Négliger l’étude de la Torah

+ Négliger l’étude de la Torah :

-> De même que la récompense pour l’étude de la Torah est plus importante que toutes les autres mitsvot, de même la punition pour la négliger est plus importante que toutes les autres fautes.
[Sifri – cité par Rabbénou Yona – Chaaré Téchouva 3,14]

-> Hachem peut fermer les yeux sur l’idolâtrie, les relations interdites et le meurtre, mais il ne ferme pas les yeux sur la négligence de l’étude de la Torah.
[guémara Yérouchalmi ‘Haguiga 1,7]

-> « Il a méprisé la parole de Hachem » (Chéla’h Lé’ha 15,31)
Cela fait référence à tout celui qui a la possibilité d’étudier la Torah et ne le fait pas. (guémara Sanhédrin 99a)

-> Chaque jour, Hachem pleure pour 3 types de personne, et l’un d’eux est celui qui a la possibilité d’étudier la Torah, mais ne le fait pas.
[guémara ‘Haguiga 5b]

<————>

-> Par la faute de négliger l’étude de la Torah, les enfants d’une personne peuvent mourir.
[guémara Shabbath 32b]

-> Par la faute de négliger l’étude de la Torah, la violence et les pillages abondent dans le monde, et la peste et la famine viennent, les gens mangent et ne sont pas rassasiés.
[guémara Shabbath 33a]

-> Tout celui qui a la possibilité d’étudier la Torah et ne le fait pas, Hachem amène sur lui des souffrances horribles qui [vont lui causer une extrême douleur et] le mettre dans un état d’immense détresse.
[guémara Béra’hot 5a]

-> Selon Rav Hamnouna (guémara Shabbath 119b), Jérusalem a été détruite uniquement parce que les enfants étaient dans la rue, plutôt que d’aller étudier de la Torah.

-> Yéhochoua a été puni (en n’ayant pas d’enfant) uniquement parce qu’il a détourné les juifs de l’étude de la Torah, pendant une nuit, dans le cadre des préparatifs à la guerre.
[cf. guémara Erouvin 63b]

<————>

-> L’étude de la Torah est plus grande que les mitsvot [relatives au fait] d’offrir les sacrifices quotidiens, que de sauver des vies, que de construire le Temple, et qu’honorer son père et sa mère.
[cf. guémara Méguila 3b et 16b]

-> Selon le Gaon de Vilna (Shénot Eliyahou), à chaque mot de Torah, nous réalisons la mitsva d’étudier la Torah.

De plus, dans son commentaire sur Michlé (19,4), il écrit : de chacun des mots de Torah qu’une personne étudie, un ange est créé, et il va devenir un défenseur pour nous au Ciel.

[A l’inverse,] Si la négligence de l’étude de la Torah est la faute la plus grave, c’est parce qu’à chaque instant où l’on pourrait étudier et que nous ne le faisons pas, nous commettons une faute. [avec un accusateur contre nous!]

-> Le Gaon de Vilna (Even Cheléma 6,7) écrit :
Il y a 6 niveaux de Guéhinam, et chacun est composé de 10 sections.
Le 6e niveau inclut tous les autres, et il est appelé : « mort ». C’est là qu’est jugée la personne qui avait l’opportunité d’étudier la Torah et ne l’a pas fait.

<—–>

-> Lorsque quelqu’un perd son temps, c’est comme si à ce moment il se tuait lui-même avec ses propres mains, car le temps est passé en perte. [c’est une sorte de suicide personnel!]
A la fin, il ne lui restera que très peu de temps [réellement bien utilisé] de sa vie, et la réalisation de toutes ses opportunités gâchées va lui causer [dans le monde à venir] une terrible douleur qui va durer éternellement.

En effet, selon nos Sages midrach Tan’houma – début de Vayakél), dans le monde à venir chaque personne sera nommée en fonction de ses actions.
Par exemple, celui qui perd son temps ou le paresseux, sera pour l’éternité connu sous le nom : « le gaspilleur de temps » ou bien « le paresseux ».

Selon nos Sages (cf. guémara Moed Katan 9b), la plus grande punition dans le monde à venir sera la honte que nous ressentirons [face à toutes nos opportunités gâchées de faire des mitsvot, à nos fautes réalisées, …]
(cette souffrance de honte sera tellement importante, qu’elle ne peut être comparée à aucune de ce monde – Rabbénou Yona (Pirké Avot – début chap.3)).

Cependant, tant qu’une personne est vivante dans ce monde, elle peut encore tout corriger, avant qu’il ne soit trop tard (pour l’éternité)!

Il est important de noter que l’interdiction de dire des propos futiles, n’est pas une interdiction de ne rien dire en dehors de mots de Torah. En effet, cela n’est [humainement] pas possible, à part chez des personnes qui sont à un niveau très élevé comme le Gaon de Vilna, qui avant sa mort se lamentait : « Il y a de nombreuses secondes dans ma vie durant lesquelles j’ai pu négliger l’étude de la Torah ».

Ainsi, pour maintenir une étude de Torah, il faut de temps en temps, s’engager dans des discussions plus légères.
[chacun parlera en fonction de ses besoins nécessaires, sans émettre de lachon ara.
De plus, il faudra faire attention à ce que cela ne se fasse pas au détriment de l’étude d’autrui.]

[d’après le rav ‘Haïm Kanievsky – dans son livre : Or’hot Yocher]

<——>

-> « Une personne doit étudier sans pression.
Si quelqu’un devait me dire de m’asseoir et d’étudier pendant 400 heures consécutives sans pause, je ne pourrais pas étudier même une minute.

Ce n’est que, parce que je sais que je peux m’arrêter à tout moment, que je suis capable d’étudier même 10 heures consécutive.
Tu dois étudier sans pression. »
[Rav ‘Haïm Kanievsky à un de ses enfants]

-> « [Lorsque le Steïpler était malade, il étudiait quand même, disant :] c’est difficile pour moi d’étudier, mais cela est encore plus difficile de ne pas étudier …
[Durant ma vie,] Si je n’avais étudié que lorsque cela était facile pour moi, je serais resté un ignorant (am aaréts) total. »

À propos kol26
rak kol26. Tous unique, tous unis!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :