« A Roch Hachana, les livres des vivants et les livres des morts sont ouverts devant Lui (Hachem) »
[guémara Roch Hachana 32b – וספרי חיים וספרי מתים פתוחין לפניו]

-> Selon nos Sages, cela signifie qu’on juge les morts en fonction de ce qu’ils ont laissé derrière eux.
Si leurs enfants (ou élèves) sont droits et craignant Hachem, alors même s’ils sont déjà morts il y a de longues années, on ouvre de nouveau leur dossier, et on vérifie les actes de leurs descendants, et quand on voit que ce sont des justes, on fait monter leur père de niveau en niveau dans le monde qui est entièrement bon.
Si malheureusement, ils ont laissé des enfants qui ne suivent pas les voies de la Torah, on les fait descendre de niveau en niveau.

Par conséquent, même de nombreuses années après leur décès, on les juge dans le Ciel en fonction de ce qu’ils ont laissé derrière eux.

[c’est pour cela que nos Sages enseignent que le plus grand respect des parents se fait une fois qu’ils sont morts, et que leur évolution dans le monde de l’éternité, dépend totalement de nos actions!]

<—>

-> Le ‘Hemdat Shlomo (rav Shlomo Zalman Lifshitz) donne une autre explication :
Il est nécessaire d’ouvrir les livres des morts, car lorsqu’une personne est jugée, absolument tout est pris en compte, ce qui inclut qui étaient ses ancêtres, et de quelle façon cela l’impacte.
Peut-être que si l’origine de ses fautes provient de ses générations antérieures, alors sa punition ne sera pas aussi sévère.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code