« Yitro, prince de Midian, beau-père de Moché, entendit tout ce que D. avait fait à Moché et à Israël Son peuple, que Hachem avait fait sortir Israël d’Egypte » (Yitro 18,1)

-> Rachi : Qu’a-t-il entendu qui l’ait incité à venir?
Le passage de la mer Rouge et la guerre de Amalek.

=> Pourquoi n’est-il pas venu directement après les incroyables miracles liés à la mer Rouge, attendant d’entendre la guerre contre Amalek pour se décider à rejoindre Moché?
Comment comprendre qu’une bataille l’a plus impressionné que ce qui s’est passé à la mer Rouge?

-> Rabbi Eliyahou Lopian explique que toutes les nations du monde ont eu connaissance des miracles incroyables qui se sont passés en Egypte, puis à la mer Rouge, et pourtant elles n’ont rien changé au quotidien : la vie continuait comme auparavant.
Il y avait une exception : Amalek, qui était si bouleversé à l’idée qu’un Etre supérieur soit en charge de leur vie, qu’ils étaient prêt à lui mener combat à tout prix.

Yitro, grand prête de Midian, était un expert de toutes les religions. En effet, il avait une telle soif de vérité, qu’il les avait essayé absolument toutes (cf. Rachi v.18,11).
Puisqu’il avait une recherche de vérité sincère (et non pas uniquement pour satisfaire ses désirs personnels), D. l’assista dans sa démarche.
Après la mer Rouge, Yitro était heureux de connaître la vérité (le D. d’Israël est l’Unique et Vrai D.!), mais cependant il a continué à vivre comme avant.

« Yitro entendit tout ce que D. avait fait  » : Après la bataille d’Amalek, il a réalisé que face aux miracles de Hachem, il y avait 2 réactions :
– celle de toutes les nations = elles n’ont pas entendu : l’information n’a fait que passer dans leur tête, et la vie a ensuite continué comme si rien ne s’était passé.
– chez Amalek et chez Yitro = ils ont entendu, ils ont pris conscience du message derrière les miracles incroyables : il y a une Force Suprême qui dirige et contrôle tout.

Yitro a compris que face à ce choc : soit on agit comme Amalek (plutôt mourir que de devoir soumettre nos envies à celle d’un D.), soit accepter et devenir juif.
C’est pour cela qu’il est parti tout de suite rejoindre les rangs du peuple d’Israël, pour ne pas risquer de suivre l’exemple d’Amalek.

=> Il en est de même dans notre relation avec la Vérité : soit on la laisse nous passer au-dessus de la tête (mes capteurs sont éteints), soit comme Amalek je développe une attitude anti-Hachem pour me permettre de justifier de faire ce que j’ai envie, ou soit j’arrive à capter ces moments de Vérité afin d’en profiter pour faire des changements concrets et réels dans ma vie.

<——–>

-> Rabbi Yéhouda Zev Segal explique que Yitro a été très impacté par l’écoute de ce qui s’est passé à la mer Rouge. Cependant, il pensait qu’il n’était pas nécessaire de faire quelque chose, gardant cette sublime inspiration.

Au sujet de la bataille contre Amalek, il est écrit : « Lorsque Moché levait sa main, Israël prenait le dessus et lorsqu’il baissait sa main, Amalek prenait le dessus » (Yitro 17,11).
La michna (Roch Hachana 3,8) explique : « Lorsqu’Israël regardait vers le Ciel et soumettait son cœur à son Père céleste, il avait le dessus ; lorsqu’il ne le faisait pas, il avait le dessous. ».

Yitro a été choqué d’entendre que dans cette bataille qui s’est déroulée sur une seule journée, il était possible d’être inspiré par les mains de Moché au point de mériter la victoire, et qu’un bref moment après, lorsque les mains étaient baissés l’inspiration était partie au point qu’ils perdaient tout.

=> Cela a enseigné à Yitro qu’il n’était pas suffisant de ressentir une élévation suite aux miracles de la mer Rouge, puisque ces sentiments n’allaient pas rester, sauf s’il faisait un acte concret pour les rendre permanents, et c’est ce qu’il a fait en rejoignant les juifs et en se convertissant.

<——->

-> Le Divré Israël explique que la victoire des juifs sur Amalek (symbolisé par Moché levant ses mains) a fait comprendre à Yitro l’importance de s’attacher à des tsadikim, d’avoir son rav, pour gagner sa lutte contre notre yétser ara, le Amalek en nous.

-> Yitro était prêt à quitter tout son confort, sa très haute position dans la société, … pour aller dans le désert, qui symbolise l’humilité.
En effet, c’est uniquement lorsque l’on a tout vidé (ex: notre égo, nos désirs matériels), qu’il n’y a plus rien faisant écran entre nous et D., que l’on peut alors totalement soumettre sa volonté à celle d’Hachem, et il est possible de pleinement acquérir la Torah.
C’est ce que fit Yitro, et c’est une leçon pour nous tous. [dans sa quête de Vérité, il était prêt à tout quitter]
[adapté du Pri Tsadik – Rabbi Tsadok haCohen]

-> Par exemple, le Noam Mégadim commente : « Tu n’auras par d’autres D. », en le rapprochant de : « On ne doit pas être gêné face à ceux qui se moquent de nous lorsque l’on réalise la volonté de D. (Rama – Ora’h ‘Haïm 1).

En effet, cela signifie qu’à nos yeux nous avons d’autres divinités que Hachem, puisque l’on se soumet à l’autorité du regard d’autres personnes, d’intérêts personnels, oubliant l’espace d’un instant que D. est au-dessus de tout.

[le désert représente le fait qu’il n’y a personne, ni aucune tentation : uniquement nous et D. (le roi David s’exclame : Je mets Hachem devant moi tout le temps – Shiviti Hachem lénegdi tamid)]

<——->

+ « Yitro … entendit tout ce que D. avait fait »

-> Le Maskil léDavid apporte l’explication suivante.
Hachem a provoqué Amalek contre les juifs suite à des mauvaises actions de leur part.
Mais alors, si les juifs étaient fautifs, pourquoi Hachem leur a accordé la victoire de cette guerre?

De ce raisonnement, Yitro a déduit que forcément, le peuple d’Israël bénéficiait de la faveur Divine, à l’image d’un père pour son fils, même s’il le trouve coupable et qu’il le punit, finalement il le prend en pitié et l’épargne.

=> Ainsi, si le peuple juif est tel un fils pour Hachem, s’il est particulièrement aimé par Hachem, même s’il faute, alors effectivement, Yitro a conclu qu’il convient de s’attacher à ce peuple : il est donc venu rejoindre le peuple d’Israël (spécialement après l’épisode de Amalek).

-> Le ‘Hatam Sofer explique que Yitro se culpabilisait et considérait qu’il avait commis une faute d’avoir été un conseiller de Pharaon.
Certes, il ne disait rien de mal contre les juifs, mais nos Sages affirment que celui qui se joint à un racha sera puni comme celui-ci.
Ainsi, Yitro s’en voulait donc d’avoir été, pendant une certaine période, conseiller de Pharaon.

Bien que depuis longtemps il avait regretté ce manquement et s’était déjà repenti, malgré tout, après avoir entendu le miracle de l’ouverture de la mer Rouge, il comprit que Hachem procède mesure pour mesure.
Les égyptiens furent punis par Hachem selon leurs perversités (subissant chacun une mort proportionnelle aux souffrances qu’ils ont pu faire subir), et furent engloutis dans la mer pour avoir jeté les enfants mâles dans le Nil.

De là, Yitro comprit que son repentir devait être à l’image de son manquement et il décida qu’à présent, il serait un bon conseiller pour les juifs, quand ils en auraient besoin.
Cependant, il pensait qu’il pouvait rester chez lui et attendre que les juifs viennent le consulter pour les conseiller. Il ne se voyait pas dans l’obligation d’aller, lui-même, vers eux.

Mais lorsqu’il entendit qu’Amalek vint faire la guerre contre Israël et que, comme le disent nos Sages, il parcourut pour cela 400 Parsa (environ 1700 km), ce qui représente une distance énorme. Alors il se dit que si pour le mal, Amalek est prêt à venir de si loin, combien plus pour le bien des juifs, lui aussi devait venir vers le peuple.

-> Le Ktav Sofer (fils du ‘Hatam Sofer), apporte l’éclairage suivant. Il dit que Yitro souhaitait rejoindre le peuple juif depuis longtemps, mais il craignait d’être mal reçu, en tant qu’ancien prêtre idolâtre.
Par mesure de reconnaissance vis-à-vis de lui, pour avoir hébergé Moché dans un moment difficile pour lui, et lui avoir donné sa fille en mariage, certainement les juifs l’accueilleraient bien.
Cependant, il voulait être sûr que le peuple d’Israël avait bien cette qualité de reconnaissance avant de venir les rejoindre.

Quand il entendit le miracle de l’ouverture de la mer, il se demanda pourquoi Hachem a-t-il eu besoin de faire un tel miracle. Pourquoi les juifs n’ont-ils pas tout simplement fait la guerre aux égyptiens ?

La réponse est que les égyptiens ont accueilli dans leur pays les juifs, et simplement pour cela ils ne pouvaient pas leur faire de mal, malgré toutes les souffrances qu’ils leur ont imposées.

De là, Yitro déduisit que le peuple d’Israël est très reconnaissant. Mais malgré tout, il n’en fut pas complètement sûr, car peut-être que les juifs ne pouvaient pas simplement faire la guerre aux égyptiens du fait de leur faiblesse et de leur fragilité dues au fait qu’ils étaient des anciens esclaves.

Ainsi,lorsque Yitro vit comment les juifs ont fait, malgré tout, la guerre contre Amalek et ont eu la victoire, de là il déduisit que les juifs n’ont pas peur de faire la guerre.
S’ils n’ont pas combattu les égyptiens, c’est donc bien du fait de leur sentiment de gratitude envers eux.

=> Yitro conclut de cette association entre l’ouverture de la mer et la guerre contre Amalek, que les juifs ont cette qualité de reconnaissance, alors il se sentit prêt à venir rejoindre le peuple d’Israël, sûr qu’il sera bien accueilli.

À propos kol26
rak kol26. Tous unique, tous unis!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :