répondit que ce serait David et Yérovam refusa alors de faire Téchouva (guémara Sanhédrin 102a).
Il ne pouvait concevoir d’être le second de quiconque, même si on lui offrait la meilleure récompense au Gan Éden.
Son arrogance fut la cause de sa destruction ; il rechercha le pouvoir, mais fut finalement l’un des rois qui n’eurent pas droit au Olam Haba (monde à Venir).

-> Le rav Yéhonathan Gefen ajoute :
Voici pour nous une leçon de taille : nous devons tous nous efforcer d’être aussi grands que possible. Mais parfois, la Providence Divine nous montre que certaines réalisations ne sont pas bonnes pour nous.
Par exemple, un homme peut étudier assidument la Torah et atteindre un très haut niveau, sans pour autant recevoir le poste qu’il aurait souhaité. Il doit alors réaliser que tout ce qui est au-delà de son libre arbitre entre dans la catégorie de la Providence Divine. Et le rôle qui lui est conféré est sa façon de réaliser son but dans la vie.
[il faut savoir accepter avec joie la fonction que Hachem nous octroie dans ce monde, et ne pas s'évertuer par orgueil à prétendre à autre chose.]

<—>

-> Le Méam Loez (Ekev 8,18) rapporte que le prophète Eliyahou apparut auprès d'un homme. Ils passèrent devant la carcasse d'un animal qui empestait. L'homme montra son inconfort mais Eliyahou haNavi ne réagit pas.
Puis ils passèrent devant une personne très orgueilleuse, et le prophète Elie posa la main devant son nez.
Il expliqua que la mauvaise odeur de l'orgueil est pire que celle d'un animal mort. En effet, si on touche sa carcasse, on devient impur pendant un jour seulement alors que l'impureté d'un prétentieux est extrêmement grave.

<—>

-> "Une personne trop exigeante [par orgueil] peut se considérer si parfaite qu'elle pense tout mériter. De ce fait, son passé est analysé [aux cieux], afin de vérifier si sa fierté est fondée, et chacun de ses péchés est examiné."
[Méam Loez - Vayéchev 37,1]

=> Une personne orgueilleuse réveille sur elle l'attribut de Justice, qui va alors examiner avec minutie ses actions passées.
Ainsi, nous devons réfléchir aux nombreux malheurs qui vont découler de notre orgueil.
[ex: imaginons que nos fautes passées ont été traitées par la miséricorde Divine, par un jugement qui nous est très favorable, c'est alors que par notre orgueil, on prend le risque d'être jugé mais cette fois avec une grande rigueur/sévérité!]

<—>

-> Ne sois pas fier du fait que tu pries avec concentration ou que tu sers Hachem d'un niveau approchant celui de nos Patriarches.
En effet, si Hachem ne t'aidait pas, tu ne serait capable de ne rien faire.
[rabbi Mendel de Linsk]

<————————->

-> Il est recommandé de fuir les honneurs (kavod), autant que possible, qu'il soit réel ou apparent.
Par contre, chacun doit s'efforcer de porter de l'honneur à autrui en toutes circonstances et sous toutes les formes possibles, fut-ce un honneur apparent.
Si Hachem a doté l'être humain de ce désir d'honneur, même imaginaire, c'est en réalité pour faciliter le devoir de tout homme d'honorer autrui comme on désirerait être honoré soi-même, et non pas pour rechercher un honneur personnel, ce qui est interdit.
[rabbi 'Haïm Chmoulévitch - Si'hot Moussar (si'ha 82)]

<--->

-> Dommage, tous tes efforts de recherche d'honneur, même un semblant d'honneur, sont inutiles : plus tu rechercheras de l'honneur, plus tu ressentiras un manque dans cet honneur reçu, et tu en demanderas encore plus, car tu ne pourras jamais assouvir ton désir d'honneur, ce dernier n'étant qu'une illusion.
[rabbi 'Haïm Chmoulévitch - Si'hot Moussar (si'ha 83)]

<--->

-> L'orgueil augmente chez l'homme au fur et à mesure que diminuent ses autres envies.
[rabbi Mena'hem Mendel de Kotzk]

<————————->

-> Un être humain doit s'écarter de tout sentiment de supériorité car la grandeur appartient à Hachem, comme il est écrit : "D. est roi, Il est vêtu de grandeur" (Téhilim 93,1).
S'il est vrai que quiconque revêt l'habit d'apparat d'un souverain encourt la peine de mort, porter le vêtement du Roi des rois (Hachem) n'est-il pas, au moins aussi grave?
[à chaque fois que l'on se voit plus grand que ce que nous sommes, nous nous revêtons des habits Divin. Quel affront!]

-> "Qui s'assoit très haut, qui abaisse Son regard" (Téhilim 113,5-6)
Quiconque s'assoit plus haut qu'il ne lui sied doit s'attendre à être rabaissé.
Hillel disait : "L'élevé, j'ai abaissé ; l'abaissé, j'ai élevé".

-> Selon le midrach (Chemot rabba 45,5) : "du fait que je me suis abaissé [humilité], j’ai été élevé".
-> "L’orgueil précède la ruine et l’honneur suit de près l’humilité" (Michlé 18,12)

-> "Ton cœur hautain est une abomination pour D." (Michlé 16,5)

-> Le Méam Loez (Nasso 7,12-17) enseigne également :
Quiconque est empli de fierté finira inévitablement en enfer (guéhinam), même s'il est aussi exemplaire en érudition que Moché ...
L'homme orgueilleux ne sera pas épargné du jugement de l'enfer, même s'il est aussi grand que Moché auquel la Torah fut transmise de la main de D. à la sienne.

Un homme prétentieux ne vivra pas vieux ...
La supériorité des réchaïm ne dure qu'un instant avant d'être anéantie ...
De plus, lorsqu'un homme devient arrogant,son mauvais penchant l'incite à nier D., comme il est écrit : "le racha, avec la prétention de son esprit, ne Te recherche pas ; il [pense qu'il] n'y a pas de D. [pour juger] toutes ses machinations" (Téhilim 7,10).
Notre maître Moché a exhorté ses semblables sur les conséquences de l'arrogance en disant : "Votre cœur pourrait s'enorgueillir et vous oublieriez Hachem, votre D." (Dévarim 8,14).

<—>

-> Le Méam Loez (compilation issue de Nasso 7,9 & 12-17) écrit :
Pour comprendre combien l'arrogance est haïe de Hachem, il faut seulement nous rappeler que 3 personnages éminents furent punis pour s'être exprimés avec une nuance de fierté [au regard de leur très haut niveau].

1°/ Moché : "Si un cas est trop difficile, présentez-le moi et je l'écouterai" (Dévarim 1,17)
Parce que Moché se jugeait supérieur aux juges qu'il avait nommés, Hachem lui fit oublier la loi concernant les filles de Tsélof'had.
Lorsqu'elles vinrent lui présenter leur requête, il ne trouva pas de réponse et fut contraint de demander à Hachem de trancher le cas, comme il est écrit : "Moché déféra leur cause à D." (Bamidbar 27,5).

2°/ le prophète Chmouël : "Je suis le voyant" (Chmouël I 9,19), répondit-il à Saül.
La trace d'ostentation que comportait cette réponse valut au prophète Chmouël d'être puni : Hachem lui fit faire erreur lors de l'onction du roi d'Israël.
Alors que Chmouël s'apprêtait à oindre Eliav, D. lui dit : "Tu as affirmé : "Je suis le voyant", mais par ta vie, Je jure de te montrer que tu ne vois rien. Celui que tu désirais oindre [Eliav] n'est pas digne de la couronne. Laisse-Moi donc te montrer qui mérite de devenir roi!" (Chmouël I 16,7-8).

3°/ le roi David : qui s'est exprimé fièrement : "Tes décrets furent pour moi comme des chants là où j'ai vécu" (Téhilim 119,54).
Le roi David exprima sa fierté du fait que la Torah était aussi courante dans sa bouche qu'un chant.
Ainsi, Hachem l'induisit en erreur sur une loi que même les enfants connaissent.

Il est écrit : "Il (Moché) ne donna pas [de charrettes] aux descendants de Kéhat : responsable des objets les plus saints, ils devaient les porter sur les épaules" (Nasso 7,9).
Le roi David fût puni car il voulut faire transporter l'Arche sur une charrette, comme il est écrit : "Ils posèrent l'Arche de D. sur une charrette neuve" (Chmouël II 6,3).

La guémara raconte cet épisode en détail :
Lorsque le roi David s'apprêtait à transporter l'Arche sainte de son lieu temporaire à la ville de Sion, il rassembla 90 000 sages parmi les plus éminents du pays. Il ne convoqua pas A'hitofel bien qu'il fût le plus éminent de tous.

Tandis que les anciens transportaient l'Arche, elle les souleva du sol et les jeta à terre. Se doutant que cet incident s'était produit à cause d'une faute, le roi David convoqua A'hitofel et lui demanda de la lui révéler.
David dit : "Indique-moi le moyen de remédier à la situation".
A'hitofel répondit : "Pourquoi me demandes-tu cela, à moi? Demande-le plutôt à ces sages que tu as choisis".
Le roi David s'exclama à l'intention des anciens : "Qui parmi vous sait quelle faute a été commise envers l'Arche? Si quelqu'un d'entre vous le sait et refuse de le révéler, qu'il meure noyé!"
Alarmé par cette malédiction, A'hitofel répondit : "Quelqu'un ici ignore-t-il ce que même les enfants des écoles savent? N'est-il pas écrit dans la Torah : "Il ne donna pas [de charrettes] aux descendants de Kéhat : ayant la responsabilité des objets les plus saints, ils devaient les porter sur les épaules"?
Non seulement tu as désobéi à cet ordre mais tu as causé la mort d'Ouzza fils d'Aminadav"

Dans le livre Chmouël, il est décrit le chagrin de David d'avoir provoqué la mort d'Ouzza ...

=> Comment comprendre que le roi David a pu se tromper à propos d'une loi connu même des enfants? De plus, comment se fait-il que tous les anciens d'Israël présents, eux aussi, oubli ce verset?

Nous devons en conclure que le roi David n'a pas oublié ce verset, mais [l'a mal interprété]. Il pensait que la Torah n'imposait pas l'obligation de porter l'Arche sur les épaules, et que Hachem n'interdisait pas sont transport sur une charrette. Il pensa que les Kéhatites éprouvaient le désir de porter l'Arche sur leurs épaules par vénération pour elle.
[cette mauvaise interprétation a été causée par l'arrogance (pour son haut niveau) qu'il a pu exprimer]

<----------->

-> Le Rabbi de Komarno (Notser 'Hessed) fait observer que l'homme fier défie D. en se vénérant lui-même et en "s'adorant".
La guémara (Avoda Zara 14b) enseigne que Avraham a composé un immense traité sur l'interdiction d'adorer des idoles, qui ne contenait pas moins de 400 chapites.
Or ces centaines de chapitres ne décrivaient pas les divinités étrangères ou païennes, mais plutôt les vraies sources d'idolâtrie : l'arrogance et la fierté de l'homme.

-> Le Ram'hal (Messilat Yécharim chap.11) écrit : "L'orgueil signifie que l'homme se prend au sérieux : il s'estime être authentiquement digne de reconnaissance et de louange".

-> Il est particulièrement important que les personnalités publiques se défendent de tout sentiment de supériorité.
Le Choul'han Aroukh (Ora'h 'Haïm 53,1) donne cet avertissement au 'hazan qui dirige la prière de la communauté :
"Il doit se tenir solennellement et respectueusement devant D., empli de ferveur et de crainte. S'il cherche à montrer sa belle voix et se réjouit en son for intérieur d'être si doué : c'est un spectacle repoussant."

La Michna Broura (Ora'h 'Haïm 35) offre ce commentaire :
Le Séfer 'Hassidim rapporte que lorsque Rabban Chimon ben Gamliel fut emmené au supplice (par les romains), il se tourna vers Rabbi Yichmaël le Cohen Gadol et demanda : "Mon cher frère, en quoi ai-je péché pour mériter une mort si terrible?"
Rabbi Yichmaël répliqua : "Sois honnête avec toi-même : lors de tes discours publics, n'as-tu jamais éprouvé de fierté au fond de ton cœur, et utilisé des paroles de Torah pour ton propre bénéfice?"
A cela, Rabban Chimon ben Gamliel répondit : "tu m'as consolé de ma mort".

<—————————–>

+ L'orgueil permis et même souhaitable :

-> "Autant la poursuite des honneurs pour soi-même est détestable, autant la recherche des honneurs de son prochain est une obligation dont nous devons nous soucier sous toutes ses formes et au mieux de nos possibilités."
[Rabbi ‘Haïm Chmoulévitch]

-> "Le seul orgueil permis, c’est celui d’avoir un patron aussi puissant que notre Père Céleste (Hachem)."
[Rabbi Lévi Its’hak de Berditchev]

Cela est peut être une explication du fait que : "un sage en Torah se doit d’avoir un 8e de un 8e d’orgueil" (guémara Sota 5a).
Le Ben Ich 'Haï (Ben Yéhoyada) commente en effet : "Si l’on veut atteindre des sommets spirituels, on doit s’en sentir capable."

Le Gaon de Vilna (Kol Eliyahou 45,224) est d'avis qu'il est permis de s’enorgueillir sur nos actions passées, car cela peut nous donner des forces pour la suite.

-> Napoléon avait l'habitude de dire que toute personne qui n'aspire pas à devenir un général ne parviendra même pas à être un bon soldat.
Il en est de même en Torah, celui qui n'aspire pas à être un géant en Torah, ne réussira pas pleinement à être un étudiant en Torah.
[Méïr Einei Israël]

-> "C'est une obligation centrale pour tout étudiant en yéchiva de tenter de devenir un grand érudit en Torah qui craint Hachem."
[Rabbi Moché Feinstein - Igrot Moché - Yoré Déa 3,82]

-> "Il est interdit à l'homme d'aspirer à plus que son niveau et sa personnalité ne le permettent, à l'exception de la grandeur dans la Torah, pour laquelle le désir doit être illimité."
[rabbi Moché Feinstein]

<--->

-> Selon le Ben Ich 'Haï, l'homme doit se persuader que quels que soient sa situation, ses traits de caractère et son intelligence, il est capable de s'élever petit à petit pour être appelé tsadik.

Le Ben Ich 'Haï ajoute que les lettres hébraïques lamed et beit forment le mot : lév (coeur - לב) sont précédées des lettres : aléf et kaf, formant le mot "akh" (אך), qui signifie une minorité, une réduction, et suivies des lettres guimel et mém formant le mot "gam" (גם), qui signifie une multitude, un accroissement.
Ceci nous enseigne comment l'homme doit se diriger : parfois, il devra rester modeste, et d'autres fois s'apprécier et s'estimer à ses propres yeux.

[ex: cela est important pour viser haut, avoir une ambition folle, dans notre étude de la Torah, dans notre service Divin, ...
Par ailleurs, c'est également nécessaire afin de traiter autrui comme un roi, car : "Si quelqu'un ne reconnait pas sa propre valeur, comment peut-il apprécier la valeur d'autrui?" (rabbi Yaakov Yossef de Polnoye)]

<--->

-> Rabbi Lévi Its'hak de Berditchev a témoigné que si le mot "orgueil" n’avait pas été mentionné dans la Torah, il n’aurait jamais cru que cela puisse exister dans la réalité. En effet, comment l’être humain, qui n’est que poussière et débris, pourrait-il s’enorgueillir?

<--->

-> L'orgueil ne s'exprime pas uniquement à l'égard d'autrui : un homme peut être également orgueilleux face à lui-même.
[rabbi Tsadol haCohen de Lublin]

-> Quand un homme est petit à ses yeux, il est vraiment un monde ; quand il se prend pour le monde, il est vraiment petit.
[rabbi Noa'h Leibowitz]

<--->

-> "Que l'honneur de ton prochain te soit aussi cher que le tien propre" (Pirké Avot 2,15)
Rabbi Chmelke de Nikolsbourg explique ainsi ce verset : "De même que l'honneur que tu te fais à toi-même n'a aucune espèce de signification, de même l'honneur que te fait ton prochain ne doit avoir pour toi aucune importance".

<--->

-> Selon le Séfer ha'Hinoukh (257), l'homme est influencé par ses actes. Lorsqu'il fait preuve de respect envers les sages, il est encouragé par leur exemple.

Le midrach rapporte les paroles de Rabbi Abba haChohen :
"J'évitais jadis de passer à côté des foules de peur de gêner, car je savais que les gens se lèveraient à mon approche. Mais Rabbi Yossi m'a déconseillé cette attitude : lorsque les foules se lèvent devant un érudit en Torah, leur cœur s'emplit de crainte de D."

-> Il y a une idée similaire sur la nécessité de montrer nos bonnes actions à nos enfants : http://todahm.com/2022/02/08/34957

<------------------->

+ Pourquoi s'enorgueillir d'avoir de l'argent? Un million de roubles, c'est bien peu de choses pour un fils de roi.
Et nous, fils de roi, qu'avons-nous à nous enorgueillir d'un peu d'argent?
[rabbi Zoucha d’Anipoli]

<--->

-> Celui qui cherche les honneurs est stupide.
[...]
Nul n'est aussi dépendant des hommes que celui qui court après les honneurs.
[rabbi Na'hman de Breslev]

-> Jalousie? De quoi?
Les honneurs? Pourquoi?
[rabbi Enokh d'Alexander]

-> La terre crie à l'homme : pourquoi me foules-tu de ton pied?
Es-tu vraiment meilleur que moi?
[rabbi Chnéour Zalman de Lyadi - le Baal haTanya]

-> Je n'aurais jamais pensé que l'orgueil pût exister s'il n'était évoqué dans la Torah. Comment, en effet, un homme peut-il s'enorgueillir dès lors que sa vie n'est qu'une ombre qui passe?
[rabbi Mendel de Kotzk]

-> Pourquoi cherches-tu à acquérir ce que tu n'as pas alors que même ce que tu possèdes ne t'appartient pas (c'est à D.)?
[rabbi Yéhochoua d'Ostrova]

-> Mieux vaut être assis à la "table d'honneur" et savoir que la place qu'on mérite vraiment est "en bas" qu'être assis parmi la foule et penser qu'en vérité on mérite les premières places.
[rabbi Israël de Vizhnitz]

-> Etrange goût chez les hommes pour la célébrité quand il n'y a là que vanité et grande bêtise.
A quoi sert-il d'être célèbre dans un monde plein d'impuretés et de souffrances?
[rabbi Na'hman de Breslev]

-> Parfois un homme rend hommage à quelqu'un avec l'intention d'en tirer gloire pour lui-même.
[Baal Chem Tov]

-> Il arrive qu'un homme soit orgueilleux même face à face à lui-même.
[rabbi Tsadok haCohen de Lublin]

-> Il y a des hommes qui s'isolent de la communauté mais qui jettent des coups d'œil à l'extérieur pour voir si l'on s'est rendu compte qu'ils se sont isolés.
[rabbi Mendel de Kotzk]

<--->

-> Les défauts de l'homme sont : la jalousie, l'avidité et la recherche des honneurs.
Ils existent dès la création du monde. C'est la jalousie qui a fait de Caïn un meurtrier.
C'est l'avidité qui a perdu la génération du déluge et c'est la course aux honneurs qui est à l'origine de l'échec de la génération de la tour de Bavél.
[rabbi Israël de Kosnitz]

<--->

-> Le menteur est préférable à l'orgueilleux car il ne croit pas en ses propres mensonges.
L'orgueilleux, lui, ajoute foi à ce que lui dit son imagination.
[rabbi Yéhochoua d'Ostrova]

-> La source de la tristesse, c'est l'orgueil : quand un homme pense que tout lui est dû, qu'elle a le droit à tout.
[Baal Chem Tov]

-> Il n'est rien qui habitue le cœur de l'homme au mensonge autant que l'orgueil.
[rabbi Chmouël de Chokhsov]

-> Tout homme peut arriver à ce à quoi sont parvenus les maîtres du Talmud. Mais c'est l'orgueil qui l'en empêche.
[rabbi Aharon de Karlin]

-> Deux orgueilleux? Il est impossible qu'ils s'aiment vraiment l'un l'autre.
[rabbi Yaakov Yossef de Lublin]

<--->

- Rabbi, je voudrai un conseil. Comment éviter de tomber dans l'orgueil?
- Je ne sais pas. J'ignore comment on y échappe et j'ai bien peur d'y céder moi-même.
[rabbi Pin’has de Koritz]

-> L'orgueil? Il faut le combattre chaque jour, chaque instant.
[rabbi Dov Ber de Mézéritch]

-> Tout péché s'exprime par un geste : un mouvement de la main ou du pied, de la tête ou des lèvres ... Sauf l'orgueil où il suffit qu'un homme, couché sur le dos, pense : me voici et nul n'est meilleur que moi.
[rabbi Pin’has de Koritz]

-> Une fausse humilité est pire que l'orgueil.
[Toldot Yaakov Yossef]

-> Une humilité qui n'a pas lieu d'être est de l'hypocrisie.
[rabbi Na'hman de Breslev]

<------------------->

-> "Tout orgueilleux est en horreur à Hachem ; de main à main, il ne sera pas impuni" (Michlé 16,5)
Le Malbim explique que bien que D. soir patient avec les pécheurs, Il punit immédiatement les arrogants, "de la main à la main". Car l'arrogance de l'homme vaniteux éclipse la splendeur de son Créateur.

[le Ramban dit qu'en s'attribuant un honneur injustifié, on usurpe l'honneur dû à D. Lui-même.]

<--->

-> Hachem a créé le monde afin d'être reconnu par l'humanité, et l'humanité afin qu'elle reconnaisse son Créateur.
Dans la mesure où l'homme se glorifie, il nie le but de son existence.
C'est pourquoi Hachem déclare : "Lui (l'homme arrogant) et Moi ne pouvons exister dans le même monde" (guémara Sota 5a). En se vénérant lui-même, l'homme arrogant adore l'idole de sa propre image.
[rav Avraham 'Haïm Feuer]

<------------------->

-> b'h, voir également : http://todahm.com/2020/12/27/29965
->, b'h : http://todahm.com/2021/04/27/31570

4 Comments

  1. Pingback: Aux délices de la Torah

  2. Pingback: Aux délices de la Torah

  3. Pingback: Aux délices de la Torah

  4. Pingback: Aux délices de la Torah

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.