« Si un homme a un fils dévoyé et rebelle, sourd à la voix de son père comme à celle de sa mère et qui, malgré leurs corrections, persiste à leur désobéir » (Ki Tétsé 21,18)

-> « Le cas du fils dévoyé et rebelle ne s’est jamais présenté et n’aura lieu.
Alors pourquoi le verset l’évoque-t-il?

Pour que tu l’étudies et que tu reçoives la récompense [de l’étude].
[guémara Sanhédrin 71a]

<—>

-> La Torah est infinie, pour quelle raison était-il nécessaire de faire mention d’un cas purement théorique?

Rav Israël Salanter (Ohr Israël) répond que la Torah connaît différents degrés d’importance.
Il y a « l’étude réalisée pour l’accomplir », et à un niveau supérieur, il existe celle à laquelle on s’astreint d’étudier uniquement en vertu du décret divin, et ce même si elle ne conduit à aucune application concrète.

=> La Torah évoque le cas de l’enfant dévoyé et rebelle afin d’offrir au peuple juif le mérite de ce formidable degré d’étude : une étude 100% parce que Hachem nous l’a ordonné!!

[nous pouvons étudier des mitsvot qui se feront lorsque le Temple sera reconstruit, mais on ne sera jamais au 100% uniquement pour l’étude de cette mitsva, car d’une certaine façon on a en tête l’idée qu’on pourra les appliquer très rapidement avec la venue du machia’h.]

<—>

-> Lorsqu’un juif étudie la Torah, il unit son esprit à la volonté et à la sagesse infinie de Hachem.
Le lien spirituel qu’il établit avec D. ne dépend pas de l’application du concept étudié.
[Méam Loez]

-> Le Méam Loez cite également l’idée suivante du Maharcha (et du Séfer ‘Hassidim) :
Les parents doivent dominer leur sentiments naturels de pitié envers leurs enfants, et les discipliner quand cela est nécessaire.
Bien qu’il n’ait jamais existé de fils rebelle qui ait subi les sévères châtiments mentionnés dans les versets, il y a certainement des moments où nous devons corriger nos enfants plus sévèrement s’ils négligent l’étude de la Torah et son observance.

-> Rabbénou Bé’hayé enseigne :
Ce commandement nous montre le niveau que doit atteindre notre amour pour D.
En attachant son fils Its’hak pour le sacrifier, Avraham a montré que son amour pour D. surpassait son affection naturelle pour son fils.
Les parents d’un enfant rebelle doivent faire preuve d’un amour envers D. semblable à celui d’Avraham.

[de façon plus large cela peut renvoyer à toutes les fois où nous laissons nos sentiments venir impacter nos choix de la vie.
En effet, Rachi (Ki Tétsé 21,22) écrit que les parents du fils rebelle ne gagneront rien à avoir pitié de lui. Lorsqu’il grandira, il commettra des fautes punissables de la peine de mort. Il faut donc l’exécuter tant que, dans une certaine mesure, il est innocent.
=> De même, nous devons parfois savoir sacrifier le fruit de nos désirs dans leur jeunesse, pour nous éviter de commettre des fautes graves dans le futur.]

<——————————>

-> Le Ben Ich ‘Haï (Ben Yéhoyada – Sanhédrin 71a) explique que la paracha du « ben sorer oumoré » a été écrite comme moussar pour le peuple d’Israël.

Le yétser ara peut convaincre les juifs en leur disant : « vous êtes les enfants de Hachem votre D. » (banim atem laShem Eloké’hem) : quoique vous puissiez faire, Il fermera les yeux et ne vous punira pas.
Cependant, la paracha de l’enfant dévoyé et rebelle vient nous dire qu’un tel enfant est amené par son père et sa mère au beit din et qu’il est condamné à mourir.

La guémara enseigne que toute la paracha s’applique à un « ben » (fils) et non pas à une « bat » (fille).
« Ben » fait référence au peuple d’Israël, et « bat » fait allusion aux autres nations du monde.
Le message est clairement destiné aux juifs qui peuvent penser que leur statut d’enfants de Hachem retire la nécessité de faire téchouva car leur Père au Ciel ne les punira pas.

=> Cette paracha est un message direct aux juifs afin qu’ils fassent téchouva.

<——————————>

-> Pourquoi est-ce qu’un enfant dévoyé et rebelle (בֵּן סוֹרֵר וּמוֹרֶה) est-il mis à mort?

C’est parce qu’il s’est éloigné du véritable chemin de la Torah.
Il est « moré » (un enseignent – מוֹרֶה), apprenant aux autres à s’en éloigner également.
Or, ce crime est plus grave que le fait de tuer quelqu’un, car la victime a alors droit au monde futur, tandis que celui qui pousse son prochain à la faute, entraîne que sa victime perd à la fois ce monde-ci et celui à venir.

[Rabbi Ména’hem de Kotzk]

<——————————>

-> Selon Rachi : Le fils dévoyé et rebelle était tué en prévision de son avenir : la Torah pénètre le fond de sa pensée. Elle voit que cet enfant en viendra à dilapider l’argent de son père, et cherchant en vain à assouvir ses passions, il se tiendra à la croisée des chemins et détroussera les passants.
La Torah dit donc : Qu’il meure innocent et q’il ne meure pas coupable!

-> « On ne condamne l’homme qu’en vertu de ses actes présents, comme il est dit [au sujet d’Ichmaël] : « D. a entendu la voix de cet enfant s’élever de l’endroit où il demeure ». »
Rachi d’expliquer : « ses actes présents » = même s’il viendra plus tard à se pervertir.

-> On trouve la même idée dans le midrach (Béréchit rabba 53,19) :
« Les anges de service dirent à Hachem : Maître du monde! Cet homme [Ichmaël] viendra un jour à faire mourir Tes enfants par la soif, et Toi, Tu fais apparaître pour lui un puits? »
D. répondit : « Qu’est-il aujourd’hui? Un juste ou un racha? »
Les anges dirent : « Il est un juste ».
D. repris : « Je ne juge l’homme que selon le moment présent! »

-> On peut citer un autre midrach (63,11) :
« Lorsque Chmouël vit que David était roux, il fut saisi de crainte et se dit : « Celui-ci sera un meurtrier comme Essav! »
Hachem lui montra alors que David avait de beaux yeux » (Chmouël I 16) : c’est-à-dire que contrairement à Essav, qui tuait selon son bon vouloir, David ne tuerait des hommes que selon les prescriptions du Sanhédrin ».

Le roi David était né sous l’influence de Maadim (Mars), et la guémara (Shabbath 156a) affirme que les enfants nées sous ce signe ont une tendance naturelle à être des meurtriers. Nos Sages leur conseillent par exemple de devenir mohalim (circonciseurs) : permettant ainsi de « verser du sang » pour une noble cause.
Hachem rassura donc Chmouël, et lui dit : « Va oins-le, car c’est lui! (Chmouël I 16).

=> Selon le rav Eliyahou Lopian, nous pouvons en dire que l’on ne doit pas juger l’homme selon ses tendances innées, car il peut toujours les utiliser pour le bien.
C’est qu’a fait le roi David, il ne laissa pas sa cruauté le dominer, et il su orienter ses pulsions pour accomplir la volonté de Hachem.

==> Comment comprendre alors qu’on juge l’enfant rebelle en fonction de son présent?

-> Le rav Eliyahou Lopian, au nom du Mizra’hi dit : contrairement à Ichmaël, le fils dévoyé commence dès son jeune âge à commettre les actes qui finiront pas le perdre.

Par son attitude très jeûne, il réduit à néant son libre arbitre, et le dénouement de sa vie est donc connu par avance : il dilapidera l’argent de son père, après quoi il continuera à chercher à assouvir ses pulsions, et lorsqu’il n’y arrivera pas il en viendra fatalement à piller ses semblables et à commettre des meurtres.
C’est pourquoi la Torah le juge dès à présent comme s’il avait déjà commis ces méfaits, sans attendre que les actes justifiant sa condamnation soient concrètement perpétrés.

=> Ceci nous montre l’extrême pouvoir des habitudes : les mauvaises tendances peuvent toujours être corrigées par la force du libre arbitre, mais l’accoutumance à une action assujettit l’homme et le contraint à commettre ce qu’elle lui dicte.
En ce sens le roi Chlomo préconise : « Donne au jeune homme de bonnes habitudes dès le début de sa carrière ; même avancé en âge, il ne s’en écartera pas » (Michlé 22,6)

[c’est sur l’inverse de cela que l’enfant dévoyé a été jugé en avance de ses actions futures]

<—>

+ Comment expliquer la différence de traitement entre Ichmaël (jugé sur son avenir) et l’enfant rebelle (jugé sur son présent)?

-> Le Maharcha explique que pour Ichmaël, ce sont ses descendants, et pas lui en personne, qui vont faire du mal. Lui, personnellement, n’a pas entraîné du mal pour les juifs. Ichmaël a lui-même fait téchouva!

C’est pourquoi, lui, qui est et qui restera toute sa vie innocent, n’a pas été puni par rapport à la faute future de ses descendants.
En revanche, pour l’enfant rebelle, c’est la même personne qui a commencée à mal se comporter et qui finira plus tard par commettre des fautes passibles de mort. Dans ce cas, Hachem l’a jugé par rapport au futur.

-> Le Sfat Emet dit que concernant le jugement du Ciel, Hachem ne condamne une personne que par rapport à sa situation présente. C’est pourquoi, Ichmaël qui a été ici jugé par Hachem, a été innocenté, car dans le présent il n’était pas condamnable.
En revanche, l’enfant rebelle est jugé par le tribunal terrestre, la Torah préconise que les juges doivent le lapider. En effet, en ce qui concerne le jugement humain prévu par la Torah, les juges tiennent compte du futur pour condamner cet enfant dès à présent.

-> Le Rav Ayzik Cher propose une autre explication.
Il a une différence entre la stricte justice et le comportement de miséricorde :
– La justice veut que l’on juge un homme par rapport à son état présent, en faisant abstraction de son devenir dans le futur.
– Le fait de condamner une personne parce qu’il va fauter plus tard, n’est pas juste. En revanche, parfois la miséricorde Divine veut que l’on condamne un homme au présent par rapport à ses fautes futures. En effet, une personne encore innocente pourra être condamnée si on sait qu’il va fauter, pour qu’il meure innocent et non coupable, lui évitant de graves punitions, voir même la perte de son monde futur.
=> Cela est une bonté que lui fait Hachem.

C’est ainsi que :
– Ichmaël qui n’était pas particulièrement apprécié par Hachem, a été jugé d’après la loi stricte, par rapport au présent, où il était encore innocent. Et ce, même si son sauvetage miraculeux a entraîné qu’il ait des enfants qui fassent souffrir les juifs, ce qui lui causera de grandes peines et de graves souffrances.

– le fils rebelle, en revanche, qui est juif et apprécié (malgré tout) par Hachem, est dirigé par la miséricorde Divine.
Hachem préfère qu’il meure innocent plutôt que coupable.

-> En ce qui concerne les mitsvot et les récompenses, Hachem prend en compte le futur. Si un homme n’est pas méritant dans le présent, mais qu’il va le devenir, Hachem peut le sauver et lui donner un mérite, par rapport à ses bonnes actions futures.

Il est écrit : « Les enfants d’Israël allèrent accomplir ce que Hachem avait ordonné » (Chémot 12,28)
Le midrach (Yalkout Chimoni 208) de commenter : « A ce moment, ils ne l’avaient pourtant pas encore accompli. Ceci nous apprend qu’ils prirent la résolution d’accomplir, et la Torah considère à cet égard que c’est comme s’ils l’avaient fait concrètement. »

<—————->

-> Rabbi Aharon Kotler (Michnat Aharon p.190) rapporte une guémara (Yérouchalmi) suivante : « Hachem vit par avance que la fin de cet enfant serait […] de dépouiller les hommes, de tuer ses semblables et finalement d’oublier son étude ».

Il commente : Si l’on n’avait pas la certitude qu’il en viendrait un jour à oublier son étude, l’espoir que la lumière de la Torah le remette sur le droit chemin aurait persisté, et au regard de cette éventualité, jamais il n’aurait été condamné à mort par anticipation.

Comme le dit le Ram’hal, (Messilat Yécharim), le seul remède que l’on connaisse pour lutter face aux agressions du yétser ara se trouve dans la Torah.
Sans attachement à la Torah, son avenir est scellé et sans espoir, dès aujourd’hui.

<—————->

+ « Il n’écoute pas la voix de son père ni la voix de sa mère » (Ki Tétsé 21,18)

-> Selon la guémara (Sanhédrin 71a), les lois sur le fils « dévoyé et rebelle » ne s’appliquent que si les voix de son père et de sa mère s’expriment à l’unisson.

-> Rav ‘Haïm Kanievsky fait observer que la conduite des parents dans leur foyer constitue la meilleure éducation qu’un enfant puisse recevoir.

Lorsqu’il voit son père et sa mère se comporter selon les croyances qu’ils professent et qu’ils l’incitent à suivre, on a toutes les raisons de penser qu’il les imitera plus tard.

Mais s’il ne voit chez eux que querelles et hypocrisie, non seulement ne les suivra-t-il pas, mais nous n’avons pas le droit de le juger, car il n’en porte pas la responsabilité.
[d’où la nécessité que ses parents doivent « s’exprimer à l’unisson »]

À propos kol26
rak kol26. Tous unique, tous unis!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :