Le don de la Torah = le jour de notre mariage avec Hachem

+ Le don de la Torah : le jour de notre mariage avec Hachem

-> « Shavouot est considérée comme notre jour de mariage, durant lequel Hachem, le fiancé, prend le peuple juif comme Sa fiancée. »
[Kédouchat Lévi]

-> La révélation au mont Sinaï était comparable à un mariage faisant d’Israël une nation exclusivement liée à Hachem, comme une femme exclusivement consacrée à son mari.
[Sifté Cohen]

-> Lors du don de la Torah, les nuages représentaient la ‘houpa, et les Tables de la loi : la kétouba.
[rav Ephraïm al haTorah]

Selon le Radal (commentaire au Pirké déRabbi Eliézer 41), toutes les coutumes observées pour la cérémonie de mariage ont leur origine au don de la Torah.

Rabbi Baroukh Cohen dit que le 2e commandement : « Tu n’auras pas d’autres dieux » symbolise la déclaration de D. à la communauté d’Israël : « Je t’ai épousé et tu n’auras donc pas d’autres époux » (aré at mékoudéchét li).

<—>

-> C’est seulement lorsque D. a vu l’amour du peuple juif et son profond désir de s’unir à Lui, qu’Il a commencé à leur donné la Torah.
[Pessikta Rabba 21]

<—>

-> [Juste avant le don de la Torah,] Moché parcourut le camp en réveillant le peuple et en annonçant : « Le moment est venu d’amener la fiancée sous le dais nuptial ».
Le verset y fait allusion : « Moché amena le peuple hors du camp à la rencontre de Hachem » (Yitro 19,17).
=> Israël était comparable à une fiancée et Moché aux demoiselles d’honneur qui la conduisent vers son fiancé.

Dans Son humilité infinie, Hachem alla à la rencontra d’Israël et le précéda jusqu’au pied de la montagne, ainsi que le verset y fait allusion : « Hachem, Tu sortis devant Ton peuple » (Téhilim 68,8).
=> Au moment de donner la Torah, Hachem honora Son peuple en avançant, si l’on peut dire, à sa rencontre.
[…]

Quand la Torah a été donnée, Israël devint une nation entièrement vouée à Hachem.
=> Israël était désormais comme une femme mariée qui ne peut connaître d’autres hommes.
« Tu n’auras pas d’autres dieux devant Moi » (Yitro 20,3) = les dieux étrangers sont interdits à Israël comme les hommes étrangers à une femme mariée.

Hachem nous promit également de ne jamais nous abandonner pour une autre nation.
Lorsqu’un homme signe un contrat de mariage (kétouba), il s’engage à ne pas divorcer de sa femme contre son gré.
=> De la même façon, Hachem promit de ne jamais rompre Son alliance avec Israël.

Lorsque nos Sages comparent Israël et Hachem à des époux, cela n’est certainement pas à prendre littéralement. L’idée est utilisée allégoriquement pour évoquer l’amour profond que D. éprouve envers Israël.

Dans le midrach, rabbi ‘Hiya haGadol expliqua pourquoi la Torah fut donnée le 3e mois de la sortie d’Egypte. En effet, selon la loi juive, une femme qui se convertit, une prisonnière libérée ou une esclave affranchie n’est pas autorisée à se marier avant les 3 mois qui suivent sa conversion ou sa libération. [guémara Yébamot 34b]

En Egypte, les juifs étaient prisonniers et esclaves. Lors de la sortie d’Egypte, ils devinrent semblables à des convertis.
Le don de la Torah (comparable à un mariage par lequel Israël devint, si l’on peut dire, l’épouse de D.) exigeait une période d’attente de 3 mois.
Pendant cet intervalle, les juifs se purifièrent totalement de l’impureté dont ils s’étaient souillés en Egypte. Cela ressemblait au cas d’un converti, d’une prisonnière ou d’une esclave affranchie, tenue d’attendre 3 mois avant de se marier afin que ses enfants légitimes ne soient pas confondus avec les autres.
La Torah ne pouvait être donnée immédiatement après la sortie d’Egypte car les juifs étaient encore souillés par les mauvaises actions commises en imitant les égyptiens.

Si, dans le cas d’une femme, la période d’attente est de 3 mois entiers (soit 90 jours), la Torah fut donnée 49 jours seulement après la sortie d’Egypte.
En effet, bien que la situation fût comparable dans l’allégorie, elle n’était pas rigoureusement semblable.
Cependant, on peut tout de même dire qu’il y avait 3 mois d’intervalle : Nissan, Iyar et Sivan.
[« Le 3e mois de la sortie des juifs du pays d’Egypte » – Yitro 19,1
Nos Sages expliquent également que puisque les juifs venaient d’un pays impur et étaient comme une femme nida, ils devaient compter 7 semaines de purification (7 semaines entre Pessa’h et Shavouot) comparable aux 7 jours de la pureté de la femme.]
[…]

Il est écrit littéralement que les juifs se tinrent : « sous la montagne » (Yitro 19,17 – béta’htit ha’ar).
Le mont Sinaï fut déraciné et resta suspendu en l’air au-dessus de la tête des juifs.
La montagne scintillait comme du pur cristal.
Les juifs se trouvèrent alors réellement « sous la montagne ».

Le mont Sinaï ressemblait à un dais nuptial.
La révélation au Sinaï ressemblait à un mariage lors duquel Hachem prit Israël comme épouse et en fit Son peuple.
Le ciel et la terre constituaient les 2 témoins, la Torah faisait office de contrat de mariage (kétouba) avec pour dais nuptial (‘houpa), le mont Sinaï.

[Le Yalkout Chimoni rapporte que] le mont Sinaï s’élargit considérablement. En effet, Hachem enjoignit la montagne de s’étendre afin que [tout] le peuple entier puisse se tenir dans son ombre.
Un miracle semblable se produira, lors de la rédemption finale, lorsque tout Israël se rassemblera à Jérusalem.
Hachem dira à la ville de s’étendre.
[…]

La guémara (Béra’hot 6b) enseigne que la Torah fut donné par 5 sons (kolot) mentionnés dans la Torah : « il y eut des sons (kolot) » (v.19,16) [le pluriel indique qu’il y en avait deux] ; « il y eut un très fort son (kol) d’une corne de bélier » (v.19,16) ; « il y eut le son (kol) de la corne de bélier qui augmentait beaucoup en intensité » (v.19,19) , ce qui fait 4.
Enfin, le verset : « Moché parlait et Hachem répondait par une voix (kol) » (v.19,19).

[Selon cette même guémara,] Si l’on assiste à un repas de mariage sans réjouir les mariés, on commet la faute de négliger les 5 sons par lesquels Hachem bénit Israël mentionnés dans le verset : « Le son de joie (kol sasson), le son d’allégresse (kol sim’ha), la voix du marié (kol ‘hatan), la voix de la mariée (kol kala), la voix de ceux qui disent (kol omrim) : « Remerciez D. » » (Yirmiyahou 33,11).

A l’inverse, celui qui réjouit les nouveaux mariés mérite la Torah qui fut donnée par 5 sons.

[Selon le Abarbanel, ] il s’agit là d’une récompense appropriée : le don de la Torah ressemblait véritablement à un mariage, et à ce moment là, Israël atteignit une relation unique avec Hachem, comme une mariée avec son époux.

[b’h, compilation personnelle issue du Méam Loez – Yitro 20,1]

<—>

-> Lorsque la Présence Divine reposait parmi les juifs, dans le Michkan, dans le 1er et 2e Temple, la situation était semblable à une union conjugale.
Le jour où la Présence Divine pénétra dans le Michkan était comparable à un jour de noces.
[Méam Loez – Pékoudé 40,38]

À propos kol26
rak kol26. Tous unique, tous unis!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :