Pourim – Réacceptation de la Torah

+ Pourim – Réacceptation de la Torah :

-> « Hachem prit le Har Sinaï et le suspendit au dessus du peuple, pour leur indiquer : « Si vous acceptez la Torah, tant mieux, sinon, vous serez enterrés sous cette montagne! »
[…]

Ravi dit : Les juifs acceptèrent de nouveau la Torah à l’époque d’A’hachvéroch, comme il est écrit : « ils confirmèrent et acceptèrent » (kiyémou vékibélou ayéoudim – méguilat Esther 9,27), ils confirmèrent ce qu’ils avaient déjà accepté [au mont Sinaï] ».
[Rava – guémara Shabbath 88a]

-> Le Sfat Emet (5641) écrit que la fête de Shavouot correspond à celle de Pourim, car ce sont toutes les 2 des jours d’acceptation de la Torah.
[il relie également Souccot à ‘Hanoucca ; Pessa’h au 9 Av (qui sera dans le futur un jour de fête de la guéoula, de notre exil actuel)]

<—>

-> Avant le don de la Torah, les juifs ont déclaré par eux-mêmes : « nous ferons et nous comprendrons » (naassé vénichma).
Comment comprendre alors qu’il a été nécessaire d’accepter la Torah par la force ensuite?

Le rav Soloveitchik, se basant sur le midrach Tan’houma (début de Noa’h), répond que lorsque les juifs ont proclamé : « naasé vénichma », il s’agissait uniquement de la Torah Écrite, et c’est pourquoi Hachem a dû suspendre le mont Sinaï pour qu’ils en viennent à accepter la Torah Orale.

Ainsi, lorsque la guémara affirme que les juifs ont accepté d’eux-mêmes la Torah à Pourim, il s’agit de la Torah Orale.
=> Selon ce midrach Tan’houma, Pourim est le jour du don de la Torah Orale.

-> Le Beit haLévi (fin de ses Téchouvot – dracha 18) enseigne que normalement tout était écrit dans les 1eres Tables de la Loi, et à l’origine il n’aurait dû y avoir que la Torah Orale.

Avec les 2 Tables de la Loi, que Moché a amenée à Yom Kippour, il y avait une nouveauté : la Torah Orale.
=> Cela renforce l’idée que Kippour est le jour particulier du don de la Torah Orale, qui a été pleinement acceptée par les juifs à Pourim.

-> D’ailleurs, le Gaon de Vilna enseigne que ceux sont un seul et même jour : https://todahm.com/2016/10/20/kippour-et-pourim

-> Le rav Moché Feinstein (Darach Moché – Dévarim 10,1) écrit que personne n’a jamais vu les 2e Lou’hot.
Lorsque Moché est descendu du mont Sinaï avec les 1eres Lou’hot, il les portait dans ses mains, tandis pour les 2eme, il les portait dans le Aron.
Ainsi, les juifs ont du faire confiance à Moché sur le fait même que les 2e Tables de la Loi existent.

=> On voit que par essence, les 2e Lou’hot qui apportent la Torah Orale, reposent sur la confiance que l’on a en notre rabbin.

A Pourim, nous fêtons l’importance de faire confiance à nos Sages de la génération, même si nous ne comprenons pas leurs conseils, à l’image du fait que l’on aurait dû écouter Mordé’haï avant (ex: ne pas se rendre au festin, ne pas se prosterner devant haman), et que notre sauvetage est venu de l’avoir ensuite écouté (en jeûnant, en priant, en faisant téchouva à Hachem!).

À propos kol26
rak kol26. Tous unique, tous unis!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :