La jalousie : Savoir se satisfaire de ce que l’on a

+ La jalousie : Savoir se satisfaire de ce que l’on a :

-> « Le fait d’être satisfait de ce que l’on a matériellement est la fondation de toute la Torah. »
[Gaon de Vilna – Even Chléma 3,4]

-> « Nous devons avoir une confiance sincère dans le fait que Hachem accorde à chacun ce dont il a besoin en fonction des racines de son âme, et selon ce qu’il est venu réaliser dans ce monde.
C’est le plus haut niveau, celui de l’Attribut de : « yech li kol » (je possède tout).
C’est ce que [Hachem dit à Avraham] : « Soit entier » (véhéyé tamim) = manquant de rien.
[Rabbi Aharon kotler – Michnat rav Aharon]

-> « D. avait béni Avraham en toutes choses » (‘Hayé Sarah 24,1)
Le Imré Moché commente : il l’a béni du trait de caractère de savoir se satisfaire avec ce que l’on a, ce qui entraîne le sentiment d’être béni « en toutes choses ».

-> « Le tsadik vivra par sa émouna » (Habakouk 2,4)
« Le tsadik mange pour apaiser sa faim (le strict nécessaire) ; mais le ventre des réchaïm n’en a jamais assez. » (Michlé 13,25)

Le Gaon de Vilna commente : La émouna et le fait d’être content de son sort (histapkout) sont liés, car ils constituent les 2 principaux conduits pour posséder tous les traits de caractère positifs.

<————->

-> Quoiqu’une personne puisse manquer, Hachem ne souhaite pas lui donner, et ce que Hachem ne donne pas, il n’existe aucun moyen de l’avoir.
[Ibn Ezra – Chémot 20,14]

-> « Je n’ai jamais eu besoin de quelque chose avant de l’avoir, car tant que je ne l’avais pas, j’étais sûr de ne pas en avoir besoin (sinon Hachem me l’aurait donné!). »
[Rabbi Yé’hiel de Zlotchov]

-> Quand est-ce qu’une personne sait qu’elle a besoin de quelque chose?
Lorsque Hachem la lui fournit.
[Rabbi Shlomke Zhviller]

-> Nous récitons tous les matins : « chéassa li kol tsorki » (Qu a fourni tous mes besoins).
En effet, absolument tout ce que je peux avoir besoin pour réaliser ma mission dans ce monde, tout ce dont j’ai besoin pour acquérir ma part dans la Torah, tout cela Hachem me l’a octroyé.
[rav Chlomo Wolbe – Alé Chour]

-> « Que ton cœur n’envie pas le sort des pécheurs, mais s’attache constamment à la crainte de Hachem » (Michlé 23,17)

<————->

+ « Un des principaux outils avec lequel Hachem juge le monde est le : mesure pour mesure.
Lorsqu’une personne est poussée à acquérir autant que possible du monde matériel, Hachem va également lui demander de nombreuses mitsvot.

D’un autre coté, une personne qui va toujours se satisfaire du minimum, on ne lui demandera pas d’amasser une quantité importante de mitsvot.
Ce trait de caractère sera bénéfique pour lui dans ce monde et va également le défendre dans le monde à venir. »

[le Ben Ich ‘Haï]

<——->

-> « Si tu convoites quelque chose qui appartient à ton prochain, sa belle voiture par exemple, et que tes yeux sortent de leur orbite, songe que tu dois prendre aussi, en même temps, tout son « paquet » : ses malheurs, ses difficultés, ses épreuves, « tout ce qui est à ton prochain! »
Es-tu prêt à cela? »
[un des Admorim]

-> Selon le Maharal, l’harmonie spirituelle nécessite 3 choses : être en paix avec Hachem, avec son prochain, et avec soi-même.

La jalousie nous empêche de reconnaître les bénédictions qu’Hachem nous a déjà octroyé, ce qui nous convainc qu’Il n’est pas autant impliqué pour nous que pour les autres, qu’Il n’agit pas au mieux à notre égard, qu’il y a de l’injustice.
Nous ne sommes alors pas en paix avec Hachem, et également avec autrui, car nous surestimons ce que les autres ont, tandis que nous dévalorisons ce que D. nous a déjà généreusement accordé.
[une même chose peut être incroyable chez autrui, et banal, normal chez nous!]

[Nous avons tous un package global unique : avec des choses en plus (qualités, ressources, …) et d’autres en moins (défauts, …) par rapport à autrui. Ils constituent les outils nécessaires pour réaliser la mission de notre vie, sur laquelle nous aurons des comptes à rendre.
Refuser de se satisfaire de notre situation, c’est ne pas accepter le rôle que Hachem nous a donné dans la vie.
Nous ne sommes pas à notre place, ni en paix avec nous-même : je mérite mieux, si j’avais … alors je …, c’est pas là que je veux être/faire, …

Il faut avoir l’humilité d’accepter que nous dépendons totalement de D., et avoir la lucidité, la responsabilité d’être à notre place, sous peine de ne jamais parvenir à une harmonie spirituelle.]

<———–>

-> Une personne qui est satisfaite d’elle-même, ne désirera pas ce qui appartient à d’autres.
[Rambam ; Barténoura]

-> Une personne qui n’est pas satisfaite de son sort dans la vie, deviendra jalouse des possessions d’autrui.
[Abarbanel – Pirké Avot 4,21]

-> Une personne contente de son sort, non seulement ne lorgne pas le bien d’autrui, mais elle se réjouira dans leur bien.
[Yaavéts]

[c’est la notion d’avoir un bon œil. Je suis plein, heureux de mon sort car c’est Hachem qui s’en charge.
Ayant tout ce qu’il faut en interne, je peux me réjouir du bien chez autrui, sans avoir un regard de jalousie!]

[La jalousie commence lorsqu’il y a un sentiment de manque en moi, que contrairement à autrui Hachem nous a un peu oublié.
Plutôt que de chercher son bonheur chez l’autre, nous devons revenir vers nous même et renforcer notre émouna. Ce qu’il nous manque se trouve déjà en nous!]

Si chaque animal reçoit sa nourriture en son temps, si chaque goutte de pluie à son trajet personnalisé (cf. guémara Baba Batra 16a), … comment peut-on nous (les enfants du Hachem, but ultime de la Création), se sentir manquer de quelque chose

<————->

-> « A chacun sa place » (Pirké avot 4;2)
Si chacun possède une place, alors pourquoi se plaint-on sans cesse que l’on n’a pas de place?

Parce que chacun convoite une autre place que la sienne.
[Rabbi Avraham Yaakov de Sadigora]

-> Lorsqu’une personne est jalouse des talents, des traits de caractère ou des possessions d’autrui, elle agit comme un enfant immature.
Elle désire ardemment la douceur que possède autrui, sans s’arrêter pour considérer que ce qui est profitable à une personne, peut être dangereux chez une autre.
[Rabbi Meisels – Si’hot baAvodat Hachem]

-> Les gens ressentent de la jalousie uniquement parce qu’ils pensent qu’ils ont exactement les mêmes besoins que les autres.
[Rav Ezriel Tauber]

[Hachem nous offre en cadeau ce qu’il y a de mieux pour nous, mais plutôt que de Le remercier, nous préférons faire confiance à notre intellect limité (car humain et non divin) et nous plaindre qu’autrui a reçu mieux que nous!]

<—–>

-> Dans le monde à venir, D. organisera une danse pour les justes. Ils vont former un cercle et Hachem sera au centre, chacun Le désignera avec le doigt.
[guémara Taanit 31a]

Le Maharal (tel que cité par le rav Dessler) explique que l’idée du cercle est que chaque membre est à égal distance du centre : Hachem.
De plus, chacun y est constamment en mouvement, arrivant à ce qui était auparavant la place d’un autre.

Selon le Maharal, cela fait allusion que dans le monde à venir :
-> 1°/ chaque personne sera proche de Hachem en fonction de l’utilisation des ses capacités personnelles.
Ainsi, quelqu’un qui avait peu de capacités, mais qui a utilisé au maximum ses capacités limitées, sera au même niveau que celui qui avait des facultés très élevées, et qui les a exploitées autant que possible.

=> Il existe une différence apparente dans ce monde, qui n’existera plus dans le monde à venir, où toutes ces personnes formeront un cercle à égale distance de Hachem.
[certes dans ce monde (éphémère) nous pouvons apparaître comme moins bien garnis que d’autres, mais dans le monde futur (éternel) nous serons tous logés à la même enseigne en fonction de notre travail unique dans ce monde.]

-> 2°/ En plus de notre récompense pour nos efforts dans le service de D., il y aura également une récompense pour notre participation dans l’harmonie globale du peuple juif, qui a été possible lorsque chacun accepte le rôle unique qui lui a été attribué sans regarder avec jalousie les capacités des autres.

=> Dans le monde à venir, chacun dansera en mouvement, arrivant en permanence à ce qui était auparavant la place d’un autre, car en ayant réalisé son rôle dans ce monde sans vouloir être à la place d’un autre, il a permis que chacun soit à sa bonne place dans l’entité juive globale.

[pour qu’une danse en rond fonctionne, il faut que chacun des membres joue le jeux, en étant à tout moment à sa place. Si quelqu’un veut aller plus vite, dans une autre direction,… cela dysfonctionne.]

Chacun en restant à sa place permet que la symphonie de D. fonctionne au mieux, créant ainsi un kidouch Hachem.

Il existe dans ce monde une apparente disparité (ex: il y a plein d’êtres humains avec des ressources différentes), mais la réalité éclatera au grand jour dans le monde futur : nous sommes tous des membres d’une entité juive globale, tous unis par ce doigt désignant Hachem.

<—————————->

+ Les Sages de la maison d’étude de rabbi Yanaï apprennent du verset (Dévarim 1,1) : « Di Zahav » que Moché s’est « dressé » contre Hachem. Selon eux, Moché a dit à Hachem : « Maître du monde, c’est à cause de l’argent et de l’or (zahav) que Tu as donné à profusion aux enfants d’Israël, jusqu’à ce qu’ils disent : « daï » (די – c’est assez!) qu’ils ont fait le veau (d’or). »
[Hachem a accepté ces arguments de Moché affirmant que le Ciel était essentiellement responsable du veau d’or par cause de l’excès de richesses accordées]
[guémara Béra’hot 32a]

-> Hachem a gratifié les juifs de tant d’argent et d’or à la sortie d’Egypte qu’ils ont dit : « ça suffit! c’est assez! » (daï). En effet, ils ont emmené dans le désert la richesse « empruntée » aux égyptiens avant leur départ d’Egypte, ainsi que l’énorme butin récupéré sur le bord de la mer après l’engloutissement de tous les égyptiens. [Maharcha]

-> Un homme est en général insatisfait de sa part et désire toujours plus d’argent, car il lui semble toujours avoir des manques.
En effet, nos Sages enseignent : « Un homme ne quittera ce monde qu’avec la moitié de ses désirs dans sa main » (midrach Kohélét rabba 1,13).
Celui qui possède 100 en désirera 200 ; s’il obtient 200, il en désirera 400 …

=> Comment alors les juifs ont-ils pu dire : « c’est suffisant! » (daï) à la quantité d’argent et d’or qu’ils possédaient (alors que par nature un homme n’est jamais satisfait par ce qu’il a)?

Nous pouvons répondre que la convoitise d’argent et l’insatisfaction permanente de notre situation économique ont pour origine la souillure (zouama) que le serpent (symbole du yétser ara) a communiqué à ‘Hava et à ses descendants.
Or, il est dit dans la guémara (Shabbath 146a) que lorsqu’Israël s’est tenu au mont Sinaï, avant le don de la Torah, cette souillure a cessé (puisqu’Israël a retrouvé le niveau d’Adam et ‘Hava avant leur faute) et n’est revenue qu’après la faute du veau d’or.

C’est pour cela qu’avant le don de la Torah, ils ont pu dire : « ça suffit (daï) [aux richesses] ».
[rav Wasserman – Kovets Biour Aggadot 8,6]

=> On voit de là, à quel point dans sa nature, un homme n’est pas satisfait de ce qu’il a, désirant toujours plus.
Un juif doit travailler son caractère, au point d’en arriver à toujours se satisfaire de ce qu’il a. [tendre vers cet état d’avant la faute de Adam et ‘Hava!]

À propos kol26
rak kol26. Tous unique, tous unis!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :