Le Yétser ara

+ Le Yétser ara :

-> Le yétser ara et l’ange de la Mort sont les mêmes.
[guémara Baba batra 16]

[comment peut-on confier sa vie à celui qui va nous la retirer?
Il agit dans ce monde comme notre meilleur ami, nous incitant à faire des choses, mais après notre mort, il devient notre pire ennemi, lançant des accusations, demandant des punitions pour chaque fois où nous avons pu l’écouter!
=> Il nous tue et nous enfonce pour l’éternité! ]

<—–>

-> Le Réchit ‘Hokhma enseigne :
Au guéhinam, l’âme qui a fauté verra son yétser ara se tenant devant le Trône Divin, déclarant d’un ton moqueur : « Quel crétin as-tu été! Comme tu es pitoyable. Tu n’as pas écouté Hachem, préférant m’écouter.
Qui suis-je de toute façon? Je ne suis qu’un simple serviteur [de D.].
Pourquoi as-tu échangé un monde éternel pour un éphémère? »

-> « Dans le futur, Hachem va prendre le yétser ara et Il va le tuer devant les tsadikim et les réchaïm »
[guémara Soucca 52a]

=> A l’image de ce qu’il nous propose, le yétser ara est lui-même éphémère!
Comment peut-on lui faire confiance, au détriment de D.?

-> « Dans le futur, Hachem va prendre le yétser ara [qui est aussi l’Ange de la Mort] et Il va le tuer » (guémara Soucca 52a)
Le Toldot Yaakov Yossef (Kédochim), rapportant le Baal Chem Tov, explique que : « Il va le tuer » = Hachem va retirer du yétser ara tout le mal qui est en lui, et il va alors devenir aussi saint, qu’un bon Ange.

=> Ainsi, selon cet avis, la finalité du yétser ara est de devenir bon. Alors, pourquoi lui faire confiance actuellement, au point de lui confier sa vie présente, et à venir?

<—————–>

-> Le yétser ara nous empêche de discerner ce qui est important, de ce qui est futile.
[guémara Baba métsia 83b]

[il raisonne en termes de : juste maintenant, juste un petit peu (c’est pas si grave!), …
En instaurant du flou dans les réelles priorités de notre vie, son rôle est de nous empêcher de faire fructifier au maximum les ressources que Hachem nous octroie (le temps, des capacités, …).

C’est ainsi que dans le monde éternel, au lieu d’être des milliardaires en mitsvot, nous serons alors couverts de milliards de hontes, de regrets (si seulement j’avais fait, pourquoi n’ai-je pas agi au maximum de mon potentiel?, …)

<—–>

-> Rabbi Na’hman de Breslev appelle le yétser ara : le pouvoir de l’illusion (koa’h hamidamé).
Il arrive à convaincre tout le monde que sa main fermée contient ce dont nous avons personnellement besoin.
Hypnotisé, nous suivons alors cette carotte fictive et faisons sa volonté, jusqu’à ce qu’il ouvre sa main, qui est en réalité vide.

Rabbi Na’hman compare les plaisirs de ce monde aux rayons du soleil dans une pièce sombre. Ils semblent être une réalité solide, mais dès qu’on essaie de les attraper, il ne reste absolument rien dans notre main.

[de même, nous investissons beaucoup de temps et d’énergies pour obtenir les choses en apparence brillantes de ce monde (comme les rayons du soleil), mais au final, il ne nous restera rien, et ce pour l’éternité.]

<—————–>

-> « Lorsqu’un individu laisse ses désirs le contrôler [et non la Volonté de D.], alors il vit la vie d’un animal, et non d’un être humain. »
[rav Eliyahou Lopian – Lev Eliyahou]

<—————–>

-> Pourquoi la guémara (Béra’hot 61a) compare-t-elle le yétser ara (mauvais penchant) à une mouche?

Le ‘Hafets ‘Haïm donne comme réponse :
Certains animaux sont peureux. Quand on les menace, ils s’enfuient immédiatement et on peur de revenir.
Mais la mouche, elle ne connaît pas la peur. La chasserait-on 100 fois, elle reviendra sans cesse.
De plus, elle importune l’homme sans répit. Il la chasse de son nez, elle se pose sur son front.
Même, s’il change de place, elle le poursuit.

[le yétser ara peut aussi être comparé à une mite, qui même si elle est minuscule, quasiment invisible, peut avec le temps endommager les fondations du plus bel immeuble/palais, jusqu’à le faire s’écrouler …

D’ailleurs, nos Sages ont dit : « Le mauvais penchant de l’homme le domine chaque jour … et si ce n’était D. qui lui vient en aide, l’homme serait impuissant contre lui » (guémara Soucca 52 a-b)

C’est pour cela que le Yaarot Dvach affirme que le meilleur moyen de le combattre est par notre prière, en se tournant vers Hachem pour bénéficier de Son aide. ]

-> La rabbanite Feldbrand apporte l’explication suivante au fait qu’il soit comparé à une mouche.
Une mouche a 6 pattes qui vont dans les différentes directions (sauf vers le haut : D.), et des yeux qui font 20% de son corps, en allusion au fait que la force principale du yétser ara réside dans sa capacité à enflammer nos yeux de désir [nous aveuglant aux véritables priorités de ce monde, et nous faisons aller dans toutes les directions sauf celle de Hachem].

<—–>

+ Quelques moyens pour lutter contre le yétser ara :

-> La guémara (Kidouchin 30b) nous enseigne que de même que D. a créé le yétser ara, il a créé son antidote : l’étude de la Torah.

Selon le ‘Hafets ‘Haïm, l’étude de la Torah est notre meilleure arme et armure dans la bataille contre notre yétser ara.

-> La guémara (Baba Batra 78b) nous recommande de mettre en perspective : qu’est-ce que je gagne à fauter (plaisir éphémère)? Qu’est-ce que j’y perds (éloignement de D. et donc de ses bénédictions, le prix futur à payer pour cette faute, …)?

-> Le rabbi Mendel de Kotzk dit que nous devons être tellement occupés que nous n’avons plus de temps à accorder pour écouter notre utéser ara.
(éviter d’être dans des situations de faiblesse avec lui, et s’occuper de bonnes actions ne lui laissant pas le temps de s’agripper à notre mouvement).

Par exemple, la guémara (Avoda Zara 5,2) écrit : « Lorsqu’une personne est occupée avec la Torah et les bonnes actions, elle est capable de contrôler son yétser ara.

-> Selon Rabbénou Yona, nous devons imaginer notre honte lorsque l’on diffusera en public devant Hachem la vidéo de notre vie (ex: actes cachés, nos pensées, visions), et que nous n’aurons plus aucune raison qui tienne pour justifier nos actes.

-> La guémara (Béra’hot 5a) rapporte que si un personne arrive à garder dans son esprit le jour de sa mort, alors elle sera sauvé du yétser ara.

D’ailleurs, sachant cela, le yétser ara fait tout pour nous encourager à penser que le monde nous appartient, et que nous faisons partie d’une élite de gens qui vivrons éternellement contrairement aux autres (Zohar 3;126).

Le rav Dessler note que même une personne âgée, avec les faiblesses et maladies liées à son âge, se persuade qu’elle est dans ce monde pour rester durablement (pourquoi alors faire téchouva, changer ses habitudes).

[on peut observer nos Sages qui jusqu’à leur dernier souffle pensent à s’améliorer, à étudier la Torah.
Il n’y a pas de demain je vais le faire, car qui sait si je vivrais encore, et de plus ce que je ne fais pas aujourd’hui est une perte définitive, car ce jour ne se reproduira jamais!]

<———->

-> « Si tu l’affames (ton yétser ara) alors il sera rassasié, mais si tu le rassasies (en lui accordant les fautes qu’il te demande de faire) alors il devient davantage affamé. »
[guémara Sanhédrin 107a]

-> « L’unique remède prouvé pour guérir du notre faim [au yétser ara] est en l’affamant lui-même »
[Rav Dessler – Mikhtav méEliyahou]

En effet, on pourrait être tenter de se dire : « ok, je vais céder rien qu’une fois à mon yétser ara comme cela il me laissera tranquille ensuite! »
Mais la réalité est toute autre : à chaque fois que nous faisons sa volonté, alors nous aurons davantage d’attirance, de tentation envers ce qu’il nous proposera par la suite.

<—————–>

-> Ne te focalise pas sur la petitesse de la faute, mais sur la grandeur de Hachem, à Qui nous devons obéir.
[Rabbénou Yona]

-> « Le yétser ara lui-même est content lorsque les personnes ne tombent pas dans ses pièges. »
[Rabbi Mendel Menahem de Kotsk]

=> En nous mettant à l’épreuve, le yétser ara (un des anges au service de D.) nous donne une opportunité de se développer spirituellement, de tendre vers la perfection de notre être.
Son plus beau cadeau est de nous voir réussir, car cela signifie qu’il a été utile, qu’il a contribué à nous faire grandir.

Par exemple, le rav Israël de Koznitz (se basant sur la guémara ‘Houlin 91b) dit qu’après avoir été battu par Yaakov, le yétser ara (ange d’Essav) s’est empressé de monter au Ciel pour faire des louanges devant Hachem.
En effet : « Ma mission est une réussite, puisque cet homme m’a vaincu! »

[de même, dans la Création du monde, D. caractérise le yétser ara de bonne chose, car il est indispensable à notre croissance spirituelle.]

=> le plus beau cadeau à faire à notre yétser ara, c’est d’écouter son (et notre) patron : Hachem!

<———->

b’h, voir également :
-> https://todahm.com/2020/03/22/12461
-> https://todahm.com/2016/08/22/notre-cher-yetser-ara
-> https://todahm.com/2020/03/22/12508
-> https://todahm.com/2014/05/18/guemara-yetser-ara
-> https://todahm.com/2014/08/08/une-force-du-yetser-ara-faire-que-lhomme-soit-toujours-occupe-pour-eviter-de
-> https://todahm.com/2015/02/16/face-au-yetser-ara

À propos kol26
rak kol26. Tous unique, tous unis!

One Response to Le Yétser ara

  1. Ping: Aux délices de la Torah

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :