« Vous compterez pour vous 7 semaines entières à partir du lendemain du Shabbath [1er jour de Pessa’h], depuis le jour où vous avez offert le Omer en offrande balancée, jusqu’au lendemain de la 7e semaine, vous compterez 50 jours. Vous offrirez une offrande de nouveau blé à Hachem. » (Emor 23,15-16)

-> Bien que les juifs se fussent écartés de l’idolâtrie dès leur sortie d’Egypte, ils étaient encore impurs.
Ils ressemblaient à une femme ayant eu ses règles et qui reste impure bien que le flux ait cessé.
Elle n’est pas autorisée à avoir de relations conjugales avec son mari avant d’avoir compté 7 jours de pureté.
Après ces 7 jours, elle doit se tremper dans un mikvé pour être permise à son mari.

Ainsi en était-il des juifs. Après avoir quitté l’Egypte et s’être éloigné de l’idolâtrie, ils commencèrent, dès le lendemain, à compter 7 semaines.
Une femme doit compter 7 jours de pureté après ses règles mais les juifs durent compter 7 semaines.
En effet, il existe 7 sortes d’impureté (touma), et pour chacune la Torah demande un compte de 7 jours.

Voici ces 7 catégories d’impureté : la menstruation (15,24) ; les flux masculins et féminins (15,13 ; 15,28) ; l’accouchement (12,3) ; le contact avec un mort (Dévarim 19,16) ; la tsaraat (13,34) ; la tsaraat des vêtements (13,50) ; et la tsaraat des maisons (14,38).

En Egypte, les juifs ne s’étaient pas préservés de ces impuretés.
Pour le purifier, Hachem leur ordonna donc de compter 7 fois 7 jours, soit 49 jours au total.

Chaque jour, les juifs franchirent une nouvelle porte de sainteté.
Le 50e jour, ils franchirent donc la 50e porte. A ce moment-là, ils furent totalement débarrassés de leur impureté et ressemblaient à une mariée sous le dais nuptial. Alors Hachem leur donna la Torah le 6 Sivan, fête de Shavouot.
[…]

La Torah dit : « Vous compterez pour vous-même … depuis le lendemain du Shabbath » (23,15), et non « depuis le lendemain de Pessa’h ».
En hébreu, Shabbath signifie le repos ou l’arrêt.
[Le verset peut donc être traduit : « Vous compterez pour vous-mêmes … depuis le lendemain de l’arrêt (Shabbath) de votre impureté »].

Lorsqu’ils cessèrent d’adhérer à l’idolâtrie le 1er jour de Pessa’h, les juifs ressemblaient à une femme dont le flux menstruel a cessé.
Etant donné que l’idolâtrie ressemble à l’impureté de la menstruation (nidda), les juifs durent compter 7 semaines, au cours desquelles leur impureté s’estompa peu à peu.
C’est pourquoi la Torah désigne ces semaines par l’expression « Shabbath » (cessation).
La Torah dit : « Il y aura 7 Shabbath complets » et non « 7 semaines complètes ».

Cela nous enseigne qu’à chacun de ces Shabbath, leur impureté décroissait.
Enfin, à la fin du 7e Shabbath, l’impureté des juifs disparut totalement.
[Méam Loez – Emor 23,15-16]

<——————>

-> 7 semaines séparent Pessa’h de Shavouot, ce qui est à mettre en relation avec les 7 jours de pureté de Nidda.
Il est connu que le sang de la mère se transforme pour devenir du lait pour le nourrisson, c’est-à-dire qu’il passe de l’Attribut de rigueur à celui de miséricorde.
C’est pour cela que nous mangeons des produits laitiers [à Shavouot, 50e jour, marquant le terme des 7 semaines de sang de Nidda, transformé en lait], pour être à ce moment-même sous l’Attributs de miséricorde.
[d’après le Zohar]

À propos kol26
rak kol26. Tous unique, tous unis!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :