Les Doudaïm – les mandragores

+ Les Doudaïm – les mandragores :

« Je t’ai retenu pour les mandragores de mon fils » (Vayétsé 30,16) :

-> Quand Réouven apporta des mandragores à Léa, sa mère, Ra’hel les lui demanda.
Léa les lui donna en échange du fait que Yaakov passe cette nuit avec elle, et non avec Ra’hel, comme c’était prévu.

Les mandragores sont une plante qui a la vertu de pouvoir rendre fécond et d’avoir des enfants. C’est pourquoi Ra’hel en voulait tant.

Mais c’était le cas également de Léa, qui avait cessé d’avoir des enfants depuis un certain temps,et elle en avait aussi besoin, et c’est pour cela que son fils lui en apporta.
Malgré tout, elle accepta de les céder à sa sœur. En effet, elle voulait garder dans son cœur la conviction que seul Hachem peut donner des enfants. Elle ne voulait pas faire dépendre sa fécondité à des causes naturelles, comme la consommation de mandragores. Et c’est par cette foi, dont elle fit preuve en cédant les mandragores à sa sœur et en y renonçant pour elle-même, qu’elle mérita de concevoir cette nuit-là.
En effet, Hachem est la cause de toutes les causes, et c’est Lui qui fait tout, sans avoir besoin de se plier à aucune règle de la nature. Et le meilleur moyen d’obtenir ses besoins [personnels] est uniquement de placer fortement sa confiance en Lui.

[d’après le ‘Hidouché haRim]

<—>

-> Ra’hel et Léa avaient des intentions pures :

– Léa voulait que Ra’hél soit heureuse de son sort, sans avoir d’amertume, et elle lui dit qu’elle a de quoi se réjouir, certes elle n’a pas d’enfants mais Yaakov est meilleur pour elle que 10 fils.
Elle a mérité l’amour du plus grand de la génération, de Yaakov, l’homme parfait installé dans les tentes, et que donc elle participe à sa part dans le service de Hachem et à sa Torah.
[d’une certaine façon, Léa voulait à tout prix passer la nuit avec Yaakov, pour montrer à Ra’hel l’importance qu’elle avait d’être si aimée aux yeux de Yaakov, même au prix de ne pas avoir d’autre enfant (par le fait de donner à Ra’hél les mandragores)!
De plus elle désirait pour sa sœur des enfants, afin que celle-ci n’est pas honte d’en avoir moins que les servantes.
=> En ce sens, le mot « doudaïm » (mandragores) a pour racine « dodim » (les amours), car elles ont un pouvoir de réveiller l’amour.]

– Ra’hel elle voulait montrer à Léa qu’elle aussi devait se réjouir de sa part, de ses enfants, et ne pas penser que Yaakov ne l’aimait pas.
C’est pourquoi elle a renoncé à la présence de Yaakov pour cette nuit-là, afin de montrer à Léa que la part qui lui était échue: les enfants, était meilleure pour elle que Yaakov.

=> Ainsi, tout ce qu’elle ont fait provenait de leur grand amour l’une pour l’autre.
Il n’y a pas non plus une absence de satisfaction de leur sort, car chacune a compris que c’est ce que D. voulait. Chacune d’elle se contentait de la part qui lui avait été destinée par le Créateur du monde.

Lorsque chacune a vu sa sœur, elle a craint que ce soit elle qui ne soit pas heureuse et qui soufre de son sort, et l’épisode des doudaïm montre l’encouragement que chacune a donné à l’autre.

[d’après le Béer Mayim ‘Haïm]

<—>

-> Nos Sages ont des opinions différentes sur la nature des doudaïm :

Le Chir haChirim (7,14) rapporte qu’elles ont une odeur agréable.

Selon Rachi, il s’agit : des fleurs parfumées, espèce végétale que les arabes appellent « jasmin ».

Pour le Ibn Ezra, le Ramban et de nombreux autres commentateurs, c’est une plante ayant, dans ses racines, une silhouette ressemblant à un être humain avec une tête et des bras.
D’ailleurs, le Baal haTourim fait remarquer que la guématria du mot « doudaïm » est la même que : « ké-Adam » (comme un homme).

Le Rachbam et le ‘Hizkouni affirment qu’il s’agit de figues.

Rabbénou Bé’hayé et le Ramban nous apprennent qu’ils favorisent la conception.

<—>

-> Le Zohar rapporte que :
« Depuis le début de la Création, Hachem voulait faire descendre une lumière de bonté (‘hessed) dans ce monde, et il l’a ainsi cachée dans les doudaïm.

Lorsque Léa les a donné à Ra’hel, elle a témoigné à Hachem qu’elle était méritante pour être le véhicule diffusant la lumière de Hachem au travers ce monde.
Hachem l’a récompensé avec la naissance de Yissa’har, qui représente le plus haut niveau de l’étude de la Torah.
L’étude de la Torah de Yissa’har prend la lumière que Hachem a caché dans les doudaïm et la répand partout dans le monde. »

À propos kol26
rak kol26. Tous unique, tous unis!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :